Partagez | 
 

 Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Síomha
MESSAGES : 788
AGE : 31
EMPLOI : ANIMATRICE.
CITATION : NOT YOURS. NEVER WAS.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Lun 30 Jan - 20:58

Le 2 février, 20h50 , en compagnie de Syssoï.
Un cimetière. A croire que la production voulait vraiment un programme interdit au moins de seize ans. C'était réellement glauque comme ambiance, pour une émission de télé-réalité basée sur ce hurm hurm « beau sentiment » qu'est l'amour. Entre ça, la chapelle et la cave, Síomha se demandait où elle était tombée. Surtout en pensant aux débiles qui peuplaient les lieux. Non, vraiment, elle ne cesserait de s'étonner de leur stupidité. Ils en tenaient une belle couche quand même. Enfin passons. Quoi de mieux que de se donner des petits frissons en se promenant dans le cimetière alors qu'il faisait nuit? Si elle pouvait vivre un remake d'un mauvais film d'horreur pour l'occuper, ça ne serait pas de refus. Au moins, cela la divertirait, l'espace d'une minute. Une clope pour seule compagnie, se baladant nonchalamment entre les différentes pierres tombales, elle regardait vaguement ce qui était noté dessus, sans jamais réussir à déchiffrer quoi que ce soit. Pas que ça l'intéressait tant que cela ou qu'elle tentait avec ardeur de lire quoi que ce soit, c'était juste histoire de promener son regard. Ce n'est que quelques minutes plus tard qu'elle capta une silhouette. Elle n'y porta pas grande attention et continua à avancer en laissant derrière elle des nuages de fumée qui disparaissaient bien rapidement. Lorsqu'elle entendit des pas dans son dos, elle se sentit obligée de se retourner, histoire d'éviter qu'on lui saute dessus en lui criant un bon gros « bouh » puéril qui ne la ferait que soupirer. « Si tu es un psychopathe, sache qu'il y a d'autres débiles à tuer avant moi. » se contenta-t-elle de souffler de sa voix douce, qui n'en restait pas moins dure.

Syssoï
MESSAGES : 2902
AGE : 31
LOCALISATION : J'SUIS TELLEMENT LOIN
EMPLOI : DANSEUR AU B-ONP
CITATION : « Des morsures de feu, derrière les oreilles, lui trouaient la tête, gagnaient ses bras, ses jambes, le chassaient de son propre corps, sous le galop de l'autre, la bête envahissante. »

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 145 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: GABRIELLE
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Lun 30 Jan - 22:38

C’est glauque un cimetière de nuit, ou bien ? Bah non, moi je m’y sens bien, c’est pas comme s’il fallait craindre les morts puisqu’ils sont morts, ni la mort elle-même puisqu’elle est inévitable. On contraire, les morts nous apprennent beaucoup sur la vie, sur leur vie, et par conséquent, le cimetière est le lieu le plus vivant du vaste domaine. Ouai, je sais, c’est paradoxal voir complètement capillo-tracté, mais avouez que mes arguments se tiennent. J’aime passer entre les allées et imaginer les vies des hommes, des femmes, des familles qui gisent ou gisaient ici. On ne peut pas lire les noms, mais parfois un bout de date, quelques chiffres qui agitent mon imagination. J’invente un siècle et je les replace dans l’Histoire. Je les habille, les lie entre eux, réinvente une vie pour chacun. Ça fait longtemps que je traine là, peut être une heure, peut être deux, si bien que j’en ai oublié la présence des autres. Je suis allongé sur une tombe, les yeux portés sur la voûte stellaire, lorsqu’un le portique gémit sur ses gonds. Merde, j’en ai même oublié où je me trouvais, à savoir dans un jeu peuplé de teubés qui aiment probablement errer dans les cimetière de nuit, en quête du grand frisson. Je me redresse sur un coude, attentif au moindre bruit, mes yeux balayant l’espace gouverné par les tombes. Une chevelure blonde attire mon attention. J’sais pas qui c’est et je m’en fous, elle finira bien par se lasser et se barrer. Je me rallonge. Elle est encore loin, il y a peu de chance qu’elle s’aventure jusqu’à la partie plus ancienne où je me trouve. Oui, on se rassure comme on peut... Mais au bout de quelques minutes, j’entends ses pas approcher, pile dans ma direction. Je reste immobile, avec un peu de chance, elle me prendra pour un gisant. Mains jointes sur mon torse, seuls mes yeux bougent, suivant l’avancer de la blonde. Je ne me souviens plus de son prénom, mais il me semble que c’est celle que j’ai «attrapé» durant la soirée Godfather. J’avais raison, elle ne me calcule pas. Elle s’immobilise entre deux tombes, et justement, l’une des deux, c’est la mienne. Je la regarde par en-dessous, tandis qu’elle tourne la tête, pas vraiment rassurée... Je regarde dans la même direction qu’elle, et perçois la boule orange qui avance lentement... Ok. « Si tu es un psychopathe, sache qu'il y a d'autres débiles à tuer avant moi. » Annonce-t-elle à la petite créature, sans la voir. Marrant, il paraît que c’est moi le psychopathe de la saison. « Ab ovo, Ab origine fidelis. » Je souffle en glissant deux mains sous ma nuque, provoquant un sursaut chez la blonde qui ne m’imaginait pas si proche d’elle, qui ne m’imaginait pas du tout, en fait. « T’as peur d’un chaton, Buffy ? » D’un mouvement de menton, je lui désigne la boule de poils qui semble plus effrayée qu’autre chose, avant de me lever pour récupérer le bestiot tremblotant.
avatar

