Partagez | 
 

 19.01 - 17.45 , for better and for worse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Khadija
MESSAGES : 1195
AGE : 30
LOCALISATION : anglet, france.
EMPLOI : model, surfer.
JUKE BOX : VICENZO BELLINI, norma, DJANGO REINHARDT, double whisky, PATRICK WATSON, lighthouse, OASIS, slide away, BACH, prelude and fugue, MARK RONSON, ooh wee. MICKEY WOODS, please mr kennedy, BOB DYLAN, meet me in the morning, PORTUGAL THE MAN, modern jesus, SHIBA SAN, okay.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25,250 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: lloyd-snö
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: 19.01 - 17.45 , for better and for worse.   Lun 18 Jan - 11:11

FOR BETTER AND FOR WORSE
@enola
Deux tables de massage, et pas une seule personne pour s’occuper d’une Khadija fourbie et en besoin de caresses. Bordel. Elle est allongée, jambes étendues devant elle, sur le carrelage brûlant du hammam, face aux tables de massage entourées de flacons d’huiles essentielles, dans une vapeur parfumée de rose et de savon noir. Elle a l’air d’une favorite de harem, avec ses cheveux longs ondulés tombant le long de ses épaules, de son dos jusqu’à ses reins, ses yeux verts étincelants et son khôl noir qui obscurcit un peu son regard. Elle s’offre une heure de transpiration après son sport en salle de remise en forme, sentant ses muscles ronronner sous sa peau chaude. Soudain, des bruits de pas la tirent de sa solitude. Elle tourne la tête, légèrement penchée sur le côté, pour voir entrer Enola. Un fin sourire se dessine sur ses lèvres. Si ça avait été un garçon, elle aurait sans doute eu le réflexe de rattacher les bretelles de son haut de maillot, par exemple, mais la présence d’une autre femme l’apaise. Elle gardera le haut ainsi, en forme de bandeau autour de sa poitrine. Elle se souvient en regardant Enola d’avoir vu, lors d’un prime, des rediffusions d’une conversation entre elle et Lawrence, chacun avouant détester le sexe opposé, le classant dans de grandes lignes faites d’adjectifs et d’expressions style « Les hommes viennent de Mars, etc. ». Pourtant, le métier d’Enola est directement lié à l’union entre l’homme et la femme… Elle est intriguée. — Dis, j’ai pensé à un truc… Tu n’as pas l’air fan du genre masculin, d’après ce que tu disais à Lawrence, tu es méfiante, voire carrément réfractaire aux histoires d’amour, non ? Elle interroge, le sourcil haussé. — Mais pourtant, quand tu exerces ton métier, tu passes ton temps à organiser des mariages… C’est pas incompatible avec ton état d’esprit ? Comment peut-on être « wedding planner » et dénigrer les jeunes couples qu’on aide à célébrer avec exception ?... Khadija sait, elle, qu’elle serait totalement incapable d’exercer un tel métier. Ennui profond et surtout, méconnaissance complète de ce que peut bien désirer un couple envisageant le mariage du siècle. Enola est une professionnelle de la question… Comment ne peut-elle pas être, de fait, elle-même convaincue par la chose ?...
avatar

Enola
MESSAGES : 764
AGE : 28
LOCALISATION : las vegas
EMPLOI : wedding planner
JUKE BOX : rhye, open - broods, never gonna change - halsey, trouble - transviolet, girls your age - twenty one pilots, goner - sophie jamieson, waterloo - ben howard, in dreams - liza anne, lost - hozier, arsonist's lullabye - laurel, blue blood - adna, beautiful hell.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 26 775 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (clotaire) salvador
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: 19.01 - 17.45 , for better and for worse.   Mar 19 Jan - 19:38

