Partagez | 
 

 Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Mickey
MESSAGES : 1909
AGE : 34
LOCALISATION : DUDLEY, UK
EMPLOI : ROMANCIER À SUCCÈS
CITATION : IL N'Y A PAS DE PÉCHÉ SINON LA STUPIDITÉ - O. WILDE
JUKE BOX : TOWN CALLED MALICE - THE JAM / THIS IS YOUR LIFE - SWITCHFOOT / LULLABY - THE CURE / THE WANDERER - JIL IS LUCKY / FADE TO GREY - VISAGE / WILD WORLD - CAT STEVENS

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: -
RELATIONS:
PARTENAIRE: -
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Lun 4 Fév - 16:22




Underneath the ground


W/ CARMEN
MARDI 05 FÉVRIER, 16H43 - ENTRÉE & ESCALIERS

Les marches de cet escalier étaient si sales qu'il n'aurait même pas été étonnant d'apprendre qu'une tribus de gnous ayant pataugé dans la boue soit passée par là. Ou alors les candidats avaient improvisé une bataille de nourriture dans le hall d'entrée ces derniers jours et l'écrivain n'y avait même pas été convié. Toutes les hypothèses étaient bonnes à émettre, et cet escalier avait en tout cas besoin d'être refait à neuf. Enfin, façon de parler. Il n'était pas question de tout démolir, et de tout reconstruire derrière. Juste de frotter un bon coup sur ces marches, histoire qu'elles retrouvent leur éclat d'origine. Car souillées comme elles étaient, Mickey ne pouvait se permettre de les laisser dans cet état. Il lui fallait agir. Par ailleurs, ceci était valable pour l'escalier de gauche... mais étrangement pas pour celui de droite. Et bien, ça n'était pas une mauvaise chose, et lui assurait même d'avoir moins de travail au final. Mickey s'employa donc à faire briller comme il se devait les marches de l'escalier de gauche, et pour cela, il astiqua à s'en démettre un bras. Une fois satisfait du résultat, il se recula et resta planté devant quelques instants, admiratif. C'était du beau boulot, c'était signé Mickey quoi. Rebaptiser ce chalet en son nom, voilà une idée qu'il soumettrait sous peu à la production. Tout ceci devait sécher maintenant, et donc, aucun passage dans cet escalier-ci ne saurait être toléré. Mais c'était sans compter sur la venue tout à fait inattendue d'une jeune femme, qui de toute évidence comptait prendre l'escalier pour se rendre au premier étage. Sauf qu'alors que l'écrivain aurait pensé qu'elle aurait eu le bon sens d'emprunter celui de droite en voyant que celui de gauche venait tout juste d'être lustré à fond, que nenni. En constatant que la blondinette s'approchait dangereusement de l'escalier en question, Mickey lui barra la route. « NON ! Je viens de laver, attends que ça sèche avant de monter. » C'était pourtant parfaitement visible, et le seau ainsi que l'éponge posés non loin de là étaient des indications de taille, tout de même. « Ou alors emprunte l'escalier de droite, regarde, par ici. » Il s'employa même à lui montrer le chemin, oh, quel homme dévoué ce Mickey. Maintenant, si elle tenait absolument à passer par l'escalier de gauche, fraichement lavé, cela ne signifierait plus qu'une chose : cette jeune femme était une chieuse prête à le contredire.

avatar

Carmen
MESSAGES : 243
AGE : 30
LOCALISATION : L'AQUILA/ITALIE
JUKE BOX : LANADELREY - CARMEN.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Nadan
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Mar 5 Fév - 14:11