Síomha
MESSAGES : 788
AGE : 31
EMPLOI : ANIMATRICE.
CITATION : NOT YOURS. NEVER WAS.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Mar 31 Jan - 0:11

Pour provoquer une quelconque réaction chez Síomha, il faut en général être doué et persévérant. Étant d'un naturel tout particulièrement indifférent, peu de choses la faisaient réellement réagir. Que voulez-vous, « je m'en fous » était sa phrase favorite. On l'entendait peu la dire, c'est bien vrai puisque quand elle se fichait de quelque chose, elle ne voyait même pas l'intérêt de répondre. Toujours est-il qu'elle avait vaguement aperçu quelqu'un se déplacer dans le cimetière. Elle n'y prêta que peu d'attention. Il pouvait bien s'agir d'un zombie ou d'un alien qu'elle ne daignerait même pas froncer les sourcils. Elle était très dure à impressionner. La chance voulait qu'elle soit aussi difficile à décevoir. Passons. Entendant du bruit derrière elle, elle avait pensé judicieux d'indiquer qu'elle savait qu'on se trouvait dans son dos et que toute tentative pour lui faire peur pouvait être avortée. Dommage qu'elle ne puisse pas contrôler le foutu sursaut qui la parcourut lorsqu'elle entendit une voix à seulement quelques mètres d'elle. Du latin? D'accord, s'il voulait. Elle baissa les yeux. Il était réellement allongé par terre? Eh bien, la voilà soulagée, il y avait plus siphonnée qu'elle. Soupir. Elle suivit du regard l'endroit qu'il lui indiquait. Un chat? Après tout, la production avait bien fait entrer tout un tas de chiennes dans ce jeu, autant y mettre un chat avec. Quelle bonne idée. Elle souleva un sourcil. Peur? « J'ai l'air d'avoir peur? » Si oui, c'est que la nuit transformait étrangement les expressions de son visage. Tout au plus, elle devait avoir l'air blasée. Et encore, il était fort possible que son minois n'indique aucune émotion, comme c'était souvent le cas. Elle porta sa cigarette à ses lèvres et expira quelques secondes après.

Syssoï
MESSAGES : 2902
AGE : 31
LOCALISATION : J'SUIS TELLEMENT LOIN
EMPLOI : DANSEUR AU B-ONP
CITATION : « Des morsures de feu, derrière les oreilles, lui trouaient la tête, gagnaient ses bras, ses jambes, le chassaient de son propre corps, sous le galop de l'autre, la bête envahissante. »

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 145 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: GABRIELLE
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Mar 31 Jan - 0:36

