Partagez | 
 

 i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Naveen
MESSAGES : 1969
AGE : 31
LOCALISATION : PONDICHERY - BANGALORE (INDE) / SANTA FE (USA)
CITATION : IL VAUT MIEUX METTRE SON COEUR DANS LA PRIERE SANS TROUVER DE PAROLES, QUE TROUVER DES MOTS SANS Y METTRE SON COEUR ─ MK GANDHI.
JUKE BOX : ALESSIA CARA, HERE - JAMIE LAWSON, WASN'T EXPECTING THAT - ED SHEERAN, PHOTOGRAPH - X AMBASSADORS, RENEGADES - JAMES BAY, LET IT GO - JAIN, COME.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 142 112,50 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (CODY) LAWRENCE.
Voir le profil de l'utilisateur http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   Lun 1 Fév - 6:41

I FOUGHT SO HARD FOR YOUR HEART.
W / @COLIN

En cette semaine de demi-finale, il n'était probablement pas trop tôt pour dresser le bilan de son aventure. C'est du moins ce que pensait l'indien, qui réfléchissait depuis déjà quelques jours à ce que les semaines qu'il avait passées dans cet endroit avaient changé pour lui, à la façon dont elles avaient développé et approfondi sa vision de certaines choses, et à ce qu'elles lui avaient appris d'une société dont il ignorait tout il y a encore quelques semaines. C'était une impression étrange, mais plus il avait été amené à passer du temps en ces lieux, et plus il avait commencé à avoir le sentiment qu'il était devenu un brin occidental, lui aussi, dans son cœur. Ses racines restaient en Inde et il ne renierait jamais celui qu'il était, mais aujourd'hui il ne pouvait nier que les coutumes auxquelles il s'était essayé, les découvertes qu'il avait faites et les liens qu'il avait noués avaient peu à peu influencé sa façon de voir la vie, l'amour, l'amitié, la tolérance, toutes ces choses sur lesquelles il croyait tout savoir avant de s'expatrier à des milliers de kilomètres de chez lui, et qui finalement tendaient à le rapprocher d'une culture différente de la sienne. Ici, il avait inconsciemment développé une maturité dont il s'était le plus souvent privé, aussi bien parce qu'il n'avait jamais fait le deuil de l'enfance qu'il n'avait pas vraiment eu, que parce que ses proches l'avaient souvent infantilisé, et condamné à rester ce grand naïf qui avait une vision biaisée du monde et aux idées duquel il valait mieux ne pas accorder trop de crédit. Parce qu'ici, chacun l'avait traité comme son égal, si bien qu'il n'était plus seulement le fils de Vikram ou le frère de Surinder, mais bien Naveen, quelqu'un qui savait aujourd'hui ce qu'il voulait, et ce qu'il ne voulait plus surtout. C'est dans la salle de remise en forme qu'il s'était alors isolé pour penser à tout ça, sans même tellement réaliser qu'il n'y avait jamais vraiment mis les pieds avant aujourd'hui, s'étant souvent contenté d'y jeter un œil parce qu'il savait que c'était l'endroit de prédilection de plusieurs candidats, parmi lesquels Lawrence et Khadija. Et tandis qu'il pensa ne pas éterniser ses réflexions, voilà que la porte s'ouvrit bientôt sur une silhouette inattendue, qui lui valut d'esquisser un sourire teinté de malice, tandis qu'il quitta le banc sur lequel il s'était préalablement installé pour se rapprocher de Colin. « Toi et moi, nous sommes certainement les derniers candidats que l'on s'attendrait à voir dans un endroit comme celui-ci. » Son ton se faisait amusé, mais ça ne l'empêchait pas d'être parfaitement lucide. Personne ne devait ignorer que l'indien n'était pas sportif dans l'âme, quant à Colin on pouvait tout autant en douter à le voir si frêle. « Tu sais ce que j'étais entrain de me dire ? » Il reprit après quelques secondes, les yeux plissés dans une expression faussement énigmatique, tandis qu'il fit à présent les cent pas, détaillant la pièce à mesure qu'il s'y déplaçait. « Que cette pièce présente toutes les caractéristiques nécessaires à une séance de méditation digne de ce nom. Elle est calme, chargée d'énergies plutôt positives, et je suis presque sûr que ces petites choses, là-bas, sont aussi confortables qu'un sofa ou un coussin. » Désignant d'un signe de la tête les steps qui se trouvaient entreposés non loin d'eux, il reporta son attention sur Colin tout en maintenant un air sérieux l'espace d'un court instant, avant que son sourire ne trahisse son amusement. « Je plaisante, rassure-toi. » Il aimait autant le lui préciser, parce qu'il ne voudrait pas que Colin pense qu'il cherchait à lui vendre à nouveau quelque chose qu'il avait déjà refusé par le passé. « Je sais quelles sont tes conditions, et je n'ai malheureusement pas fait le moindre progrès en terme de lévitation. Mais j'y travaille. » Il était peu probable qu'il trouve un moyen de léviter avant la fin de l'aventure, mais si c'était la seule chose qui dissuadait Colin de se joindre à lui pendant ses rituels, c'était une raison amplement suffisante pour qu'il tente l'impossible. « Tu sembles de toute façon moins agité que la semaine passée. C'est l'amour qui te transforme ? » Ses lèvres esquissèrent un sourire plus doux, bien qu'il ait conscience que ça n'était peut être pas le sujet à évoquer avec lui. Mais l'indien repensait à certaines choses qui avaient été dévoilées sur le prime, et il ne s'agissait de toute façon d'aucune curiosité malvenue, simplement d'un intérêt sincère qu'il portait aussi bien à Colin qu'à Salomée. Certains auraient peut être évoqué la question avec moquerie, mais lui tâchait de lui destiner la même bienveillance que d'habitude, et de se montrer disponible s'il avait envie de parler.


i guess right now
you've got the
last laugh.
avatar

Colin
MESSAGES : 948
AGE : 21
LOCALISATION : corvallis, oregon, usa
EMPLOI : étudiant en biotechnologie
JUKE BOX : EMINEM & SKYLAR GREY, asshole - KINGS OF THE CITY, make me worse - KANYE WEST, heartless - SKRILLEX & SIRAH, bangarang - BIGKIDS, superhero - KID CUDI & KING CHIP, just what i am, JEEZY & T.I., f.a.m.e.,

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 42'075 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (gael)
Voir le profil de l'utilisateur http://nothingbutourminds.tumblr.com/

MessageSujet: Re: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   Mar 2 Fév - 3:35

