Partagez | 
 

 sting 02/02, 11h00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Salomée
MESSAGES : 278
LOCALISATION : FR.
EMPLOI : étudiante en tourisme

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 37 900€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (owen) achille
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: sting 02/02, 11h00   Dim 7 Fév - 4:15

L’idée d’Achille me fracassant, comme vient de subtilement le soumettre Colin, est une horreur pour l’imagination. Cela dit même si je suis fière de moi à l’idée d’avoir pu commencer le sport ici je doute de mes capacités à continuer un rythme aussi soutenu une fois replongée dans mon quotidien. C’est qu’on ne passe pas tous nos journées dans une salle de sport, moi c’est plutôt salles de classes. Bougeant la tête de gauche au droite les lèvres pincées je fais signe à Colin que non. Malgré tout je pense qu’une précision est nécessaire si je ne veux pas avoir le droit à une leçon de morale dans l’heure qui suit. « Ca reste entre nous. » Deal. Tout comme le fait que je devienne zinzin. Dans sa grande bonté Colin se propose de faire un check-up à la fin de la semaine. « Ok. On sait jamais. » J’hausse les épaules, pas du tout dérangée par l’idée d’être considérée comme une folle. Au fond c’est ça qui est inquiétant. De toute façon je ne compte pas m’éterniser, je devrais m’en sortir indemne. Lui non plus apparemment, ce qui est tant mieux comme ça on pourra se voir un peu hors caméras. Je suis sûre que ce sera bizarre, que tout aura une saveur différente. Enfin ce n’est pas une surprise puisqu’au-delà d’une soudaine intimité nous serons surtout mariés. Gé-nial. Si Colin prend son rôle à cœur cela-dit je n’ai rien à lui reprocher. Je regrette presque de lui avoir conseillé de faire dans la simplicité lorsqu’il évoque ses idées de cérémonie à un million de dollar. La show à l’américaine quoi. « Tu rigoles ? Tu devrais rajouter des bougies, c’est carrément pas assez. » Je roule des billes sourcils froncés dans des allures de bobo du seizième. Malheureusement la réalité en est tout autre puisque c’est à peine s’il va pouvoir s’offrir la vie qu’il espère. Même si sa cagnotte va l’y aider ce n’est jamais assez lorsqu’on vise le long-terme. Il a largement de quoi faire le mur et se payer un motel, c’est déjà ça. « Tu vas trouver un job ? Peut-être que ta popularité va t’aider. » Cette émission va offrir des tremplins pour ceux qui sauront et voudront en profiter. Je n’aurais pas dû soumettre l’idée puisqu’en trois secondes Colin a pris un boulard phénoménal, à tel point que le mec veut un droit d’exclusivité sur ma personne. L’esclavage c'est censé être terminé, ils se croent tout permis ces ricains. « Je sais pas quel est le plus avantageux là. En tout cas pour le plus discriminant j’ai trouvé. » J’arque un sourcils, consciente qu’il s’agit d’une blague mais dans tous les cas je ne cautionne pas vraiment le sexisme. Ca aurait pu être pire, disons que ça passe. Par contre le Mcdo ça ne passe pas du tout. Quand je dis resto c’est pas fastfood, hein. « Non ! Comment tu peux appeler ça gastronomie ? C’est de la merde industrielle ! Quand je dis resto je veux dire des fruits de mer en entrée et un bon pavé de viande cuite à point et mise en sauce. » Paupières closes je sers mes poings au niveau de ma poitrine, vivant littéralement l’instant au travers des images qui s’illustre dans ma tête. On a tout ici mais franchement ça s’est vite terminé en plats de pâtes général cette histoire. Mon éclair de génie arrive à point, pile poil pour prouver à Monsieur que je n’ai pas menti sur toute la ligne. « Si mais je m’en fou. » Juste une fois j’ai le droit de le pointer du doigt non ? Je fais ce que je veux, ça fait partie de la philosophie rebelle. Il devrait connaître. « Je ne sais pas si c’est une très bonne chose. » Sceptique je cherche quelque chose qui puisse me rassurer dans l’expression de son visage. Rien. « Deal. » Je concède, levant la main pour taper un high-five. C’est le moment de passer ma commande, il est open à toute proposition là. « Un bon plateau de fromage pour le resto. » On pourra bien trouver un endroit avec du bon fromage à la française. Peu importe s’il faut s’aventurer dans les contrées du pays, c’est Colin qui s’en charge de toute manière. « T’étais vraiment sérieux pour le McDo ? » Que je sache quand même s’il était dans l’humour ou s’il pensait vraiment l’atrocité qu’il a pu sortir. « A la limite je t’en concède un. Un Burger King. » Il faut savoir négocier un petit peu.
avatar