C'est une Enola toute en tension qui s'apprête à prendre le chemin du spa, les canapés du bar-bibliothèque ont beau être très confortables, après quelques heures assises le nez fourré dans un bouquin, sa nuque commence sérieusement à la tirailler. Vêtue de son peignoir et d'une maillot de bain, elle pousse la porte du spa où une douce odeur de rose flotte dans l'atmosphère. Un parfum d'orient émane du hammam, une ambiance vaporeuse et aérienne qui prête à la relaxation. Se débarrassant de son peignoir, la salvadorienne se dirige de sa démarche traînante vers le hammam où elle retrouve une Khadija étendue sur le sol profitant de la chaleur ambiante, un tableau plein de sensualité qui ne manquerait pas de faire rêver n'importe quel homme du nid ou d'ailleurs. Le confort sommaire du carrelage ne l'attirant pas, la brune se dirige naturellement vers un banc, prenant appui contre le mur pour étendre ses longues jambes. Son corps entier se détend au contact de cette atmosphère brûlante et parfumée alors que sa camarade, curieuse, l'interroge sur un discours qu'elle a tenu à Lawrence quelques semaines plus tôt. Elle demeure stoïque, elle s'attendait à ce genre de réactions, cette curiosité un peu mal placée à l'égard de ses convictions. Mais comment en vouloir à Khadi, elle qui ne savait rien de ce qu'elle avait vécu dans sa vie sentimentale  ? Son mari, son absence au quotidien, son deuil, elle n'en avait parlé qu'à très peu de candidats dans le nid. Les autres avaient sûrement dû l'apprendre par l'intermédiaire de la rubrique d'Akela qui s'était empressé de diffuser les images de son échange avec Naveen en début d'aventure. Pourtant, elle ne se livrait que très peu à ce sujet. Vrillant son regard dans celui de Khadija, elle essayait peu à peu de mettre en ordre ses idées parce que son raisonnement risquait d'être aussi confus dans ses paroles que dans son esprit. « Ce n'est pas vraiment incompatible, tu sais » annonce-t-elle en laissant ses yeux papillonner aux quatre coins du hammam. Non ça ne l'était pas, vraiment pas, en tout cas pas à ses yeux. « Ce n'est pas parce que mon parcours amoureux est totalement chaotique que je ne peux pas croire au bonheur des autres ». C'est comme ça qu'elle voyait son métier, un moyen de toucher du bout des doigts l'amour sans pour autant se brûler les ailes. S'impliquer corps et âmes dans la concrétisation d'une union qui n'est pas la sienne, car de son côté elle n'avait plus envie d'exploser en plein vol comme la dernière fois. « Mon métier c'est ma thérapie ». Elle confesse son regard ancré dans les prunelles émeraudes sa camarade. Un moyen de guérir ses plaies au quotidien, de reconstruire les vestiges de ce temple détruit qu'elle abrite tout au fond d'elle., de soigner son petit cœur meurtri. « Ce n'est peut être pas sain de penser de cette manière, mais pour moi ça l'est.  Ma méfiance ne sort pas du néant, c'est quelque chose qu'on a nourrit, qui grandit en moi et dont je ne me détacherai probablement jamais.   » Elle ajoute en se concentrant sur un point fixe dans l'horizon, c'est plus facile que d'affronter le regard dans la candidate. « Qu'est-ce que ça fait de se laisser aller ? ». Elle lui demande sérieuse en faisant référence au rapprochement que sa camarade avait plus ou moins concrétisé avec Lino avant qu'il ne quitte prématurément le jeu.              
avatar

Khadija
MESSAGES : 1195
AGE : 30
LOCALISATION : anglet, france.
EMPLOI : model, surfer.
JUKE BOX : VICENZO BELLINI, norma, DJANGO REINHARDT, double whisky, PATRICK WATSON, lighthouse, OASIS, slide away, BACH, prelude and fugue, MARK RONSON, ooh wee. MICKEY WOODS, please mr kennedy, BOB DYLAN, meet me in the morning, PORTUGAL THE MAN, modern jesus, SHIBA SAN, okay.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25,250 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: lloyd-snö
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: 19.01 - 17.45 , for better and for worse.   Mer 20 Jan - 10:22