C’est la seconde fois en l’espace de deux semaines que l’américain se rend à la salle de remise en forme, lieu qu’il avait pourtant pris soin d’éviter le plus possible depuis le début de son aventure, et qu’il a fréquenté pour la première fois la semaine dernière. À vrai dire, sur le moment, ça lui avait suffi, il n’avait évidemment pas daigné se mettre au tapis de course ou à la musculation, il s’était contenté de faire rebondir une balle de tennis contre le grand miroir afin de connaitre la satisfaction d’avoir passé un moment dans chacune des pièces mises à leur disposition, mais il n’avait pas prévu de traîner sa carcasse ici une seconde fois. Ce qui l’a fait changer d’avis n’est que son état d’esprit du moment, plutôt préoccupé. Par sa sortie certaine à l’issue du prime de dimanche ainsi que le retour brutal à la réalité qui va suivre. Il a besoin de s’occuper et de se changer les idées, mais personne ne daigne lui rendre ce service. Il n’a trouvé aucun volontaire pour lui faire un massage au spa, ou pour boire avec lui au bar, sans parler des candidates pour qui l’option copuler est inenvisageable. Bien. Il faut qu’il y mette du sien, et l’activité digne d’un brave chien à laquelle il s’est prêté la semaine dernière n’avait rien de sportive, mais avait eu le mérite de l’hypnotiser à force d’observer cette balle aller et revenir. C’est con, mais dans l’immédiat c’est la seule option qu’il a trouvé pour penser à autre chose. Ça ne l’occupera qu’une dizaine de minutes, mais c’est toujours bon à prendre. Poussant la porte de la salle de remise en forme, il s’attend évidemment à tomber sur un Achille ou un Lloyd en pleine séance de remise en forme, mais c’est avec une certaine surprise qu’il constate la présence de Naveen, surprise qui semble partagée en vue du sourire qu’affiche l’indien. « Ouais, mais la suprématie des stéroïdes s’achève, place aux blaireaux sans pectoraux. » C’est leur quartier général maintenant, qu’aucun Achille n’essaie de pénétrer dans la pièce au risque de se frotter aux muscles de Colin et à la colère de Naveen. Crédibilité zéro. Cherchant du regard une balle ou une ballon, n’importe quoi susceptible de l’occuper sans qu’il ne se fatigue trop – il repère déjà son banc de musculation faisant office de siège – il repose ses prunelles sur Naveen à la question de celui-ci, glissant un « hm ? » pour l’inviter à en dire plus, ce qu’il ne tarde pas à faire. Il cesse cependant de suivre l’indien du regard quand celui-ci se met en tête de faire les cent pas. Levant les yeux au ciel à l’entente du terme « méditation », l’américain cherche déjà une façon polie – ouais, il fait des efforts et s’adapte à Naveen –  de refuser la probable invitation de l’indien à retenter l’expérience. Zieutant les « petites choses » dont parle Naveen, il hausse les épaules. « Ouais super confortable si t’adores te détruire les fesses. Et énergies positives, j’en suis pas si sûr, moi cette pièce je l’associe à la sueur, au sang, à la fatigue… À la torture, en fait. » Quelle surprise. Heureusement, Naveen annonce qu’il plaisante, et bien que Colin ne se serait pas gêné pour lui dire que son plan ne le branche pas, il apprécie tout de même. « Oh, merci, je me sens tellement mieux, maintenant. » Rassuré comme jamais. « Ah, tu me déçois Naveen, vraiment, je plaçais tellement d’espoir en toi. » Ce n’est pas totalement faux, il avait réellement le secret espoir d’apprendre à léviter. C’est un rêve qui s’effondre. « Mais j’y crois encore, il te reste encore quelques jours pour y parvenir, alors j’espère que tu vas mettre les bouchées doubles, implore tous les dieux que tu veux, prépare quinze potions magiques s’il le faut, mais fais quelque chose. » Il lance avec un léger sourire, tapotant l’épaule de son camarade pour l’encourager. « Si ça me permets pas de me détendre en deux secondes, c’est mort, j’suis pas assez patient. » Il reprend, un peu plus sérieux, car ça ne pourrait peut-être pas lui faire de mal, mais il ne serait pas un très bon élève. « M’enfin, si toi tu venais pour ça j’peux te laisser tranquille, à condition que tu m’donnes une idée de quoi faire vu que là j’suis au bout de ma vie. » Il soupir tristement, tentative de convaincre Naveen de se creuser les méninges pour lui. Notons toutefois que c’est un grand effort de la part de Colin d’accepter de déguerpir, on arrête pas le progrès. Fronçant les sourcils à la prochaine réflexion de son colocataire, l’américain laisse échapper un soupir tandis qu’une mine agacée prend place sur son visage. « Non, Naveen, s’te plait, pas toi, l’autre cinglé nous voit déjà mariés ça suffit. » Et c’est flippant, sérieusement, faut que la production calme ses animateurs, ça devient plus possible. « On parle pas d’amour, là, hein, faut se calmer, ça ressemble plus à une distraction qu’autre chose. » Il dit, d’une voix qui se veut malgré tout posée. Il a une tête à tomber follement amoureux après deux mois ? Non. Elle est cool, Salomée, il l’apprécie, mais là on ne parle pas d’une Khadija avec son Lino ou d’un Owen avec sa Moïra. « En plus t’as loupé un épisode, on est déjà passé au stade de la séparation. » Ou pas, il ne sait pas trop. « Toi j’imagine que c’est une affaire qui roule avec Lawrence, vu que t’as sacrifié la moitié de ta cagnotte pour lui. » Quelle idée, d’ailleurs. « Ah ouais d’ailleurs grande nouvelle, j’le tolère à nouveau. » Tolérer, hein, ils ne sont pas potes pour autant. C’est pas grâce aux paroles de Naveen, mais il sera malgré tout heureux de le savoir.



in the night i hear 'em talk, the coldest story ever told, somewhere far along this road he lost his soul to a woman so heartless. how could you be so heartless ?
avatar

Naveen
MESSAGES : 1969
AGE : 31
LOCALISATION : PONDICHERY - BANGALORE (INDE) / SANTA FE (USA)
CITATION : IL VAUT MIEUX METTRE SON COEUR DANS LA PRIERE SANS TROUVER DE PAROLES, QUE TROUVER DES MOTS SANS Y METTRE SON COEUR ─ MK GANDHI.
JUKE BOX : ALESSIA CARA, HERE - JAMIE LAWSON, WASN'T EXPECTING THAT - ED SHEERAN, PHOTOGRAPH - X AMBASSADORS, RENEGADES - JAMES BAY, LET IT GO - JAIN, COME.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 142 112,50 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (CODY) LAWRENCE.
Voir le profil de l'utilisateur http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: Re: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   Mer 3 Fév - 1:37

