Partagez | 
 

 our minds are troubled by the emptiness (09/02 8h11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Enola
MESSAGES : 764
AGE : 28
LOCALISATION : las vegas
EMPLOI : wedding planner
JUKE BOX : rhye, open - broods, never gonna change - halsey, trouble - transviolet, girls your age - twenty one pilots, goner - sophie jamieson, waterloo - ben howard, in dreams - liza anne, lost - hozier, arsonist's lullabye - laurel, blue blood - adna, beautiful hell.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 26 775 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (clotaire) salvador
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: our minds are troubled by the emptiness (09/02 8h11)    Mar 9 Fév - 0:07


Si Enola aurait dû se réjouir de sa place en finale durement gagnée après des semaines d'aventure, elle n'arrivait toujours pas à savourer cette petite victoire comme elle le devait. Encore un peu chamboulée par la révélation de son secret, elle ne cessait de ressasser les moindres détails de son récit alors que son cerveau la martelait de souvenirs. Encore un peu fébrile d'avoir mis son âme à nue devant ses camarades et les téléspectateurs, elle avait passé sa première journée en tant que finaliste dans le vague, feignant de se sentir mal pour passer une grosse partie de sa journée allongée dans son lit dans la chambre guimauve. Les autres comprenaient, ils n'avaient pas cherché à soigner cette maladie imaginaire qui la rongeait la laissant se réfugier dans sa solitude pour mieux faire la paix avec son histoire personnelle. Une atmosphère étrange régnait dans le nid comme si la révélation des secrets avait jeté un froid glacial en ces lieux pourtant si chaleureux à l'accoutumée. La brune avait passé sa journée de lundi à dormir, ne voyant dans ses rêves que le visage d'Adam ce soir-là de sa beauté angélique engloutie par les vapeurs d'alcool et de cette haleine fétide qui hantait éternellement le moindre de ses cauchemars. Le cœur encore lourd, la jeune femme entame pourtant cette nouvelle avec la ferme idée de ne pas laisser ce secret qui lui pèse tant continuer à gâcher son existence. Libre, elle l'était dès à présent et elle ne l'avait jamais autant été depuis deux ans. Les paupières encore un peu alourdies pas les larmes qu'elle a versé silencieusement dans la nuit peinent à s'ouvrir sur le décor rassurant de la chambre guimauve qu'elle partage encore avec Lloyd, un autre finaliste. De sa démarche traînante, la jeune femme se glisse avec une volonté sans pareille vers la salle de bain bien trop déserte à son goût en cette fin d'aventure. Son reflet l'horrifie si bien qu'elle se sent obligée de détourner le regard pour le faire disparaître. Tant pis si elle a une mine affreuse, un simple brossage de dent et un coup d'eau fraîche sur le visage suffiront à la sortir de son état de léthargie. Sur le chemin de dressing, elle est arrêté par la vision d'une silhouette familière assise sur le coin d'un lit de la chambre réglisse délibérément plongée dans le noir. Elle voit Naveen et son cœur se serre. Elle a bien vu à quel point il semblait bouleversé lors de la révélation de son propre secret mais elle n'avait rien pu faire, ni même lui adresser un quelconque regard compatissant alors qu'il se mettait à nu lui aussi ou le prendre dans ses bras comme elle l'aurait tant voulu. Au lieu de ça, elle était restée sur son fauteuil encore abasourdie par la révélation de l'indien alors que la production avait décrété que c'était au tour de la salvadorienne de parler de son secret au public. Enola ne se sentait pas moins coupable de n'avoir rien pu faire pour palier à la douleur de son camarade, elle s'était contentée de panser ses plaies dans son coin en attendant de refaire surface. Ne sachant pas trop comment s'annoncer, la jeune femme s'était approché de l'indien à pas de loup. « Ne bouge pas » avait-elle soufflé lorsqu'il releva la tête vers elle pour mettre un nom sur le visage de la silhouette qui s'approchait de lui. Prenant ses aises, elle venait colonisé le lit qu'il partageait avec Lawrence qui devait sûrement avoir déserté les lieux depuis bien longtemps. Enola s'était postée derrière l'indien, repliant ses jambes pour mieux s'asseoir sur ses talons alors que ses bras venaient entourer tendrement son cou. « Je t'ai compris Naveen » murmure-t-elle au creux de son coup avant d’émettre un long soupir d'abattement. La brune était bien placée pour savoir à quel point la perte d'un être cher pousse parfois à commettre des actes désespérés au point de placer son destin entre les mains de mauvaises personnes. Enola s'était tourné vers la religion durant les mois qui suivirent l'enterrement d'Adam, au point que ce la en devenait presque maladif. Elle était si vulnérable qu'elle se serait flagellée jusqu'au sang si le prêtre lui avait annoncé qu'il s'agissait du seul moyen de faire partir la douleur. « Et si tu es condamné à ne jamais pouvoir faire ton deuil,  sache que je le suis avec toi » poursuit-elle de son doux timbre. Lui, tout comme elle, ne pourraient jamais faire la paix avec les défunts qui hantaient leur existence. Comment peut-il en être autrement alors qu'il n'a toujours pas fait la paix avec lui-même ?   «  Tu apprendras à te pardonner ». Et ce même s'il n'était en rien coupable de cette histoire, si l'indien avait décidé de rejeter la faute sur lui alors il était le seul à pouvoir se réconcilier avec son âme. «  Et s'il le faut je serai là ... c'est à mon tour de prendre soin de toi » promet-elle alors que l'ombre d'un sourire empli de béatitude semble naître à la commissure de ses lèvres alors qu'une de ses mains vient effleurer les tempes avant de l'indien avant de venir se poster dans la chevelure d'ébène de son camarade. Un geste qu'elle avait répété pendant des années lorsque le plus tendre de ses bourreaux se noyait dans ses propres angoisses.            
avatar