Comment peut-on croire au bonheur des autres, sans cynisme aucun, quand on a une telle idée des hommes ? D’ailleurs, comment peut-on classer les êtres humains par genres et adjectifs associés à leur sexe ? Mais tout ça n’a pas vraiment d’importance, réalise-t-elle, parce qu’Enola vient de dire que sa vie amoureuse a été chaotique. Comment ça ? De ce qu’elle en sait, elle n’est pas mariée, Enola. Elle n’a pas de bague au doigt. Mais pourquoi pas un petit ami à l’extérieur ? Aurait-elle manqué une info au sujet de la belle ?... Avec l’impression durable d’être profondément stupide, Khadija se tourne vers elle et l’observe avec sérieux. — Quand tu dis « absolument chaotique » … Le mot « thérapie » est alors prononcé, coupant la parole à Khadija, qui fait dix pas en arrière. — Oublie. Elle a comme un pressentiment, évidemment mauvais, que la réponse à la question qu’elle allait poser serait douloureuse, à la fois pour Enola, mais aussi pour elle, sans doute incapable de compatir parce qu’elle n’a jamais vécu quelque chose de semblable. Elle voudrait en savoir plus, mais elle n’ose rien demander. Si Enola est encore en « thérapie », c’est que le sujet est dur à aborder. Elle écoute attentivement l’explication plus détaillée d’Enola, hochant la tête avec compréhension. Une méfiance qui trouve ses sources, non pas sortie du néant, évidemment, Enola est loin d’être bête. Si elle comprend bien, Enola refuse, elle, de se « lâcher » de nouveau. A sa question la concernant, Khadija hausse légèrement ses sourcils. Parle-t-elle du hammam, ou… ? — Lino ? Souffle-t-elle pour obtenir l’approbation qu’elle a compris la question, parce que rien n’est moins sûr. Enola acquiesce. Khadija secoue la tête en signe négatif, ses yeux cherchant un endroit auquel se raccrocher dans la grande pièce bouillante. — Je ne me suis pas laissée aller. Je suis restée méfiante, tendue, raide jusqu’à ce qu’il parte. Sa confession est douloureuse. Elle bat des cils, pressée de changer de sujet, mais elle ne veut pas qu’Enola soit insatisfaite de sa réponse. — Ce n’est pas dans mes habitudes d’être autant sur mes gardes, mais on va dire que la situation s’y prêtait, ajoute-t-elle en faisant allusion au « trio » que Lino avait commencé à former entre lui, Jade et Scarlett, et dans lequel Khadija était venue s’incruster sans rien y comprendre. Elle pose de nouveau son regard vert sur Enola, plus détendue. — A l’extérieur, je me laisse souvent aller, quand je  me sens en confiance. Je fais tout pour l’être, je ne recherche pas le grand frisson, pas la présence d’hommes dangereux. Elle sait combien le mythe du « salaud sexy » peut plaire aux femmes de leur temps, mais à elles de ne pas s’étonner ensuite qu’on brise leur confiance. — J’aime les gentils, et ils me le rendent bien, dit-elle dans un sourire. — C’est plus vraiment à la mode d’être gentil… J’espère que la tendance reviendra, elle ajoute avec une once d’ironie, persuadée de ne pas avoir tout à fait tort. Elle, par exemple, elle est gentille. Quand elle a embarqué Enola avec elle dans les toilettes, espérant une trêve des micros et caméras, c’était dans un seul et unique but : les mettre toutes deux en confiance, partager un moment dénué de toute méfiance.
avatar

Enola
MESSAGES : 764
AGE : 28
LOCALISATION : las vegas
EMPLOI : wedding planner
JUKE BOX : rhye, open - broods, never gonna change - halsey, trouble - transviolet, girls your age - twenty one pilots, goner - sophie jamieson, waterloo - ben howard, in dreams - liza anne, lost - hozier, arsonist's lullabye - laurel, blue blood - adna, beautiful hell.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 26 775 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (clotaire) salvador
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: 19.01 - 17.45 , for better and for worse.   Ven 22 Jan - 0:29