De tous les candidats qui auraient pu le rejoindre en cette fin d'après-midi, Colin n'était pas celui qu'il s'attendait le plus à voir passer le pas de la porte, raison pour laquelle il avait affiché une expression aussi surprise qu'amusée lorsque ses yeux s'étaient posés sur son camarade. Parce qu'au même titre que l'indien, Colin ne comptait pas parmi les candidats dont l'allure indiquait qu'ils passaient beaucoup de temps dans la salle de remise en forme. Il n'était pas musclé comme Achille ou Lawrence pouvaient l'être, ni aussi gracieux que Jade ou endurant que Khadija. A ce niveau-là, vraiment, ils étaient semblables. C'est d'ailleurs ce qu'il ne manqua pas d'insinuer au moment de s'adresser à lui, forcé d'admettre qu'à eux deux, ils formaient une paire plutôt étonnante compte tenu de l'endroit où ils se trouvaient. La réflexion de Colin, elle, lui valut d'esquisser un sourire encore un peu plus amusé. « Rien ne nous empêche de leur faire profiter de notre récent pouvoir, en signe de bonne foi et pour débuter notre souveraineté sur une note clémente. » Il lui avait déjà dit qu'il n'aimait pas le conflit et qu'il aspirait à vivre dans un monde où tout le monde pourrait se tolérer. Il n'y avait donc rien de bien étonnant au fait qu'il tempère les choses, même  pour plaisanter. Adoptant finalement un petit air énigmatique, il laissa entendre que cette pièce l'avait poussé à se faire une réflexion, et avoua après quelques instants qu'il en était en fait arrivé à la conclusion que cet endroit était idéal pour improviser une petite séance de méditation, sans ignorer que c'était un sujet que Colin risquait de tourner en ridicule. Acquiesçant ppour admettre qu'il devait effectivement y avoir plus confortable que les steps qu'il avait précédemment désignés, l'indien lâcha bientôt un léger rire à sa prochaine remarque. « Parce que tu as une façon négative d'appréhender les choses. » Il souffla, d'un ton empreint de bienveillance, avant d'ajouter. « Là où tu associes cette pièce à l'idée de torture, moi je l'associe au dépassement de soi et au goût de l'effort. Et les énergies qu'on libère en dépassant ses limites sont forcément positives. » Il est vrai que ce genre d'endroits l'attiraient difficilement, à la base, néanmoins il avait toujours admiré les sportifs pour leur détermination. Lui-même estimait se dépasser quand il avait recours à ses rituel méditatifs. Ce n'était pas aussi physique qu'une séance de musculation, mais ça avait des effets très positifs sur son moral. Mais que Colin se rassure, il n'avait parlé de méditation qu'avec humour, sachant que tant qu'il n'aurait pas trouvé un moyen de léviter, son camarade refuserait de se joindre à lui. Colin semblait déçu qu'il n'ait pas fait le moindre progrès, et tandis qu'il sembla l'imaginer sous les traits d'un sorcier, l'indien décida de rentrer dans son jeu, non sans malice. « Je mets tout mon cœur dans mes sollicitations divines, pourtant, je t'assure. Mais chaque fois que je suis sur le point d'obtenir gain de cause, il est question de sacrifices humains. Et moi, tu t'en doutes, j'ai quand même quelques scrupules à aller jusque là. » Arborant une petite mine embêtée, il soupira d'un air résigné avant de dresser l'un de ses index et d'écarquiller légèrement les yeux. « Surtout qu'on ne peut réclamer que trente secondes de lévitation par prière, et qu'à mon avis ça ne te suffirait pas. » Il n'avait pas forcément très bonne conscience de se jouer légèrement de Colin, mais il ne s'offusquait pas de sa tendance à l'associer à toutes sortes d'idées reçues pas forcément reluisantes, ce qui devait bien lui donner le droit de s'en amuser gentiment, après tout. « La méditation, qu'elle soit transcendantale ou non, demande beaucoup de concentration. Et cette concentration, on ne l'obtient qu'après un certain temps, variant de plusieurs minutes à plusieurs heures. » Cette fois, il avait retrouvé tout son sérieux, préférant ne pas lui cacher que dans l’hypothèse où il se laisserait un jour tenter par ce genre de choses, il ne faudrait pas qu'il s'attende à être parfaitement détendu au bout d'une demi-minute. Rien ne pouvait décemment donner ce genre de résultats en aussi peu de temps, il fallait en avoir conscience. « Non, à vrai dire, je ne m'étais jamais vraiment attardé par ici, alors j'avais plus ou moins envie de voir à coté de quoi j'étais passé, et ce qui rendait cet endroit suffisamment attrayant pour qu'il occupe certains de nos camarades pendant plusieurs heures, tous les jours. » Loin d'être une chose qu'il ne comprenait pas, il est vrai que c'était néanmoins un fait qui l'avait toujours intrigué, car même maintenant qu'il était ici, il savait qu'il ne pourrait pas s'éterniser outre mesure. « J'espère que ce n'est pas la vue qu'il offre sur la piscine. » Il reprit après quelques secondes de fausse réflexion, les lèvres étirées en un nouveau sourire. Il imaginait difficilement leurs camarades profiter d'être ici pour espionner ceux qui se trouvaient de l'autre coté de la vitre, heureusement. Et puis finalement, croyant noter que Colin était moins agité que la semaine passée, l'indien osa évoquer ce qu'il avait appris sur le prime, à savoir que les choses se précisaient nettement entre le jeune homme et Salomée. Mais alors qu'il s'attendit à ce que sa curiosité le dérange, Colin se montra plus contrarié encore que prévu. Il fit alors référence à Allen et à son imagination débordante, ce qui valut à l'indien de réprimer un rire, avant que sa mine ne se fasse un peu moins enthousiaste.« C'est un bien vilain mot pour parler d'une femme. » Ce n'était pas un reproche, simplement il trouvait dommage de réduire une relation à un terme aussi négatif, qui pouvait donner l'illusion qu'elle était dénuée de sincérité, ce qui sans doute n'était pas le cas. « Allen avait l'air de dire que vous vous êtes embrassés, Salomée et toi. Ça ne veut rien dire, pour toi, ce genre de choses ? » Là encore, son ton se voulait bienveillant, parce qu'il cherchait simplement à le comprendre, quand il était évident que là où certaines choses avaient un symbolisme particulier pour lui, ce n'était pas le cas pour Colin. « A cause de vos dilemmes respectifs et de l'argent dont il était question ? » Il reprit ensuite, un peu plus soucieux, en vrillant complètement son regard au sien. Et puis, à son allusion à Lawrence, son sourire se fit un peu plus doux. « J'imagine que ça ne te surprendra pas si je te dis que je ne me voyais pas passer une semaine loin de lui. » Il souffla, conscient qu'il ne devait pas s'attendre à beaucoup de compréhension de sa part. Autant parce qu'il ne devait sans doute pas comprendre qu'il ait pu sacrifier autant d'argent, que parce qu'il devait le voir comme un sentimental un peu trop dévoué à celui qu'il aimait. Colin reprit la parole, et cette fois sa mine s'illumina pour de bon. « Oh, vraiment ? Si vous avez pu vous expliquer et que certaines choses sont rentrées dans l'ordre, alors je suis ravi. » Pour lui, pour Lawrence. Parce qu'il n'aurait pas voulu que cette situation s'envenime, et qu'il aimait autant qu'ils aient pu arrondir les angles. « Je me suis souvent demandé pourquoi tu ne te comportais pas avec lui comme tu te comportes avec moi. » Il avoua ensuite, les lèvres légèrement pincées. Il avait le sentiment de compter parmi ceux que Colin estimait un minimum, mais il ne lui avait pas semblé qu'il fasse les mêmes efforts avec l'américain. « Quant au fait que je t'estime à ta juste valeur … je ne sais pas si c'est vrai, mais j'essaie depuis le départ de te laisser une chance de montrer tes meilleurs cotés, et si tu en as conscience, alors ça me fait très plaisir. » Ça pouvait paraître anodin, mais il avait été touché que Colin donne son nom à l'une des questions que lui avait posées Rowan, parce que ça comptait pour lui qu'il ait conscience de la bienveillance qu'il tentait de lui destiner, des efforts qu'il faisait pour s'adapter à un comportement auquel il n'était pas forcément habitué aussi. A sa juste valeur ou pas, il est certain qu'il l'appréciait.


i guess right now
you've got the
last laugh.
avatar

Colin
MESSAGES : 948
AGE : 21
LOCALISATION : corvallis, oregon, usa
EMPLOI : étudiant en biotechnologie
JUKE BOX : EMINEM & SKYLAR GREY, asshole - KINGS OF THE CITY, make me worse - KANYE WEST, heartless - SKRILLEX & SIRAH, bangarang - BIGKIDS, superhero - KID CUDI & KING CHIP, just what i am, JEEZY & T.I., f.a.m.e.,

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 42'075 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (gael)
Voir le profil de l'utilisateur http://nothingbutourminds.tumblr.com/

MessageSujet: Re: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   Mer 3 Fév - 21:26