Naveen
MESSAGES : 1969
AGE : 31
LOCALISATION : PONDICHERY - BANGALORE (INDE) / SANTA FE (USA)
CITATION : IL VAUT MIEUX METTRE SON COEUR DANS LA PRIERE SANS TROUVER DE PAROLES, QUE TROUVER DES MOTS SANS Y METTRE SON COEUR ─ MK GANDHI.
JUKE BOX : ALESSIA CARA, HERE - JAMIE LAWSON, WASN'T EXPECTING THAT - ED SHEERAN, PHOTOGRAPH - X AMBASSADORS, RENEGADES - JAMES BAY, LET IT GO - JAIN, COME.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 142 112,50 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (CODY) LAWRENCE.
Voir le profil de l'utilisateur http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: Re: our minds are troubled by the emptiness (09/02 8h11)    Mar 9 Fév - 6:17


La chambre réglisse était déserte, à cette heure-ci. Achille et Lawrence l'avaient tous deux quitté un peu plus tôt, ainsi l'indien y demeurait parfaitement seul, tandis qu'il se trouvait assis sur son lit depuis maintenant de longues minutes, le regard vague, un brin morose. Ses yeux pourraient de toute façon à peine distinguer le parquet, la pièce étant plongée dans une obscurité troublante, mais qui l'aidait à faire le vide. Il en avait besoin, ce matin, parce que la journée d'hier avait été aussi éprouvante que la soirée de dimanche, et qu'il craignait de passer une journée plus pénible encore s'il ne mettait pas un peu d'ordre dans ses pensées. Il souffrait toujours, inévitablement, parce que son cœur portait le poids de plusieurs regrets, d'une certaine culpabilité, et d'une amertume qu'il se destinait à lui-même autant qu'il la destinait à d'autres. Alors oui, sa peine n'avait de cesse de lui revenir, plus forte et vigoureuse, quand parfois elle avait la clémence de lui laisser une heure, cinq minutes ou ne serait-ce que dix secondes de répit. Dans cette obscurité bienveillante, il s'efforçait alors de tourner son esprit vers des pensées moins douloureuses, plus positives. Il pensait à l'aventure qui prendrait bientôt fin mais qui verrait peut être toutes sortes d'histoires débuter. De solides amitiés, entre des candidats désireux de se revoir et qui se suivraient les uns et les autres dans les plus beaux moments de leurs vies. Des romances, aussi, entre des êtres que le destin aurait réunis et entre qui naîtrait peut être le plus beau des sentiments. Et lui, c'est précisément à cette idée qu'il avait choisi de se raccrocher. Parce qu'elle l'aidait à envisager un avenir plus rose, là où son cœur semblait aujourd'hui lui hurler qu'il souffrirait éternellement des tourments qui s'y étaient enfermés. Parce qu'il avait envie de croire que sa quête du bonheur, elle, trouverait une jolie fin. Qu'il n'aurait pas espéré en vain, cette fois, et qu'il pourrait un jour repenser à tout ça dans les bras de l'amour de sa vie, et se dire qu'il avait vécu le pire pour connaître le meilleur. C'est à ça qu'il s'efforçait de penser, parce que c'était autrement plus réjouissant que de ressasser des choses qui continueraient de le malmener pendant des semaines, des mois, peut être des années. S'octroyer des moments pour penser à des choses plus belles, c'était le seul moyen qu'il avait trouvé pour supporter son sort. C'est alors qu'une voix se fit bientôt entendre, à quelques pas de son lit. Une voix douce, chaleureuse, qu'il ne mit pas longtemps à identifier. « Enola ? » Il souffla, tout en exécutant inconsciemment la demande de la brune, en restant patiemment assis sur le coin de son lit. Il la sentit alors le rejoindre, puis s’asseoir derrière lui, et c'est un sourire des plus doux que ses lèvres esquissèrent lorsque ses bras se mirent à l'étreindre, et que sa voix lui murmura des mots d'une extrême bienveillance. Comme pour la remercier silencieusement, il déposa une main sur l'un des bras de la jeune femme, et le pressa avec douceur. Elle reprit la parole, et c'est alors un doux soupire qu'il poussa. « Parfois je me dis que de ne pas l'avoir connue ... c'est peut être moins difficile que si nous avions eu le temps de nous lier. » Il avait véritablement le sentiment d'avoir perdu une partie de lui-même, pour autant il savait que sa peine serait autrement plus dévastatrice si on lui enlevait Rubina, Rani, Leela, Tamzin, Sanjana, Kareena, Sonali ou Rhea, qu'il avait toujours connues. « Je pense à Surinder, à