Carmen s'était levée du pieds gauche. Et Lorsque cet événement – aussi rarissime soit-il, hm – se produisait, il valait mieux ne pas croiser le chemin de la demoiselle pouvant se montrer hargneuse. Gelée par le froid grisant régnant dehors, il fut tout à fait normal qu'elle ne veuille emprunter l'escalier de gauche – menant plus rapidement à sa penderie – afin d'accéder au chambres et enfiler un gros pull histoire de vivre quelques années de plus. Bornée et bien ancrée dans l'idée que l'escalier de gauche était bien plus rapide, c'est sans un regard d'abord pour le candidat qui se trouvait au pieds des dits escaliers qu'elle s'apprêta à monter avant qu'il ne l'en empêche et ose, en plus,lui crier dessus. Carmen, surprise qu'on s'oppose à son geste tout à fait anodin, eut d'abord un mouvement de recul, comme effrayée. Puis, elle dévisagea le candidat en question, Polux ou Donald, un nom faisant en tout cas référence à ce genre de personnages de dessins animés et le toisa. « T'es qui toi, la femme de ménage? » lui demanda-t-elle sans vraiment faire attention à la réponse, tentant simplement de faire diversion afin de pouvoir monter à ce satané étage et ne pas crever de fois à cause d'un empoté maniéré et fou du balais. Aussi tenta-t-elle, après sa diversion, de passer sous le bras de Mickey – voilà, il s'appelait comme ça – qui la retint par le poignet. Si la blondinette ne s'était pas jurée de garder ses bonnes manières le temps du jeu, ses dents auraient très certainement finit ancrées et marquées à vie sur la peau de ce pauvre mec. « L'escalier de droite est plus long que celui de gauche. » lui répondit-elle avec un dédain certain, tandis qu'impatiemment, elle se frictionna les épaules, transit de froid. Une seconde fois, elle tenta de se frayer un passage au travers de ces escaliers. Qu'ils soient mouillés ou non, peu importe. Et pour la seconde fois, elle fut retenue, comme prise au piège comme un animal. Elle se débattit, un peu, ridicule. « Très bien, tu auras ma mort sur la conscience. » bouda-t-elle, ses bras croisés sur sa poitrine, tremblante.
avatar

Mickey
MESSAGES : 1909
AGE : 34
LOCALISATION : DUDLEY, UK
EMPLOI : ROMANCIER À SUCCÈS
CITATION : IL N'Y A PAS DE PÉCHÉ SINON LA STUPIDITÉ - O. WILDE
JUKE BOX : TOWN CALLED MALICE - THE JAM / THIS IS YOUR LIFE - SWITCHFOOT / LULLABY - THE CURE / THE WANDERER - JIL IS LUCKY / FADE TO GREY - VISAGE / WILD WORLD - CAT STEVENS

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: -
RELATIONS:
PARTENAIRE: -
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Mar 5 Fév - 20:15

Son dur labeur accompli, Mickey s'octroyait maintenant une petite pause bien méritée mais hélas, il ne pouvait quitter son poste car il lui fallait à tout prix surveiller cet escalier, après qu'il ait eu droit à un décapage extrême. Bah oui, fallait bien que ça sèche. Et il faisait bien de se méfier des autres candidats, car bientôt une jeune femme frigorifiée tenta de l'emprunter. Immédiatement, Mickey lui barra le passage, lui désignant par la même occasion l'escalier à sa droite, en libre accès celui-ci par contre. La blonde resta là à le fixer quelques secondes, puis fit entendre sa voix. « T'es qui toi, la femme de ménage? » Roh, voilà qui était injurieux, et la façon dont c'était dit n'arrangeait rien... Ainsi donc parce qu'il était le seul à se préoccuper de l'ordre dans ce château, il devait être catalogué de la sorte ? Et bien non, ça n'était pas légitime, il méritait bien mieux tout de même que le titre ô combien dégradant de "femme de ménage". Aussi, ne souhaitant guère répondre à cela, il se contenta d'un long et bruyant soupir, avant de lever les yeux au ciel. Quant au fait de rejoindre le premier étage par cet escalier-ci, elle pouvait toujours se l'imaginer en rêve, mais cela n'adviendrait jamais dans la réalité. Car Mickey refusait que l'on emprunte cet escalier alors qu'il venait tout juste d'astiquer les marches, brillant désormais comme s'il venait de leur redonner une seconde vie. « L'escalier de droite est plus long que celui de gauche. » répliqua-t-elle, tandis que Mickey ne s'était pas fait prier pour lui saisir le poignet, afin qu'elle ne tente surtout pas de filer entre ses pattes. Elle n'était pas bien épaisse, pas bien grande non plus, se faufiler aurait pu être un jeu d'enfant pour elle mais dommage, Mickey gardait un œil sur tout. « C'est pas mon problème, ça. » Et puis tiens, elle pouvait aussi s'employer à monter les marches sur la pointe des pieds, afin de se muscler les mollets bien comme il faut. Une fois encore, la demoiselle tenta de passer malgré tout, et une fois encore Mickey parvint à l'en empêcher. « Très bien, tu auras ma mort sur la conscience. » Certes, elle grelottait. Mais si elle était vraiment pressée de rejoindre le premier étage, elle se serait empressée d'emprunter l'escalier de droite et ce, même s'il la conduirait à l'endroit souhaité un peu moins rapidement. « Bon tu m'enquiquines, ou bien tu prends ton mal en patience, ou bien tu optes pour l'escalier de droite. Alors ? » Pour lui en tout cas, c'était tout vu : il ne la laisserait pas passer tant que les marches de cet escalier ne seraient pas parfaitement sèches. Il ne désirait pas tout recommencer à cause d'un simple caprice d'une candidate.
avatar