La bestiole est plus trouillarde que la blonde, et souffle en me voyant me lever. Sauf qu’elle ne tarde pas à faire le dos rond lorsque je m’approche lentement, une main en avant à hauteur de la petite chose. Ouai, je m’improvise dresseur de chatons sauvages, j’ai de la pratique avec Franckie. J’attrape le petit rouquin par la peau du cou, et le ramène sous mon menton. Il tremble, de froid, de peur, peut être les deux. Je me fais une mission de l’apaiser. Je ramène les pans de mon manteau contre lui, et me rapproche de la blonde. « J'ai l'air d'avoir peur? » m’interroge cette dernière, pas vraiment ravie que j’ai pu la traiter de trouillarde. « Quelqu’un qui s’entête à parler à voix haute pour combler le silence environnant, cherche à se rassurer. Mais c’est pas grave, Blondie, je suis une tombe. » Je me hisse sur une pierre tombale bien abimée, les pieds battant l’air à quelques centimètres du marbre recouvrant le mort. Je caresse la petite chose en silence. Elle commence à se calmer. J’imagine qu’une portée devait se cacher quelque part avant l’arrivée de la Production en ces lieux, et que la mère aura oublié un chaton derrière elle. Il doit avoir faim en plus d’avoir froid. Je suis tellement focalisé sur l’animal que j’en oublie totalement la présence de la blonde à côté de moi. Quand je relève les yeux, je suis presque surpris. « T’es encore là ? » C’est pas une agression, même si le ton de ma voix doit le laisser entendre, c’est une simple et réelle question. « C’est quoi ton problème ? T’as pas entendu ce qu’on dit sur moi ? File avant que je t’éventre à coup d’ongle pour me repaitre de tes entrailles. » Je souris au chat, ouai du coup ça casse un peu l’image de serial killer que je cherche pas forcément à donner, mais qui me colle à la peau. « Tu trouves pas qu’il ressemble à Gabrielle ? » Ok, cette fois c’est mort pour le trip psychopathe, j’ai juste l’air d’une Brigitte Bardot d’un mètre quatre-vingt neuf, avec un sourire de pub Email Diamant... Faut que je me ressaisisse, là.
avatar

Síomha
MESSAGES : 788
AGE : 31
EMPLOI : ANIMATRICE.
CITATION : NOT YOURS. NEVER WAS.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Mar 31 Jan - 12:41

Soit. Chacun peut avoir son point de vue sur le sujet. Pour Síomha, cela avait été une manière gentille pour éviter à un autre candidat de se ridiculiser en tentant vainement de lui faire peur. Comme quoi, elle n'était pas nécessairement si méchante qu'on voulait bien le croire. Si elle devait se décrire, elle se dirait même plutôt adorable dans son genre. Certes, c'était une toute autre histoire. Selon le jeune homme, cela relevait d'un problème d'anxiété dans ce lieu que bien des personnes considéreraient comme sordide. Si telle était sa théorie, alors très bien. Cela confirmait simplement son attitude habituelle, et son manque de loquacité en temps normal. Elle n'avait jamais grand besoin de se rassurer. Rien n'importait suffisamment à ses yeux pour qu'elle en vienne à s'en inquiéter. L'un des grands avantages à être elle. Qu'importe. Elle leva les yeux pour seule réponse. Pour les cours de psychologie, elle repasserait. Son attention se concentra alors sur le chaton perdu, comme si la blonde n'était déjà plus là. Peut-être s'attendait-il à ce qu'elle quitte les lieux, en effet. Cependant, l'idée ne lui vint pas à l'esprit. Elle accordait sans doute trop d'importance à sa cigarette pour laisser libre court à d'autres pensées. Elle vrilla ses prunelles froides sur son visage lorsqu'elle entendit de nouveau sa voix. Oui, elle était toujours là. A moins qu'elle ne soit finalement qu'une illusion. Qu'elle n'ait jamais été réellement là. Qu'elle ne soit qu'un songe. Peut-être qu'ils l'étaient tous? Peut-être que la vie, la mort, les joies, les peines, n'étaient qu'illusions? Syssoï fit alors, étonnamment, référence à sa réputation. Celle disant qu'il était effrayant et flippant. Pour la belle, il était loin d'avoir tous les critères pour entrer dans un tel rôle. Autant dire que ça ne l'impressionna guère. « Tu crois vraiment être si effrayant que ça? » Ce n'était pas comme si elle posait cette question parce que la réponse l'intéressait, c'était bien plus pour contrer ses dires. Il n'était vraiment pas terrifiant. D'autant plus lorsqu'il consolait un petit minou égaré. Un homme qui console un chat ne peut, selon elle, pas être qualifié de type flippant. Question de point de vue, sans doute. « J'en sais rien. » Elle ne connaissait pas cette nana, ne voulait pas la connaître. Fin de l'histoire.