Naveen marque un point, ils sont probablement les deux dernières personnes que l’on s’attend à voir en poussant la porte de la salle de sport. C’est le royaume d’Achille, qu’il accepte de partager avec Lloyd ou encore Khadija – Lawrence préfère la piscine, il lui semble –, ainsi l’indien et lui font office d’intrus en ces lieux. Il ne sait pas pour son camarade, mais même si lui a déjà mis les pieds ici – enfin, une seule et unique fois – ce n’est pas pour autant qu’il s’est mis au sport, il a préféré détourner l’usage premier de la pièce. Et peut-être que Naveen est dans le même cas de figure, Colin ayant de la peine à l’imaginer venir jusqu’ici pour faire de la musculation, mais plutôt pour s’adonner à la méditation dans un lieu qui s’y prête. Quoi qu’il en soit, maintenant qu’ils sont tous les deux réunis ici, il est temps pour eux de prendre possession du territoire. La suprématie des stéroïdes a suffisamment duré, il est temps de laisser la place aux blaireaux, aux outsiders, qui ont eux-aussi le droit de profiter de la pièce s’ils le veulent, peu importe l’usage qu’ils en font. « Nan, c’est pas ainsi que tu tiens un siège, c’est pas marrant sinon. » Il râle en croisant les bras, bien qu’une telle réponse ne l’étonne pas le moins du monde venant de Naveen. Lui ne voit pas les choses sous le même angle, heureusement que tout ceci n’est qu’une vaste plaisanterie, sans quoi il y aurait un conflit interne. Et Colin finirait évidemment par prendre le dessus sur Naveen et la souveraineté ne se déroulerait pas dans la joie et la bonne humeur, qu’on se le dise. Naveen finit par lui confirmer l’hypothèse qu’était la sienne quelques instants auparavant, à savoir que l’indien est venu ici dans le but de méditer, bien qu’il semblerait que ce soit la première fois. Dans le fond, il est vrai que la pièce s’y prête, mais il n’est pas vraiment d’accord avec le fait que les steps soient confortables. Au contraire, ça lui semble même être douloureux pour les fesser, m’enfin, si Naveen y tient, qu’il essaie seulement. C’est comme les énergies positives qu’il voit dans cette pièce, Colin, lui, y voit plutôt l’opposé, il associe plus volontiers cette salle de sport à de la torture. Il acquiesce en pinçant les lèvres à la réflexion de son colocataire, il est vrai qu’il a une vision des choses plutôt négative. Tout l’inverse de Naveen qui, lui, est continuellement positif, peut-être un peu trop. « J’ai aucun goût pour l’effort ni pour le dépassement de soi, donc tu m’excuses mais j’peux pas voir les choses de la même façon. » Il précise, sincère, sans la moindre agressivité dans sa voix. Depuis son arrivée ici on ne peut pas dire que Colin ait fait preuve d’un certain goût pour l’effort, au contraire, puisqu’il est partisan du moindre effort. Dans tous les cas, Naveen n’est pas sérieux, même si Colin n’aurait pas hésité à refuser sa proposition dans le cas contraire. De toute évidence, l’indien n’a toujours aucun moyen de convaincre le benjamin de se joindre à lui, puisqu’il n’a pas encore trouvé le moyen de léviter, ce qui est terriblement dommage. Pourtant, depuis cette première conversation entre eux les semaines se sont écoulées, suffisamment pour que Naveen trouve un moyen de satisfaire Colin, mais il semblerait que sa technique ne soit pas encore au point. Heureusement, l’aventure n’est pas encore tout à fait terminée, en redoublant d’efforts Naveen peut encore rattraper le coup, grâce à des incantations, par exemple, comme s’en amuse l’américain. On pourrait croire le contraire venant du candidat le plus méchant de la saison, mais ça ne l’est pas, c’est bon enfant, se jouant des clichés comme il le fait avec chacun de ses camarades. Les muscles avec Achille, le fric avec Lawrence, le côté spirituel avec Naveen. « Bah c’est toujours pas assez. » Il soupire, alors que Naveen lui jure mettre du cœur dans ses sollicitations divines. Mais il est question de sacrifice humain, et ça lui pose un certain problème. Bien-sûr. « Permets-moi d’en douter, vu que ça explique les disparitions de Clotaire, Sandy ou Scarlett, donc tu dois pas avoir tant de scrupules que ça. Tu caches bien ton jeu, c’est tout. » Colin voit clair dans le jeu de l’indien, celui-ci est en réalité un véritable sociopathe qui laisse ses pulsions s’exprimer, mais qui est suffisamment intelligent pour dissiper les doutes en jouant au naïf petit indien qui rencontre la civilisation occidentale. « Non, j’te le confirme, moi j’ai envie de me la jouer Aladdin, mais sans le tapis. » Léviter trente secondes ne lui suffit pas, c’est plus dans l’ordre des trente minutes que ça lui conviendrait. Reprenant son sérieux, le jeune homme finit par avouer que si la méditation ne l’intéresse pas, c’est qu’il n’a pas suffisamment de patience pour s’y adonner. S’il suffisait de claquer des doigts pour se détendre, il serait le premier à s’exécuter, mais tant que ce ne sera pas aussi simple, Colin ne sera jamais l’élève de Naveen. « C’est ça qui me pose problème, j’ai pas la capacité de me concentrer aussi longtemps, j’sais pas comment tu fais. » Sortant de la bouche de Colin, c’est une sorte de compliment. Ce dernier finit par accepter l’idée de laisser tranquille Naveen si besoin, mais il n’en aura pas besoin. « Et du coup, verdict ? T’as succombé au charme de cet endroit et tu vas venir y faire de la gonflette tous les jours ? » Il questionne avec un léger sourire, ne parvenant pas à imaginer l’indien se donner corps et âme sur le tapis de course ou usant d’un banc de musculation jusqu’à rivaliser avec Lloyd. « Oh non bordel, pourquoi tu m’en parles maintenant, j’avais jamais eu l’idée ! » La haine. Il aurait pu venir glandouiller tous les jours pour avoir une vue imprenable sur les demoiselles en bikini sans forcément passer pour un pervers puisqu’elles l’auraient moins calculé en se cachant ici. En parlant de demoiselle, Naveen aussi décide de mettre le sujet Salomée sur le tapis, sujet récurrent depuis quelques semaines, merci les animateurs. Cette fois-ci, il faut remercier Allen qui a évoqué leur baiser dans les coulisses et qui s’est un peu trop emballé puisque le mot « mariage » est ressorti de sa rubrique. Mais que les choses soient claires, on ne peut pas réellement parler d’amour, ça ressemble plus à une distraction même si Naveen n’approuve pas ce terme. « Ouais, sûrement, mais tout ça pour dire que c’est pas de l’amour, c’est autre chose. » Quoi exactement, il ne le sait pas. Il est vrai que ce n’est pas juste une distraction, il apprécie la jeune femme, détail qui n’entrerait pas forcément en compte s’il s’agissait juste de se distraire. La tournure de la conversation agace un peu le jeune homme qui n’aime pas forcément être associé à ses relations, mais plutôt à son jeu, sauf qu’il doit admettre qu’il n’a pas beaucoup montré le second ces derniers temps. « Non, j’peux pas dire ça, mais ça a certainement pas la même signification pour moi que ça pourrait l'avoir pour toi. » Peut-être que dans l’esprit de Naveen un baiser s’associe à un rapprochement amoureux, voire peut-être déjà à une vie de couple, mais Colin ne voit pas les choses ainsi. Quoi qu’il en soit, dans l’immédiat l’heure n’est pas au mariage, mais à la séparation. « Ouais, elle faisait encore la gueule mardi, j’sais pas si elle s’est calmée. » Peut-être que oui, peut-être que non, le problème avec Salomée c’est qu’il n’arrive pas toujours à interpréter ses paroles ou ses gestes. « Et puis, il y a la fin du jeu aussi, à la base j’ai pas prévu de revoir du monde en dehors de ce nid. Enfin, du coup ce serait con que ça se finisse comme ça, mais bon. » Il soupire, un peu blasé, parce qu’il a essayé de s’expliquer alors qu’ils sont dans un jeu et que ses décisions ne devraient pas être contestées par les autres. Mais il est vrai qu’il trouverait ça dommage qu’après une bonne entente qui a duré plusieurs semaines, ils se séparent fâchés la dernière semaine. Si l’indien veut parler des liens qu’ils ont dans le jeu, il peut aussi se permettre une réflexion qui concerne Lawrence, surtout après le dilemme dont a écopé Naveen dimanche et la décision pour laquelle il a opté, celle de sacrifier la moitié de sa cagnotte pour ne pas être éloigné du barbu durant une semaine. « Non, pas du tout. Mais du coup j’me demande comment tu vas supporter la fin du jeu, vu que vous vivez pas sur le même continent. Tu comptes quitter l’Inde ? » Il ne pense pas. Tout comme il ne pense pas que Lawrence quittera les États-Unis. Si l’indien ne supporte déjà pas d’être éloigné du barbu durant une semaine, le retour à la réalité risque d’être difficile. En parlant de celui-ci, Naveen sera certainement ravi d’apprendre que les choses se sont arrangées entre lui et Colin. « J’me doutais que ça te ferait plaisir. » Il précise avec un simple haussement d’épaules. « Parce que j’aime pas la façon dont il me fait parfois me sentir. » Comme s’il était un moins que rien. Il est suffisamment intelligent pour savoir que ce n’est pas volontaire, au contraire le problème vient plutôt de lui et sa jalousie, Lawrence faisant partie de ceux qui ont essayé de le connaître malgré tout. Il ne sait pas quoi penser du barbu, ce n'est pas nouveau. « Ouais, justement c’est cool de ta part. » Naveen a redoublé d’efforts depuis le début, il en a effectivement conscience, il ne va pas se lancer dans une grande déclaration, mais c’est agréable de sa part. « Pour la peine tu m’oublieras pas dans ton petit discours du parfait petit gagnant. » Il n’a pas intérêt. Parce que c’est une évidence, Naveen est le chouchou de leurs colocataires autant qu’il est celui du public.



in the night i hear 'em talk, the coldest story ever told, somewhere far along this road he lost his soul to a woman so heartless. how could you be so heartless ?
avatar