Vishal, à Rubina … eux, ils ont perdu la sœur avec laquelle ils avaient commencé à grandir. Alors je me dis que leur peine est peut être plus légitime que la mienne ... » Peut être alors s'en voulait-il aussi pour ça, parce qu'il se morfondait alors que ses aînés avaient vécu une perte plus concrète que la sienne, et avaient en plus de ça partagé le secret de ses parents, pendant près de trente ans. « Tout comme la tienne peut l'être. » Parce qu'Enola avait perdu l'homme avec lequel elle avait fait sa vie et construit quelque chose, aussi douloureuse ait sans doute été leur union, construite sur l’innommable crime de cet homme. « Tu m'en penses capable ? » L'indien reprit, d'un ton qui laissait penser que lui doutait d'avoir la force de se pardonner un jour, parce qu'il vivait avec la douloureuse idée d'avoir indirectement provoqué cette situation, et qu'il n'était pas certain qu'il saurait s'en défaire un jour. Et puis, lorsque la voix d'Enola s'éleva à nouveau et que l'une de ses mains s'égara dans ses cheveux, c'est un étonnant bien-être qui le traversa. « Tu es adorable. » Il n'en avait jamais douté, sachant depuis le départ qu'Enola était de ces êtres foncièrement bons qui ne pouvaient semer que de la tendresse et de la bienveillance, mais ici les mots qu'elle prononçait et les gestes qu'elle initiait réchauffaient son cœur meurtri. « Et je t'ai comprise, moi aussi. » Il ajouta, après quelques secondes, en tentant de se tourner légèrement dans l'espoir de distinguer son regard, même dans cette pénombre. « Ta crainte de décevoir tes proches en refusant ce mariage, je pense que ma sœur l'a aussi ressentie. Et c'est un sentiment légitime, et non ... une preuve de faiblesse. » Elle savait quels espoirs sa famille plaçait en elle, combien ils espéraient pour elle une vie heureuse, loin de l'endroit où elle avait vécu, alors il comprenait qu'elle ait accepté d'épouser cet homme, en dépit du reste. « Et que tu sois tombée amoureuse de cet homme … je ne trouve pas ça condamnable. Tu as choisi de lui laisser une chance, même après ce qu'il t'a fait. Ça prouve que ton cœur est pur et qu'aucun crime, aucune faute ne le changera. » Certains auraient peut être estimé qu'Enola avait fait une erreur en tentant d'apprivoiser cet homme, mais lui comprenait que ce qu'elle avait ressenti au départ ait évolué. « Nous ne tombons pas toujours amoureux de ceux qui sont bons pour nous, nous sommes simplement esclaves de ce qui naît dans notre cœur. » Il parlait à présent en connaissance de cause, parce qu'aussi merveilleux soit Lawrence et épanouissants les sentiments qu'il avait développé pour lui, il savait qu'il s'était mis en danger à la minute où il en était tombé amoureux, et que peut être il n'en ressortirait pas tout à fait indemne. Il y avait des histoires évidentes, qui vous donnaient la garantie d'être heureux. Et puis il y avait des histoires tout aussi belles, mais pour lesquelles on prenait des risques, faisait des concessions, et se résignait à vivre une vie que peut être nous n'aurions pas choisi au départ. Par amour, parce qu'il n'y avait rien de plus fort que ça. « Je suis sûr qu'il n'y a pas un jour sans qu'il ait regretté de t'avoir fait du mal. » Sa voix, douce et cajoleuse, se joignit à ses gestes lorsque sa main vint finalement chercher celle de la brune, et la pressa avec douceur. « Si un autre homme entre dans ta vie, il aura énormément de chance. Et j'espère qu'il te donnera des raisons de penser que tu en as toi aussi. » Que cet homme la rendra heureuse, et lui offrira une vie saine et épanouissante. Qu'il ne la blessera jamais et ne s'en éloignera pas pour un empire. Qu'il sera digne d'elle, et de l'amour qu'il la savait capable de porter à nouveau, à un être qui le mériterait, sans souffrance cette fois.


i guess right now
you've got the
last laugh.
 

our minds are troubled by the emptiness (09/02 8h11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Crazy Minds
» Rebel minds :: 23 janv :: 2h28
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» [TERMINEE] Autumn C. Johnson ● The emptiness will haunt you.
» Do you got room for one more troubled soul? ▒ Hazel Levesque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Premier étage :: Chambre réglisse-