Syssoï
MESSAGES : 2902
AGE : 31
LOCALISATION : J'SUIS TELLEMENT LOIN
EMPLOI : DANSEUR AU B-ONP
CITATION : « Des morsures de feu, derrière les oreilles, lui trouaient la tête, gagnaient ses bras, ses jambes, le chassaient de son propre corps, sous le galop de l'autre, la bête envahissante. »

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 145 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: GABRIELLE
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Mer 1 Fév - 0:56

Autant être clair dès le début, se promener dans un cimetière à la tomber de la nuit, ça a quelque chose de suffisamment louche pour être signalé. Ok, moi j’étais, à la base, carrément allongé sur une tombe à déblatérer en latin, et elle ne faisait que se balader en fumant une clope, mais il est de notoriété publique qu’il me manque plus d’une case, alors qu’elle... À première vue elle semble relativement normale, même si elle parle seule et s’évertue à prétendre qu’elle n’a peur de rien, pas même de moi. C’est ça qui est suspect en fait, le fait qu’elle ne se comporte pas avec moi comme les autres. Elle ne me jette pas de regard en biais signifiant «t’aurais pas jeté de l’anthrax dans l’air que je respire, par hasard ?», ni ne me demande si, par hasard, mon secret n’aurait pas été d’asperger ma mère à l’acide avant de violer son cadavre. Elle se contente de rester là, indifférente, la fumée s’échappant d’entre ses lèvres tandis que je cajole la petite chose égarée. Elle me demande si je me crois vraiment si effrayant que ça. Honnêtement ? Un peu. Je me connais, je me fais peur assez souvent, mais j’ai appris à me gérer, donc pas de quoi craindre pour sa vie lorsqu’on est en ma compagnie. «C’est ce que les autres disent...» Je réponds, indifférent. Je n’essaye pas de la convaincre, pas plus que je ne tente de convaincre les autres, que je suis fréquentable, j’ai pas vraiment l’intention de l’être. Si on tolère ma présence, tant mieux, si on ne la supporte pas, fuck off, ça ne changera absolument rien à ma façon d’être et de faire. Par contre, l’inverse n’est pas valable. Les gens qui m’emmerde, je les dégage de gré ou de force. Elle, elle ne me dérange tellement pas que j’en oublie sa présence le temps d’un instant. La boule de poil accapare mon esprit, et son pelage me rappelle le feu des cheveux de Gaby. Je me fais une réflexion à voix haute, presque pas pour Blondie, mais elle répond quand même. Un «J’en sais rien» qui me laisse pantois. «T’as un problème avec les membres de la gente féminine qui ne serait pas toi ?» Je demande, sans cesser de caresser la petite chose. C’est pas une attaque, c’est une réelle question. Soit elle en a après Gabrielle, ce dont je doute, soit elle se contrefout de toutes les autres, ce qui me semble plus probable. Je suis curieux de savoir pourquoi.
avatar

Síomha
MESSAGES : 788
AGE : 31
EMPLOI : ANIMATRICE.
CITATION : NOT YOURS. NEVER WAS.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: &a   Mer 1 Fév - 17:36

Malheureusement, les gens disent souvent beaucoup de choses sans réellement savoir grand chose. Ils portent des jugements selon ce qu'ils pensent juste sur la vie, sans se rendre compte que tout n'est pas blanc ou noir. Personne n'est le simple reflet de ce qu'il peut laisser paraître. Il y a toujours plus. Cette partie cachée en soi. Ce petit plus qui rend unique. Il y a toujours une porte cachée. C'est une chose que Síomha avait réalisé avec le temps. C'était sans doute l'une de ses qualités. De ne pas juger les gens. De ne pas poser d'étiquette. Ainsi donc, Syssoï était loin de représenter l'homme solitaire et terrifiant comme cela semblait être le cas dans le monde idyllique des autres candidats. Derrière cette apparence froide et censée faire peur, elle était persuadée qu'il y avait plus. Il n'était pas qu'une coquille vide. Personne ne l'était. Et le fait qu'il s'obstine à caresser une petite boule de poils lui confirmait cette supposition. Si tous les autres candidats le voyaient en cet instant, ils n'oseraient plus jamais dire qu'il était flippant. Mais passons. Avait-elle un problème avec la gente féminine? Elle n'avait même pas besoin de réfléchir pour répondre. « Non. » C'était simple et précis. Pas de quoi tortiller du cul ou se donner un mal de tête carabiné pour comprendre cette réponse. Non, elle n'avait pas de soucis. Ni avec cette Gabrielle, ni avec les autres pétasses de ce château. Elle n'aimait personne, certes. Mais ne détestait personne pour autant. C'était probablement la chose que les gens comprenaient le moins dans le caractère de la jeune femme. Elle était froide, c'est bien vrai et paraissait toujours lointaine, intouchable, indifférente, dans sa bulle mais cela ne voulait en aucun dire qu'elle était agressive. Les gens pensaient probablement que cela allait de paire. Et ainsi, ils avaient sans doute une image erronée d'elle. Elle s'en fichait éperdument bien entendu, mais c'était bien dommage qu'ils aient l'esprit tellement fermé que pour eux, être froid revenait à être agressif. Elle voulait bien s'avouer peu sociable. Mais agressive, ça, non. Ou seulement vraiment en cas d'extrême nécessité. Ce qui ne se produisait pas souvent.