Naveen
MESSAGES : 1969
AGE : 31
LOCALISATION : PONDICHERY - BANGALORE (INDE) / SANTA FE (USA)
CITATION : IL VAUT MIEUX METTRE SON COEUR DANS LA PRIERE SANS TROUVER DE PAROLES, QUE TROUVER DES MOTS SANS Y METTRE SON COEUR ─ MK GANDHI.
JUKE BOX : ALESSIA CARA, HERE - JAMIE LAWSON, WASN'T EXPECTING THAT - ED SHEERAN, PHOTOGRAPH - X AMBASSADORS, RENEGADES - JAMES BAY, LET IT GO - JAIN, COME.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 142 112,50 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (CODY) LAWRENCE.
Voir le profil de l'utilisateur http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: Re: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   Jeu 4 Fév - 13:00

S'il y avait une chose qui se disait souvent de l'indien, au sein de famille, c'est qu'il avait un certain esprit de contradiction. Ce n'était pas précisément le cas, pourtant, mais c'était à ça que ses proches avaient fini par réduire sa tendance à aller à l'encontre de certaines conventions, et à se laisser le choix de prendre des décisions opposées à ce qu'on attendait d'un jeune homme de son âge, dans un pays comme le sien. Il n'était pas marié à trente ans, n'avait pas non plus d'enfants, et c'était anormal voire purement critiquable aux yeux de beaucoup. Il avait fondé un site qui s'opposait à des traditions vieilles de plusieurs siècles, et ça tendait aussi à faire de lui une sorte de révolutionnaire. Ce n'était pas avoir un esprit de contradiction que de simplement aspirer à décider seul de ce que serait sa vie, à ses yeux, mais c'était la preuve qu'il n'avait pas peur de casser certains codes, c'est vrai. Alors ici, bien que son échange avec Colin ait démarré sur une note humoristique, il est vrai qu'il ne trouverait pas inintéressant que deux garçons comme eux puissent faire de ce lieu leur nouveau territoire, et ainsi briser l'idée reçue selon laquelle les sportifs étaient les seuls à fréquenter ce genre d'endroits. Cependant, là où Colin semblait vouloir régner d'une main de fer, l'indien préférerait opter pour une sorte de cohabitation amicale. Mais Colin ne semblait décidément pas convaincu. « Dans ce cas, peut être devrais-tu me laisser gérer la partie diplomatique. Parce que si on veut que notre suprématie dure à long terme, il vaut mieux ne pas inciter nos rivaux à renverser notre pouvoir. » Il n'était pas entrain de dire que Colin était incapable du moindre tact, mais … oui, disons qu'il jugeait préférable de se charger des relations avec la partie adverse, tout du moins si tout ça était sérieux. Et la suite ne le fut pas beaucoup plus, tandis qu'il prétexta être venu ici dans l'espoir de méditer. C'aurait pu être vrai parce que l'endroit ne lui semblait pas pire qu'un autre pour ça, mais il se contentait ici de se jouer gentiment de son camarade, qui portait un regard des plus négatifs sur la pièce où ils se trouvaient, puisqu'il l'associait à l'idée de « torture », là où l'indien y voyait une dimension bien plus positive. « Ce sont des notions qui ne sont pourtant pas exclusivement associées au sport. Il n'y a aucun domaine dans lequel tu aimes te dépasser ? » Peut être y avait-il des choses pour lesquelles il aimait repousser ses limites. Ce ne devait pas forcément impliquer un travail physique, on pouvait tout aussi bien s'adonner à de la gymnastique mentale, par exemple, à travers des jeux de réflexion. Il y avait aussi la méditation, bien sûr, et c'était l'une des raisons pour lesquelles l'indien s'y adonnait quotidiennement, parce qu'elle lui permettait de travailler sur un certain nombre de choses, avec une rigueur particulière. Mais ici, c'est véritablement pour plaisanter qu'il avait évoqué le sujet, et il savait de toute façon que Colin ne se joindrait pas à lui tant qu'il n'aurait pas trouvé un moyen de léviter, car là était sa condition depuis le départ. L'indien, qui ne s'offusquait pas d'être associé à quelques clichés inspirés de ses origines et de la culture qui était la sienne, souhaita alors rentrer dans le jeu de son camarade. Il prétexta ainsi avoir déjà sollicité ses dieux, mais en vain, car il était chaque fois question de sacrifices humains et que ça l'avait freiné. La remarque de Colin fendit alors ses lèvres en un sourire amusé, tandis qu'il eut un petit pincement au cœur en entendant le nom de Scarlett. « Bon d'accord, c'est vrai, j'ai fait quelques entorses à mes principes. Tous les trois, ils correspondaient malheureusement aux profils recherchés dans le cadre de ces sacrifices. Ça s'est donc joué à peu de choses. » Il choisissait là encore de le suivre sur le chemin qu'il avait emprunté, et de s'amuser de choses qu'il n'oserait probablement pas tourner à la dérision dans d'autres circonstances. « D'ailleurs, je ne voudrais pas t’inquiéter, mais le dernier portrait qu'on m'a dressé ressemblait étonnamment au tien … » Il reprit aussitôt, en posant sur lui un regard songeur, tout en feignant de le détailler l'espace de quelques secondes. De deux choses l'une, ou bien Colin finirait par comprendre qu'il se jouait de lui, ou bien il se mettrait à le craindre comme Salvador l'avait fait la fois où il avait été question de ses cheveux. Il va de soi qu'il avait tendance à préférer la première hypothèse, lui. « Je n'ai pas encore vu le film, mais certains passages des Mille et Une Nuits traitent aussi de tapis volants, et je ne serais pas étonné que les studios Disney se soient inspirés de ce genre de légendes. » Peut être parce que sans tellement s'y connaître en matière de dessins animés, il croyait savoir qu'il était toujours question d'un univers féerique, enchanté, inspiré de jolies fables qui avaient toutes les chances de faire rêver de jeunes enfants. Aladdin, en l'occurrence, l'intriguait parce qu'il en avait souvent entendu parler comme d'un clin d’œil à la culture indo-arabe, et qu'il apprécierait de voir dans quelle mesure ça pouvait être vrai. Quant à la patience qu'impliquait le fait de méditer, il est vrai qu'il n'était pas donné à tout le monde de se concentrer durablement, mais c'était une chose qui malgré tout se travaillait. « Eh bien, je me fixe un objectif, celui d'arriver à des états de paix intérieure et de pleine conscience. C'est ce qui maintient ma concentration à son plus haut niveau, parce qu'une fois la séance débutée, mon esprit sait qu'il est dans son intérêt de la poursuivre. » Il y avait des jours où sa concentration était optimale et où il pouvait mener à bien une séance au bout d'une vingtaine de minutes, mais parfois faire le vide lui demandait plus de temps, et ses rituels méditatifs avaient vite fait de s'éterniser. « Non, rassure-toi, je suis toujours autant persuadé qu'il y a des choses qui ne sont pas faites pour tout le monde. Pour moi, en l'occurrence. » Il reprit ensuite, dans un nouveau