Une question en toute somme innocente suffit à sortir la brune de sa rêverie, de cet état de léthargie dans lequel elle s'était plongée en s'isolant dans le bar-bibliothèque au milieu de tous ces livres. Khadi ne sait pas, elle trouve sa réaction normale sûrement guidée par cette curiosité qui agite tout son être en permanence. Le rapport de la salvadorienne avec les hommes n'était pas des plus exemplaires et sa piètre opinion du genre masculin devait sûrement faire jaser aussi bien entre les murs du nid qu'à l'extérieur. Ses amis, à Vegas, ne comprenaient pas non plus la réticence d'Enola à s'engager et à vouloir refaire sa vie si bien qu'ils s'improvisaient en véritables petits Cupidon à chaque soirée pour trouver un prétendant à la salvadorienne qui n'allait jamais plus loin que la simple histoire d'un soir maintenant. C'était de cette manière qu'elle avait choisit de vivre sa vie, le fantôme d'Adam planant en permanence au dessus d'elle comme une menace invisible, s'interdisant le moindre petite sensation de bonheur. Les papillons dans le ventre, elle ne connaît et dès qu'elle sent qu'elle est sur le point de craquer, la brune prend la fuite et se mure dans son silence.  Elle n'est peut être pas la personne la plus qualifiée pour parler d'amour dans son métier mais organiser des mariages c'était sa thérapie, un moyen de se dire qu'il y avait peut être une vie après Adam. Khadija tente de rebondir sur ses relations chaotique, instinctivement elle porte la main à son annulaire gauche dépourvue d'alliance pour une fois avant de voir sa camarade se raviser. Enola la couve du regard, elle serait presque tentée de la remercier dans un souffle mais aucun son n'arrive à franchir la barrière de ses lèvres. Un regard vaut plus que milles mots, du moins c'est ce qu'il se dit. Parler de son mari, elle ne l'avait fait qu'avec trois personnes dans le nid. Si Lawrence comprenait sa méfiance à l'égard du genre masculin, Naveen compatissait à la douleur qui était la sienne et Salvador s'évertuait à lui changer les idées, partout, tout le temps. Reposant ses prunelles chocolatées sur le visage de Khadija, elle s'était demandée quelle sensation elle avait ressenti lorsqu'elle s'était laissée aller avec Lino. La brune était pourtant restée sur ces gardes avec l'italien pour des raisons qu'elle ne comprenait que trop bien. Scarlett, Jade et puis finalement elle, la jeune femme avait eu raison de se poser des questions et de rester méfiante vis à vis du libraire. « Et maintenant ? ». Elle l'interroge finalement, fermant les yeux pour laisser la douce chaleur du hammam l'envelopper, une délicieuse étreinte dont elle n'avait que très peu profité. Consciente que ce sujet de conversation mettait sa camarade aussi peu à l'aise qu'elle, la salvadorienne s'abstiendrait de toute nouvelle questions jusqu'à nouvel ordre. Elle préfère l'écouter lui parler de celle qu'elle est à l'extérieur, une femme plus libérée qui se laisse plus facilement aller puisque tout ce qui lui importe c'est de se sentir bien avec la personne avec laquelle la jeune femme se trouve. Elle l'écoute d'une oreille attentive clamer son amour pour les gentils garçons, ceux qui lui rendent bien. « Je suis incapable de différencier un vrai gentil d'un homme dangereux » confesse-t-elle en haussant les épaules. Enola a une vision totalement biaisée des relations amoureuses, elle sait pas expérience que même le cœur le plus pur devient une menace mortellement dangereuse pour des raisons qui lui sont totalement inconnues. « Mais j'imagine que ce doit être rassurant d'être aux côtés d'une âme foncièrement bonne ». Elle dit ça mais elle n'y connait rien, elle n'a vécu qu'avec un seul homme. Généreux, torturé et imprévisible ; une âme ni blanche ni noire mais d'une nuance grisée tendant à s'assombrir au fil des années. « Tu penses que ma méfiance partira avec le temps ? Que ça se soigne ce genre de chose ? ». Elle demande curieuse d'avoir un avis sur la question. Khadija était une personne rationnelle avec une ouverture d'esprit qu'elle lui enviait tellement.    

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: 19.01 - 17.45 , for better and for worse.   

 

19.01 - 17.45 , for better and for worse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» We could be killed, or worse, expelled - Hermione granger
» (X) For better for worse, I got you PV Kendall C. Cruz (Terminé)
» This day cannot be worse Feat Avery
» you make me feel worse ► velcan
» Rosie ♛ It's unfortunate to go astray, but there was worse than losing his way, is to lose its reason to move forward.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Rez de chaussée :: Le spa-