Syssoï
MESSAGES : 2902
AGE : 31
LOCALISATION : J'SUIS TELLEMENT LOIN
EMPLOI : DANSEUR AU B-ONP
CITATION : « Des morsures de feu, derrière les oreilles, lui trouaient la tête, gagnaient ses bras, ses jambes, le chassaient de son propre corps, sous le galop de l'autre, la bête envahissante. »

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 145 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: GABRIELLE
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Jeu 2 Fév - 15:43

Je ne sais rien de cette fille, si ce n’est qu’elle est très… physiquement intelligente. Le style blonde incendiaire, carrossée comme un Boeing 747, c’est pas vraiment mon truc. A vrai dire, j’ai pas de truc, mais c’est une autre histoire. Ce que je sais de ces filles là, c’est qu’elles ont, en général, un avis sur tout, un avis de merde, ça va de soi, mais une propension à l’exposer à la face du monde en permanence, surtout quand on ne leur demande absolument rien, si ce n’est de fermer leur gueule cinq minutes pour voir si le silence, éventuellement, ne serait pas mieux. Le silence est toujours mieux, c’est une évidence, mais elles ont du mal à s’en contenter. Cette blonde là, à la différence des autres, se complaint dans le silence, me répondant par monosyllabe, ne cherchant absolument pas à alimenter une conversation déjà restreinte. Je pourrais ne pas être là que ça ne changerait rien pour elle. Cette attitude ne me dérange pas le moins du monde, mais elle m’intrigue… Elle ne semble pas effrayée, ni dérangée, ni agacée, elle est parfaitement neutre et inexpressive. Tout comme moi, hormis l’attention que je porte au chaton, je ne fais pas grand cas de la présence de la blonde dans ce cimetière, je ne cherche même pas à savoir ce qu’elle y fait, j’en profite encore moi pour me la jouer acteur porno du pauvre et lui proposer une petite session nécrophile, et je ne cherche pas non plus à percer son secret. Bref je ne fais rien de ce que ferait le candidat idéal de Fake Lover. Je reste immobile, impassible, je profite du silence uniquement rompu par le vent dans les feuilles et les ronronnements du chat contre ma gorge. Je ne connais même pas le prénom de la blonde, j’ai un vague souvenir de l’avoir croisé, peut être même porté lors de la soirée Al Capone, mais au final, dans ma tête, elles finissent par se mélanger et se confondre. Est-ce que par hasard, ce serait celle avec un prénom de chapelle ? Je fronce les sourcils sous la réflexion, puis secoue la tête. Rien à foutre, en fait, je ne vois pas pourquoi je me prendrais la tête. Je reporte mon attention sur la boule de poils rousse qui semble aller bien mieux. « Donne-moi ta main. » Je demande à la blonde, sans la regarder, les yeux braqués sur le chaton, mais en agitant mes doigts dans sa direction.
avatar

Síomha
MESSAGES : 788
AGE : 31
EMPLOI : ANIMATRICE.
CITATION : NOT YOURS. NEVER WAS.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Jeu 2 Fév - 20:52