sourire, histoire que Colin n'aille pas s'imaginer qu'il projetait de se transformer en sportif accompli durant le peu de temps qu'il leur restait à passer ici. La prochaine remarque de son camarade, au sujet de la vue plongeante sur la piscine, le fit doucement froncer les sourcils. « Tant mieux, parce que ce genre de choses sont indignes de tout homme. » Colin dirait qu'il cherchait encore à lui faire la morale, mais il pourrait difficilement l'encourager à profiter de la vue pour espionner leurs camarades, et notamment les jeunes femmes qui pourraient vouloir se baigner. Et puis, parce que certains détails du dernier prime lui étaient revenus en mémoire, il s'était permis de faire allusion à la relation unissant Colin à Salomée, ce qu'il regretta toutefois lorsqu'il crut comprendre que son camarade supportait de moins en moins que le sujet soit mis sur la table. Il n'était pourtant pas comme Allen, lui, il savait bien que certaines choses prenaient du temps et qu'un mariage, ils n'en célébreraient sûrement pas de si tôt. Mais il aimait néanmoins penser que les choses avançaient, entre eux, bien que Colin parle d'une « distraction », un terme un peu maladroit de l'avis de l'indien. « Si tu ne te sens pas prêt à mettre des mots sur la relation que vous partagez, alors ne te force pas. Un jour, ça t’apparaîtra peut être comme une évidence, mais tu as probablement besoin de temps pour définir ce que tu ressens précisément pour elle. » Il tentait de lui faire comprendre qu'en soi personne n'était mieux placé que lui pour savoir ce qu'il en était vraiment, et que là où certains savaient qu'ils étaient tombés amoureux, d'autres avaient besoin de temps pour y voir plus clair. Quant au reste, il est vrai que donner un baiser était en soi un geste riche de sens pour lui, bien que l'aventure ait soigné une partie de sa crédulité. « Je n'ai pas encore donné le baiser qui à mes yeux symbolisera l'amour, le vrai. » Son ton était rêveur, parce qu'il n'y avait rien qu'il attende plus impatiemment que le moment où il lui serait peut être permis de vivre ce genre de bonheurs. « J'ai été initié à la tendresse d'un baiser par Khadija, et ceux que j'ai échangé sur l'ordre de Cupidon ont été tout aussi formateurs. Mais je sais que le jour où j'échangerai le baiser qui témoignera de mes sentiments, il aura un sens incomparable à tout le reste. » Il espérait ainsi véritablement qu'un jour, ses lèvres se scelleraient à d'autres non pas parce qu'une musique le lui aurait intimé, mais parce qu'il serait question de se prouver des choses, de livrer ce qu'on avait sur le cœur autrement qu'à travers des mots. Quant aux lèvres qu'il espérait embrasser un jour, il les avait sous les yeux depuis huit semaines à présent, ce n'était pas comme s'il faisait encore un secret de certaines choses. « Accordez-vous un moment pour vous parler, à l'extérieur, quand tout ça sera terminé. Tout lui apparaîtra autrement et vous vous retrouverez, tu verras. » Il reprit par la suite, dans un sourire qui se voulait rassurant, parce qu'il voyait bien que Colin était embêté à l'idée de quitter prochainement cet endroit sans avoir peut être eu l'occasion de régler les choses avec Salomée. Il disait n'avoir aucune intention de revoir qui que ce soit, mais sans doute ferait-il une exception pour la blonde, c'est du moins ce qu'il leur souhaitait. Quant à Lawrence, il est vrai qu'il l'avait choisi au détriment d'une partie de sa cagnotte, l'autre soir. Un choix que tout le monde ne comprendrait pas forcément, et qui n'étonnait visiblement pas Colin. « Je ferai des sacrifices et prendrai les décisions qui s'imposent, aussi difficiles soient-elles, si c'est le seul moyen pour que l'on reste ensemble, lui et moi. » Alors quitter l'Inde, c'était effectivement une éventualité, parce qu'il savait que c'était auprès de Lawrence qu'il voulait faire sa vie, quelles que soient les choses qu'ils seront amenés à vivre ensemble. Parce que sans Lawrence, son existence perdrait en éclat et en saveur. Il était la raison pour laquelle son cœur s'évertuait à battre, en dépit de la souffrance qui s'y était propagée ces derniers temps. Apprendre que les choses s'étaient arrangées entre Lawrence et Colin, en tout cas, ne manqua pas de le réjouir. « Oui, parce que je pense que vous gagneriez à vous découvrir autrement, et que vous pourriez même finir par sympathiser. » C'était probablement son coté optimiste qui ressortait, mais il aimait effectivement croire qu'une amitié était possible entre les deux candidats, bien qu'il les imagine difficilement se revoir une fois l'aventure terminée, ce qui leur laissait maintenant peu de temps pour se lier d'amitié. « Pour moi, c'est tout le contraire. » Il ajouta, dans l'esquisse d'un sourire un peu plus tendre, à la prochaine réflexion de Colin. Il s'était toujours senti particulier, unique en compagnie de Lawrence, et se sentait encore aujourd'hui honoré que l'américain lui accorde de l'importance. « Est-ce que tu lui en as parlé ? » Car il était probable que Lawrence le rassurerait si Colin lui faisait part de cette observation. L'indien n'était peut être pas très objectif, mais il ne l'imaginait pas vouloir consciemment incommoder quelqu'un, ni chercher à le rabaisser. Quant au reste, l'indien était véritablement touché que son camarade semble avoir conscience de la bienveillance qu'il avait tâché de lui témoigner, au fil de leurs échanges. Il le lui confirma, et son sourire se fit plus doux. La suite, par contre, lui valut de retrouver une mine assez amusée, tandis qu'il mouva doucement la tête. « Rien n'est joué pour personne, tu sais. Et je sens que tu pars défaitiste alors que tu ne devrais pas. » Il semblait déjà s'être fait une idée de l'issue du jeu, mais aujourd'hui tout le monde était soumis à la même incertitude, et si l'indien n'avait jamais pris la cote de popularité très au sérieux, ça n'était pas maintenant qu'il le ferait. « Tu as réalisé un parcours remarquable, et trouvé ton public. Je suis certain qu'il te soutient en cette avant-dernière ligne droite, et qu'il souhaite t'emmener encore plus loin. » Peut être Colin mettait-il sa place en demi-finale sur le compte de la chance, toujours est-il que ça le surprenait un peu qu'il ne fasse pas preuve de l'assurance qu'il lui connaissait généralement. « En attendant, tu n'auras rien à révéler dimanche, et pour ça je crois que je t'envie un peu. » Il conclut, dans une petite moue tracassée. Parler de son secret n'était pas une perspective angoissante en soi, parce qu'il avait besoin et envie de se confier à ses camarades, mais il savait que ça l'ébranlerait, que ce serait compliqué. Et il n'aimerait pas qu'on se souvienne de son secret pour l'état dans lequel il l'aurait mis, et non pour la symbolique qui l'entourait.