Carmen
MESSAGES : 243
AGE : 30
LOCALISATION : L'AQUILA/ITALIE
JUKE BOX : LANADELREY - CARMEN.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Nadan
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Mer 6 Fév - 21:19

Si on avait prévenu Carmen qu'un dégénéré venait de nettoyer les escaliers à fond et s'était mis en tête de les surveiller jusqu'à ce qu'ils ne soient complètement secs, l'italienne aurait certainement rit jusqu'à ne plus sentir ses abdominaux. Cette situation était grotesque autant d'un côté comme de l'autre. Mickey ne se rendait peut-être pas à quel point il paraissait stupide et complètement névrosé à jouer les mères protectrices avec cet escalier de malheur. Si plusieurs fois la blondinette tenta de feindre de passer d'un côté pour finalement se faufiler sous les bras du candidats, il fallait se rendre à l'évidence, il se révélait bien trop rapide pour la crevette manchote qu'elle était et sa poigne était bien bien trop forte et tenace pour qu'elle ne réussisse à s'en échapper. Armée d'une moue enfantine boudeuse, elle le regarda, la tête quasiment levée à bloc tant il se montrait imposant (non, Carmen déclinait le fait d'être petit, le monde était trop grand, tout simplement). « C'est pas mon problème, ça. » Buté, en plus. L'italienne croisa ses bras maigre sur sa poitrine et arbora un air dignes du plus grand des classiques italien : la parrain. Peut-être prendrait-il peur, peut-être la laisserait-il finalement passer, effrayé par cette moue des plus sérieuses et par ces yeux menaçants d'être deux revolvers. Concentrée sur ce regard de tueuse, Carmen en avait presque oublié le froid faisant frissonner son échine entière. « Bon tu m'enquiquines, ou bien tu prends ton mal en patience, ou bien tu optes pour l'escalier de droite. Alors ? » « Toi aussi tu m'enquiquines. » répondit-elle du tac au tac telle une enfant de trois ans à peine, usant de cette comptine futile du : c'est celui qui dit qui y est. Et clairement, Mickey l'enquiquinait à ne pas vouloir en démordre. Carmen n'avait jamais réellement eut à faire à des gens aussi bornés (Dieu seul savait pourtant à quel point têtu et italiens étaient deux synonymes) et avait toujours eu le dessus, jusqu'à maintenant. Se radoucissant quelques peu, elle sourit même, un peu. « T'es un enquiquineur, mais j'aime bien ça. Si je prends mon mal en patience, tu vas me tenir compagnie ? » Autant joindre l'utile à l'agréable et le candidat avait intérêt à se montrer convainquant. Rares étaient les fois où Carmen cédait.
avatar

Mickey
MESSAGES : 1909
AGE : 34
LOCALISATION : DUDLEY, UK
EMPLOI : ROMANCIER À SUCCÈS
CITATION : IL N'Y A PAS DE PÉCHÉ SINON LA STUPIDITÉ - O. WILDE
JUKE BOX : TOWN CALLED MALICE - THE JAM / THIS IS YOUR LIFE - SWITCHFOOT / LULLABY - THE CURE / THE WANDERER - JIL IS LUCKY / FADE TO GREY - VISAGE / WILD WORLD - CAT STEVENS

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: -
RELATIONS:
PARTENAIRE: -
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Jeu 7 Fév - 0:51