Colin
MESSAGES : 949
AGE : 21
LOCALISATION : corvallis, oregon, usa
EMPLOI : étudiant en biotechnologie
JUKE BOX : EMINEM & SKYLAR GREY, asshole - KINGS OF THE CITY, make me worse - KANYE WEST, heartless - SKRILLEX & SIRAH, bangarang - BIGKIDS, superhero - KID CUDI & KING CHIP, just what i am, JEEZY & T.I., f.a.m.e.,

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 42'075 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (gael)
Voir le profil de l'utilisateur http://nothingbutourminds.tumblr.com/

MessageSujet: Re: sting 02/02, 11h00   Dim 7 Fév - 18:58

Ainsi, ils sont trois à faire partie de la liste de ceux qu’elle veut revoir. Il ne sait pas si Clotaire est encore vivant, mais pour ce qui est d’Achille une chose est certaine, elle a intérêt à ne pas relâcher ses efforts si elle ne veut pas que le barbu la fracasse quand ils se retrouveront. Il a une telle obsession du sport qu’il ne pardonnera pas à sa partenaire son écart de conduite, lui qui a mis tant d’énergie à motiver les troupes entre ces murs. Elle part mal, vu qu’elle n’a pas vraiment l’air d’avoir prévu de continuer l’exercice physique en sortant d’ici. « Ça peut se faire, mais seulement si tu y mets le prix. » Il précise d’un air las, haussant les épaules. Son silence s’achète, à prix d’or qui plus est. Quant au fait qu’elle devienne folle, il est nécessaire de faire un contrôle à la fin de la semaine pour s’assurer que la situation ne dégénère pas. Elle est partante, il acquiesce d’un signe de la tête, c’est conclu. Maintenant, il faut qu’ils trouvent un terrain d’entente concernant la demande en mariage qu’il a prévu de lui faire pour satisfaire un certain animateur. Il a vu les choses en grand, mais il aurait dû plutôt opter pour la simplicité, ce qui lui fait une belle jambe d’apprendre maintenant qu’il a déjà opté pour une demande des plus extravagantes, avec colombes et bougies. Qui ne sont pas assez nombreuses, tiens. « Tu viens de me dire que tu veux du simple ! Ah les femmes, j’arriverais jamais à vous suivre. » Il soupire en levant les yeux au ciel. Faut qu’elle se décide, le délai arrive à son terme. Quant à sa cagnotte, elle n’est pas aussi remplie qu’il le souhaiterait, mais ce sera toutefois suffisant pour prendre son indépendance, bien que sur le long terme ce soit plus délicat. Il pourrait effectivement trouver un job, mais après presque deux ans à ne rien faire de ses journées, cette possibilité ne l’enchante pas vraiment. Sauf qu’il n’aura pas vraiment le choix, en fait, s’il veut pouvoir se payer un loyer ainsi que ses études, dix mille euros ça ne lui suffira pas. La solution restante étant celle d’être la star de sa propre télé-réalité comme l’a suggéré un sondage d’Allen, mais il tient à conserver le peu de dignité qui lui reste. Quoi que, peut-être que si ça paie suffisamment il songera à l’idée. « La galère, j’avais pas songé à ça. J’aimerais reprendre mes études, mais elles vont pas se payer toutes seules… bah, je pense que je vais me lancer dans le mannequinat, hein, comme tous ceux qui sortent d’ici. Et puis j’ai tout à fait le physique pour. » Évidemment. En réalité, ce n’est qu’un détail, certains sont sortis de cette émission et ont eu une belle carrière de mannequin alors qu’en temps normal personne ne se serait jamais intéressé à eux, mais l’étiquette Fake Lover aide comme aucune autre. Ce serait joindre l’utile à l’agréable, si ça lui permet de poser avec des demoiselles et de se faire plus de fric qu’en faisant des frites. Il peut déjà tenter de se faire quelques contacts