i guess right now
you've got the
last laugh.
avatar

Colin
MESSAGES : 948
AGE : 21
LOCALISATION : corvallis, oregon, usa
EMPLOI : étudiant en biotechnologie
JUKE BOX : EMINEM & SKYLAR GREY, asshole - KINGS OF THE CITY, make me worse - KANYE WEST, heartless - SKRILLEX & SIRAH, bangarang - BIGKIDS, superhero - KID CUDI & KING CHIP, just what i am, JEEZY & T.I., f.a.m.e.,

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 42'075 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (gael)
Voir le profil de l'utilisateur http://nothingbutourminds.tumblr.com/

MessageSujet: Re: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   Ven 5 Fév - 23:05

Le fait qu’ils soient les deux candidats les moins disposés à faire usage de cette salle ne veut pas dire qu’ils n’y ont pas le droit, bien au contraire. Maintenant que Naveen a pointé ce détail du doigt, il est temps pour eux de renverser la tendance et de prendre possession de la salle de remise en force, au grand dam des quelques sportifs encore en jeu. Mais si Naveen veut d’une souveraineté pacifique, on ne peut pas en dire autant du benjamin, qui se voit plus en chef d’état totalitaire. Il faut dire qu’après toutes les réflexions qu’il a subies sur son physique, il est temps pour lui de prendre sa revanche et on ne peut pas s’attendre à ce qu’il traite Achille ou Lloyd de manière égalitaire, bien au contraire. Enfin, face aux muscles de certains candidats, pas sûr que son état totalitaire survive bien longtemps, il aura vite le droit à une raclée pour lui remettre les idées en place. Raison de plus pour profiter de son pouvoir, hm, puisque celui-ci sera de courte durée. C’est sans compter sur l’indien qui propose de gérer la partie diplomatique, anéantissant ainsi le plan de Colin. Un Naveen au pouvoir, c’est un état en perdition, voilà tout. « Ils le renverseront avec toi aussi, c’est juste que ça se fera autour de petits gâteaux plutôt qu’avec des barres de fer. » Il y aura juste moins de pertes. Quoi que, dans une telle pièce les pertes n’en seraient pas réellement, puisqu’il s’agirait de matériel. De quoi provoquer la dépression de quelques candidats qui ne pourront plus passer de temps auprès de leur tapis de course ou banc de musculation favori, mais ce ne sont que des dommages collatéraux, rien de bien important. Naveen finit par remettre la méditation sur le tapis, évoquant le fait que cette salle s’y prête. Et si l’indien semble y croire dur comme fer, Colin ne partage pas son avis, cette pièce ressemblant plus à un lieu de torture qu’à un endroit se prêtant à la détente. Rien d’illogique de la part de l’américain qui, comme il le confie à son camarade, est plutôt partisan du moindre effort. Et contrairement à ce qu’à l’air de penser Naveen, cette notion s’applique dans tous les domaines. Quoi que, après réflexion, il y en a bien un où il tente de se surpasser. « J’sais pas, rendre fou mes parents ça compte ? » Il redouble d’ingéniosité dans ce domaine, allant jusqu’à se faire du mal pour que les accusations pèsent sur ses géniteurs. Il est prêt à tout de ce côté-là, mais heureusement pour lui tout ceci n’est bientôt plus que de l’histoire ancienne. Le fait que Naveen médite n’est pas un problème, par contre celui de faire de l’américain son élève, oui. Il respecte le besoin de son colocataire de s’adonner à cette pratique, mais lui n’en ressent ni l’envie ni le besoin, bien qu’il tente de s’y intéresser, à sa façon. Naveen ne l’a jamais forcé, il s’est contenté de lui suggérer l’idée et c’est déjà trop. Surtout qu’il n’est pas encore parvenu à léviter, condition non-négociable pour que l’américain se joigne à lui. Ce dernier vient d’ailleurs de découvrir une nouvelle facette de son camarade, celle du jeune homme bien sous tous rapports, derrière lequel se cache un véritable sociopathe, puisqu’il est question de sacrifices humains lorsqu’il sollicite l’aide des dieux. Il ne sait pas comment Naveen s’y prend, mais une chose est sûre ; il s’y prend mal. Il a déjà sacrifié trois candidats –  Sandy, Clotaire et la dernière en date, Scarlett –  sans que le succès ne soit au rendez-vous, rendant ces trois sacrifices inutiles. Et si concernant Sandy et Clotaire il n’a aucun regret quant à leur disparition, concernant Scarlett c’est une autre histoire, Naveen n’a pas vraiment assuré de ce côté-là. « T’aurais pu faire un effort et t’attaquer à Zélie et Cody, ça nous aurait évité de les supporter aussi longtemps. » Sandy et Clotaire ne gênaient personne, leur disparition s’est peut-être faite dans l’indifférence la plus totale – ce qui n’aurait pas été le cas des deux candidats qu’évoque Colin – mais justement, leur non-existence les rendait supportables. Esquissant ensuite un léger rire à la réflexion de Naveen qui lui fait remarquer qu’il est le prochain sur la liste, il n’en est pas pour autant inquiet, et ce pour une très bonne raison qu’il compte partager avec son colocataire sans tarder. « Peut-être, mais je sais que j’crains rien. Après tout, c’est pour moi que tu fais tout ça, pour que j’puisse goûter à la lévitation une fois dans ma vie, ça aurait aucun sens si tu venais à m’éliminer, t’aurais fait tout ça pour rien. » Il n’a donc rien à craindre, si une vie doit être préservée parmi toutes celles des camarades de Naveen, c’est bien la sienne, puisque tout ceci est pour lui, en fin de compte. Il peut donc dormir sur ses deux oreilles, ce n’est pas cette nuit qu’il se réveillera et fera face au visage d’un Naveen assoiffé de sacrifice. Quant au fait qu’il ne s’agisse que de trente secondes de lévitation par prière, c’est un détail qui est loin de convenir à Colin, lui s’imaginait déjà être en perpétuelle lévitation, un peu comme Aladdin lorsqu’il est sur son tapis, même si de son côté il n’est pas question d’être assis sur un tapis pour satisfaire son envie de léviter. « C’est probable, c’est Disney quoi, ils s’inspirent de tout ce qu’ils voient. » Que ce soit les lieux mis en avant dans leurs dessins animés ou les visages de leurs personnages ressemblants à s’y méprendre à des acteurs, il ne serait donc pas étonné que le studio s’inspire également d’autres œuvres. « Mais faut que tu le regardes ce film, c’est quand même ton cousin qui est à l’affiche ! » Il exagère ? Peut-être. « Ça va, j’plaisante. » Il lance, plus pour les associations antiracisme qui doivent s’offusquer de son comportement et qu’il n’a aucune envie d’avoir à dos que par réelle inquiétude d’avoir vexé Naveen. Il le connait un peu à force, il ne pense pas qu’il est de ceux qui s'agacent pour si peu (enfin, Naveen ne s'agace pas, c'est connu). Quoi qu’il en soit, si Colin n’a aucune envie de méditer, ce n’est pas par pur désintérêt de l’activité, mais simplement parce que sa concentration est loin d’être irréprochable et qu’il serait tout bonnement incapable de tenir en place ou de ne pas se laisser distraire dès qu’une mouche vole non loin de lui. Raison pour laquelle il ne parvient pas à comprendre comment Naveen parvient à être aussi concentré qu’il l’est quand il s’exerce à la méditation. En se fixant un objectif, parait-il, réponse qui ne parvient pas à convaincre le benjamin de la bande. « Et ça consiste en quoi, être dans un état de paix intérieure ? J’veux dire, ça fonctionne comment ? » Il questionne, pas totalement désintéressé. Mais encore une fois, ce n’est pas parce qu’il se montre curieux qu’il va suivre l’exemple de son colocataire. Ce dernier lui apprend ensuite qu’il n’a heureusement pas succombé aux charmes de la salle de remise en forme, et par déduction, il ne risque pas de faire concurrence aux musclés du nid. « Tant mieux, j’t’en aurais voulu si tu m’avais laissé seul dans le clan des gringalets. » Pas que Naveen le soit tant que ça en réalité, mais il est encore loin de posséder la carrure d’un Achille ou d’un Lawrence, s’il fallait le situer il serait effectivement plus proche de Colin, ce qui fait de lui un allié indispensable au jeune homme pour affronter la domination des musclés. Il ne s’en remettrait pas s’il venait à perdre ce soutien, c’est évident. Son camarade sous-entend ensuite que cet endroit puisse être un lieu d’observation, détail auquel Colin n’avait pas pensé plus tôt, sans quoi il se serait soudainement trouvé un attrait pour le sport dès le début de l’aventure. « Ouais sauf que je suis pas un homme mais un gamin, alors ça passe venant de moi. » Pour une fois qu’il peut utiliser son âge pour lui, autant en profiter. Ainsi, ce serait peut-être indigne des autres, mais certainement pas de lui puisqu’il possède l’excuse de la jeunesse. Naveen fait ensuite référence à la rubrique d’Allen pour le questionner sur sa relation avec Salomée, sujet récurrent depuis maintenant quelques semaines, sauf qu’à la différence de certains il n’apprécie pas forcément de mettre en avant ses affinités. Alors qu’on lui parle constamment de la blonde commence à lui peser, surtout qu’on l’associe à elle d’une façon qui ne lui convient pas et qui n’est pas réelle. Il ne s’agit pas d’amour, il faut que Naveen le sache, même si la façon dont l’exprime Colin peut effectivement apparaître comme maladroite. Colin ne se pensait déjà pas capable de lier une amitié avec quiconque ici, alors qu’il puisse avoir des sentiments pour quelqu’un est très éloigné de la réalité. Surtout qu’il est réaliste, il