Le silence. Une chose qu'elle aimait énormément. Tout le monde avait dû comprendre maintenant que parler n'était pas sa plus grande passion. Elle n'aimait pas parler d'elle et ne trouvait jamais les autres suffisamment intéressants pour avoir l'envie de discuter sur leur vie. Alors, c'était bien simple, elle fermait sa gueule. Sauf quand elle avait réellement besoin de s'exprimer, mais cela restait tout de même assez rare. Si bien qu'être en compagnie du jeune homme serait presque agréable. Parce qu'il se taisait. Qu'il ne cherchait ni à savoir qui elle était, ni à la provoquer, ni à lui tirer une quelconque réaction. Enfin quelqu'un qui était plus ou moins comme elle sur le sujet. Il était silencieux. Alors, elle se concentrait sur sa cigarette, sur la fumée qui s'échappait de ses lèvres. Son regard se perdit dans le vide, pensive. Son esprit passait d'un sujet à un autre, se faisant la conversation avec elle-même, intérieurement. Jusqu'à ce qu'elle se demande pourquoi elle était toujours en train de se geler les miches à l'extérieur. Il faisait un putain de temps de merde, qui glaçait ses doigts au même titre que le bout de son nez. L'intérieur était tout de même plus confortable. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'elle n'y était pas. Parce que les candidats devaient penser la même chose: c'est bien mieux à l'intérieur. Alors, logiquement, elle trainait dehors. Ce n'était même pas qu'elle avait tant de mal à être en compagnie de qui que ce soit. Certes, elle était solitaire et ne se liait jamais d'amitié, malgré tout, si on ne s'évertuait pas à vouloir lui tirer les vers du nez, elle serait contente – bon, elle supporterait disons – d'avoir de la compagnie. Tout comme en cet instant, qu'elle passait avec Syssoï. Celui-ci lui demanda d'ailleurs sa main. Elle aurait pu se demander pourquoi. Mais elle ne le fit pas. Elle se contenta de tendre le bras afin de mettre sa main à disposition. Il pouvait bien en faire ce qu'il souhaitait, ça ne risquait pas de l'inquiéter. Elle jeta son mégot au sol. Malheureusement, une clope n'est jamais éternelle. Après quoi, elle leva simplement les yeux vers son camarade.

Syssoï
MESSAGES : 2902
AGE : 31
LOCALISATION : J'SUIS TELLEMENT LOIN
EMPLOI : DANSEUR AU B-ONP
CITATION : « Des morsures de feu, derrière les oreilles, lui trouaient la tête, gagnaient ses bras, ses jambes, le chassaient de son propre corps, sous le galop de l'autre, la bête envahissante. »

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 145 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: GABRIELLE
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   Ven 3 Fév - 15:15

Je prends sur moi depuis le début de l’aventure, afin de me montrer un peu sociable, et ne pas me terrer dans le silence comme j’ai l’habitude de le faire. J’ai toujours besoin de mes périodes d’isolement, que je m’octroie à toute heure du jour et de la nuit, mais le reste du temps, je prends sur moi, et je réponds aux questions, ou du moins j’écoute ce qu’on a me dire. La blonde, n’a visiblement pas décidé de faire le même effort que moi, et trimballe son mutisme à travers l’émission. Je ne sais pas si elle se rend compte de la situation dans laquelle ça la met. Certes ne pas parler est un excellent moyen de conserver son secret, et elle a de forte chance de quitter le jeu avec son secret encore intact, mais quitter le jeu risque d’arriver plus tôt que prévu, si elle n’y fait pas gaffe. A côté d’une Moore ou d’une Sixtine à la gâchette facile, la blonde incendiaire risque de vite passer pour terne et sans relief. C’est pas mon problème, oui, je vous l’accorde, mais tout de même, je ne peux pas m’empêcher de songer au travail que j’ai fait sur moi depuis deux semaines, en comparaison à celui qu’elle ne fait pas. Et je finis par m’interroger sur les raisons qui l’ont poussé à participer à ce genre d’émission. Je ne pose pas de questions, j’en pose rarement, mais ça m’intrigue. Je lui tends la main, l’invitant à m’offrir la sienne. Sans un mot –ce qui n’étonne plus personne-, elle répond à ma requête, et bientôt je sens ses doigts glisser contre ma paume, y traçant un sillon de fraîcheur. J’attrape sa main, et la ramène jusqu’à mon cou. Enfin pas exactement mon cou, mais plutôt le chat qui s’y trouve lové. Je place sa main selon la courbe formée par le dos de la bestiole, et je retire la mienne afin de pouvoir l’employer à tout autre chose. L’animal a planté ses griffes dans la chair de ma gorge à nue, je cherche à le faire, doucement, lâcher prise, afin de me libérer de son emprise. Le transfert se passe bien, et rapidement le chaton se retrouve entre les mains de la muette blonde. « Merci. » Je lui souffle tout en frottant les légères traces de griffures à la base de ma gorge, d’une main, et en tirant mon paquet de cigarettes de la poche arrière de mon jean, de l’autre. C’est juste temporaire, le temps que je puisse savourer ma nicotine en paix. Ensuite je récupérerais la bestiole. Si tant est qu’elle accepte de me la rende.

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50   

 

Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50
» when i close my eyes, it's like a dark paradise ▽ Cassiopée | Terminée
» Every time I close my eyes it's like a dark paradise
» Come together ▽ 23/05 | 17h20
» ARMAGEDON ☞ close my eyes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE DEUX :: SAISON 6 :: Extérieur-