dès sa sortie, puisqu’il sera bien évidemment le chouchou des médias et il compte en profiter, ce serait bête de s’être enfermé deux mois ici sans pouvoir profiter d’une notoriété qui n’est de toute façon qu’éphémère. Salomée souhaite un autographe, mais elle aura plutôt le droit à un acte de propriété, faudrait pas qu’elle oublie qu’elle est liée à lui, à vie qui plus est. « Oh ça va, je suis cool, t’auras deux heures de liberté par jour. » Et qu’elle n’aura pas à passer en cuisine, détail important qu’il se garde de partager. Bien qu’ils plaisantent, il n’oublie pas l’atmosphère lourde qui entourait le début de leur conversation et il n’a pas envie de la retrouver parce qu’il va trop loin dans ses plaisanteries. Mieux, il lui offre la possibilité de se foutre de sa gueule, puisqu’en tant que française elle ne peut évidemment pas cautionner ce qu’il appelle la gastronomie américaine. Il a visé juste, elle s’excite immédiatement et le cliché le fait sourire. « J’y crois pas, tu veux me tuer ! J’suis allergique aux produits de la mer, tout ça. Si t’essaie de te débarrasser de moi pour toucher l’héritage je t’arrête tout de suite, ça sert à rien j’ai rien à t’offrir. » C’est pas un vieux riche qui a amassé une fortune au fil des ans, bien au contraire, c’est un mauvais parti. Mais il retient, il doit lui offrir la plus belle demande en mariage qui existe pour qu’elle se débarrasse de lui au plus vite, c’est sympa. « Mais je prends note, j’ai tout à apprendre de toi à ce niveau. » Désespérant. C’est pourtant tellement bon un mcdo, tss. Par contre, elle est supposée s’occuper des monuments mais là c’est mal parti vu qu’elle est incapable de lui en citer un seul. Enfin, avant qu’un éclair de génie fasse qu’elle l’agresse avec son index, ce qui est très impoli comme il le fait remarquer. Levant les yeux au ciel à sa réflexion, il se contente de désapprouver d’un signe de tête en claquant des dents. Bien, elle s’occupe donc des monuments et lui des restaurants, c’est un bon deal. « Ah chouette la confiance, merci. » Genre. Il adore le mcdo, mais de manière générale il adore manger, il ne se restreint pas qu’à ça, elle pourrait être surprise. Bon deal, tant mieux, elle lui fait un high-five signe qu’elle ne peut plus reculer. Si elle a encore quelques exigences, c’est le moment. Elle en a, il en était sûr. « Bwehehe. C’est bien un truc de français, ça. » Il grimace quand elle évoque du fromage. Mais bon, il fera un effort. « Ouais, c’est la base de mon alimentation quand même... » Il rétorque par la suite, une mine faussement triste sur le visage. La comédie est nécessaire pour qu’elle lui concède un Burger King. « Non j’étais pas sérieux, mais c’est vendu. » Il juge utile de lui préciser qu’il n’était pas sérieux, pas que le cliché de l'américain ne connaissant que le mcdo ne lui colle à la peau, même si ce ne serait pas totalement faux. Ceci dit, il ne sera pas mécontent de retrouver les hamburgers bien gras dont il a l’habitude. Ça compensera le fromage dégueulasse, chacun son truc.



in the night i hear 'em talk, the coldest story ever told, somewhere far along this road he lost his soul to a woman so heartless. how could you be so heartless ?
 

sting 02/02, 11h00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [S15 beta] D1 Vainqueur Sting Racing 638pts
» Sting Avalon [ en cours ]
» Triple H vs Sting
» Randy Orton vs Sting
» Sting promet la fin de la N.W.O en capturant le titre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Rez de chaussée :: La salle de contrôle-