sait qu’une fois à l’extérieur les choses ne seront plus comme elles le sont ici. « Naveen, j’apprécie que tu t’en soucies, mais c’est clair et net de mon côté, ça changera pas avec le temps. » Il ne voit pas comment il pourrait en être autrement, puisqu’ils seront certainement amenés à se perdre de vue avec le temps. C’est une relation qu’il n’arrive pas à définir, n’étant pas une simple amitié mais n’étant pas une histoire d’amour, c’est indéfinissable et c’est propre à cette émission. Alors dans le doute, il préfère camper sur ses positions. Quant au fait qu’ils se soient embrassés, à plusieurs reprises d’ailleurs, une chose est sûre, un baiser n’a clairement pas la même signification pour Colin que pour Naveen. Là où ce dernier doit y voir un geste fort d’amour, le plus jeune y voit un contact agréable qui n’est pas forcément symbolique. Ça ne veut pas dire que ça ne peut pas l’être du tout à ses yeux, sa relation avec son ancienne petite amie en est la preuve, simplement qu’il ne s’abstient pas s’il a envie d’un tel contact, même dans un contexte où cela ne signifie rien. Du côté de Naveen, c’est l’inverse, lui attend de donner un baiser qui symbolisera le véritable amour, bien que ses lèvres ne soient désormais plus vierges depuis que Khadija les lui a volées en début d’aventure. « C’est dingue quand même quand on y pense, t’as trente ans et tout le monde est à tes pieds ici, et pourtant t’as jamais échangé un baiser du genre. » Et c’est lui qu’on traite de puceau, n’importe quoi. « Mais en tout cas j’te souhaite que ça arrive vite, tu rates ta vie pour le moment. » Il lance, non sans esquisser un sourire afin de faire comprendre à Naveen qui est parfois très premier degré que non, il ne rate pas réellement sa vie, enfin, pas totalement. Dans tous les cas, Naveen se montre curieux avec un peu de retard, l’heure étant à la séparation entre Salomée et lui. Même s’ils se sont expliqués en début de semaine et qu’elle lui semblait moins fâchée à l’issue de leur conversation, il n’est pas encore serein. Et même si ce détail n’entrait pas en ligne de compte, le fait est que leurs chemins vont bientôt se séparer. « Ouais, je suis pas sûr que ce soit faisable mais on verra. » Ce n’est pas dans ses plans de s’éterniser en Europe à la fin de cette émission, tout comme ça ne doit pas être dans ceux de Salomée d’attendre plus longtemps pour reprendre ses études en France. Ils verront. Il n’est pas aussi optimiste que Naveen, lui s’attend à ce que la vie de chacun reprenne le dessus sur la parenthèse Fake Lover. L’américain en vient à se questionner sur la façon dont Naveen va gérer l’issue du jeu, lui qui risque d’être celui ayant le plus de peine à se séparer des autres, Lawrence en tête de liste. Entre eux aussi il y a des facteurs non-négligeables, comme tout d’abord la distance. « Mais Naveen, tu réalises qu’il y a encore deux mois tu le connaissais pas et que ta vie avait pas besoin de tourner autour de lui pour être agréable ? » Il le questionne, modulant le ton de sa voix pour ne pas paraître agressif, bien qu’il n’ait pas jugé utile de prendre des pincettes dans le choix de ses mots. C’est Naveen, il est ainsi, s’attachant aux gens à une vitesse folle, et Colin n’a pas la prétention de vouloir le changer, simplement de le mettre en garde. Il ne pense pas comme lui, et si dans certaines situations Colin devrait prendre exemple sur l’indien – notamment concernant sa capacité à être optimiste, ainsi qu’à laisser les gens entrer dans sa vie – peut-être Naveen devrait-il aussi se montrer plus réticent à l’idée de bousculer sa vie pour des gens qu’il vient à peine de rencontrer. Il est assez grand pour prendre ses propres décisions et juger de ce qui est le mieux pour lui, mais il aura été prévenu. Si Lawrence fait la meilleure des impressions à Naveen, on ne peut pas dire que ce soit le cas auprès du benjamin, bien qu’ils se soient expliqués et que ce dernier ait pardonné à Lawrence la découverte de son secret. Il était mal placé pour lui en vouloir, c’est un jeu, il le sait, mais il s’est estimé en droit de regretter sa cagnotte. « C’est pas un mauvais gars, mais de là à être amis, il y a encore de la marge. » Il ne le déteste pas, il ne l’adore pas, il l’aime bien vite fait et ça s’arrête là. Certaines conversations qu’il a eues avec le barbu étaient agréables, d’autres moins, c’est quelqu’un avec qui il ne rechigne pas à communiquer, mais pas pour autant de façon quotidienne. Peut-être parce que ce qu’il reproche le plus à Lawrence est la façon dont il le fait se sentir, et que tant que les choses ne changeront pas de ce côté-là il ne sera jamais pleinement ravi d’être aux côtés du barbu. « Quelle surprise. » Il glisse à la réflexion de Naveen, avant de hausser les épaules à sa question. « J’vois pas l’intérêt. » D'autant plus à ce stade du jeu. « Surtout qu’il y peut rien, je sais bien que c’est un gars qui est plutôt cool, c’est juste que… on s’en fiche, c’est juste pas sa faute. » Il y a les caméras, il y a les micros, il a déjà accepté de s’épancher sur le sujet Salomée, il ne laissera pas échapper d’autres confessions. Lawrence n’y est pour rien, le vrai problème est sa jalousie, bien qu’il ne l’admettra jamais à voix haute. Le même souci se pose avec Lloyd, ils ont du fric à ne plus savoir qu’en faire alors que de son côté il vendrait un rein pour encaisser un chèque, mais ce sont surtout des gens importants – Lawrence plus que Lloyd, justement – qui ont une identité bien définie et qui leur appartient. Ça ne sert à rien qu’il justifie ce point auprès des autres, ils ne sont pas en mesure de comprendre. Ça se passe mieux avec Naveen, qui est parfois aussi paumé que lui, le choc des cultures probablement, même s’il y a du progrès depuis la première semaine. Alors oui, quant à savoir qui l’apprécie à sa juste valeur, le prénom de l’indien lui est naturellement venu bien que ce soit un peu de la triche, ce dernier appréciant et valorisant tous ceux qui l’entourent. Pour la peine, si cela lui a fait plaisir, qu’il n’hésite donc pas à citer l’américain dans son discours de remerciement, afin qu’on garde une trace de lui quand tout le monde les aura oubliés, à l’exception du vainqueur, justement. « Non, en fait j’fais genre parce que j’sais que j’vais tous vous éclater, mais j’essaie d’être modeste pour pas que le public me tourne le dos, la prétention c’est pas toujours super bien vu. » Il n’est pas défaitiste, il est stratège, hm. En réalité, l’américain aime penser qu’il aura sa place en finale, mais certains éléments lui font penser que ce ne sera pas le cas. « Wow, tu sais me rassurer Naveen, merci. Tous les psys que j’ai pu côtoyer devraient prendre exemple sur toi. » Il lance par la suite, détaché, appréciant que son camarade se montrer soucieux, mais pas le fait qu’il tente de le rassurer. Question de fierté. Et puis, même si échouer serait une humiliation, du moment que sa cagnotte est validée, c’est l’essentiel. S’il venait à être éliminé dimanche, ça l’embêterait, mais il s’en remettrait. « Je serais peut-être tranquille mais j’ai aussi dû y passer et j’ai pas vraiment eu le temps de me préparer contrairement à vous. » Enfin, à moitié. Il savait que Lawrence risquait de valider son buzz, il avait donc réfléchi à la façon dont il pourrait révéler son secret, mais il ne s’attendait pas à ce que la révélation se déroule durant un prime, dès le début de celui-ci, ce qui l’avait tout de même pris au dépourvu sur le moment. « De toute façon si tu t’es inscris à cette émission en sachant que tu devrais défendre ce secret en particulier, c’est que tu arrives à en parler et si la production t’a sélectionné, c’est qu’il n’implique rien qui pourrait te mettre dans l’embarras, donc tout va bien se passer. » Ou pas. En réalité, s’il en croit la presse, certains candidats sont venus confier un meurtre ou une fraude en direct à la télévision, de quoi s’assurer un séjour derrière les barreaux dès leur sortie, si ce n’est pas dès qu’ils ont eu terminé leur révélation. Il ne pense cependant pas que l’indien cache un secret aussi dramatique, ou du moins rien qui n’implique de ne pas respecter les lois. « Moi je m’inquiéterais plus par rapport à ce que les autres peuvent cacher. Tu t’es préparé à l’idée d’être, peut-être, déçu ? » De son côté, ce n’est pas parce que quelqu’un vient défendre un secret qu’il juge acceptable qu’il en sera de même à ses yeux, il est d’ailleurs presque certain qu’un ou deux ne lui plairont pas, mais peu importe puisque ça ne le concerne pas directement. « Genre, imagine Lawrence est un vrai sociopathe, et là c’est le drame. Enfin, si ça se trouve il sera plus doué que toi en matière de sacrifices humains et du coup tu arriveras enfin à me faire léviter et on deviendra enfin potes, du coup tout ira bien dans le meilleur des mondes. » Après tout, avec Naveen même le pire secret peut être perçu avec un certain optimisme.

Spoiler:
 



in the night i hear 'em talk, the coldest story ever told, somewhere far along this road he lost his soul to a woman so heartless. how could you be so heartless ?

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05   

 

i fought so hard for your heart ~ 04/02 | 18h05

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Rez de chaussée :: La salle de remise en forme-