Oh elle pouvait se débattre, tenter de faire diversion pour le prendre ensuite par surprise... Mickey n'était pas dupe et savait pertinemment que s'il voulait conserver cet escalier en l'état le temps qu'il ne sèche, il lui fallait impérativement garder un œil sur sa camarade. Il y avait un autre escalier, un peu plus loin, à quelques pas en fait mais cette jeune femme semblait déterminée à vouloir emprunter celui-ci, et aucun autre. Mickey ne céderait pas. Et puis elle était énervante à la fin, qu'est ce que c'était que cette obstination, cet entêtement ? « Toi aussi tu m'enquiquines. » Allons bon. Mais ce n'était pas tellement nouveau que Mickey passait la plupart du temps pour l'enquiquineur de service, le type moralisateur à souhait et comme on en voyait peu. C'est sûr donner des leçons, faire la morale, juger à-tout-va c'était totalement lui et on ne cessait de lui reprocher cette façon qu'il avait de critiquer tout et tout le monde, sans arrêt. Écoutez cela faisait partie de sa façon d'être, et si ça déplaisait à quelqu'un, tant pis pour cette personne. La petite blonde se fit plus douce, plus calme. Et dans un léger sourire elle reprit. « T'es un enquiquineur, mais j'aime bien ça. Si je prends mon mal en patience, tu vas me tenir compagnie ? » En voilà une qui ne semblait que partiellement agacée par la façon d'être de Mickey. Comment devait-il le prendre ? Et surtout, devait-il accepter de tenir compagnie à la demoiselle afin qu'elle se tienne tranquille le temps que les marches ne sèchent ? Hm, il restait quand même un peu perplexe face à cette proposition plus que douteuse qui avait des airs de chantage, mine de rien. S'il voulait qu'elle arrête de s'agiter, il lui faudrait rester à ses côtés et, très certainement, lui faire la conversation. Or ça, ce n'était pas tellement son fort, et par ailleurs il n'était jamais vraiment partant pour blablater et échanger des formalités d'une banalité affligeante, et bien souvent sans le moindre intérêt. Mais là, il se sentait presque comme pris au piège. Il l'imaginait déjà se transformer en furie, lui sauter dessus pour lui crever les deux yeux et dégueulasser l'escalier fraichement lavé. Ouais non, clairement, il n'avait pas tellement le choix là. Fallait penser au travail qu'il venait d'accomplir, au fait qu'il avait frotté de toutes ses forces et qu'il n'avait maintenant plus tellement envie de recommencer. « Je... j'accepte. Et donc là je présume que c'est le moment tant redouté où je suis censé te poser des questions visant à en apprendre un peu plus sur toi, hm. Bon, je me lance. » Il pouvait le faire, l'habitude n'était pas encore là mais la sociabilisation, elle, était en marche. « Ton p'tit nom c'est Carmen si je me souviens bien. Et d'après ton accent tu es Italienne. Puis-je connaitre les raisons de ta participation à cette émission ? Tu es là pour t'enrichir, te faire connaitre ? » Avec un peu de chance, la réponse qu'elle lui donnerait lui permettrait peut-être de la cerner un peu. Cette jeune femme était une ritale et généralement ces personnes avaient un sacré caractère. Et de ce qu'il avait pu en voir, c'était le cas de sa camarade. Maintenant il lui restait à voir ce qui l'avait conduite jusqu'ici.
avatar

Carmen
MESSAGES : 243
AGE : 30
LOCALISATION : L'AQUILA/ITALIE
JUKE BOX : LANADELREY - CARMEN.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Nadan
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Ven 8 Fév - 18:14

Cela pouvait être assez difficile à croire mais oui, Carmen aimait les enquiquineurs du rang de Mickey. Elle avait sortis ses dernières cartes, tentée de passer par tous les trous possibles et inimaginables, en vain. Le candidat n'en démordait pas et leurs caractères tout aussi fort l'un que l'autre s'étaient entrechoquées en de jolis feux d'artifices. C'est cela que l'italienne appréciait. Qu'on se frotte à elle, qu'on s'obstine à lui faire face sans ne jamais lâcher. Que le ton monte pour que finalement elle ne s'adoucisse. Carmen détestait les gens mou et constamment d'accord avec elle. Son caractère de feu ne demandait qu'à percuté celui d'un autre, au final. Eh bien, on pouvait dire que le jeune homme venait de réussir le test d'entrée (ceci étant une image, évidemment). Aussi se calma-t-elle d'un seul coup, passant de la furie prête à mordre pour pouvoir passer outre l’armoire qu'était cet homme à un ange tombé du ciel, calme et adorable. Lunatique, oui. De ce fait, elle lui proposa de lui tenir compagnie, totalement innocemment. Mickey quant à lui, avait l'air sceptique. Peu importe qu'elle ne comprenne pas pourquoi il l'était (jugeant son changement d'état totalement normal) Carmen elle était bien décidée à en apprendre un peu plus sur ce caractère de feu. Etant donné son prénom, elle ne l'imaginait pas italien (et être la seule venant de ce pays à Fake Lover avait de quoi la ravir). Peut-être américain, anglais, un truc dans le genre, quoi. « Je... j'accepte. Et donc là je présume que c'est le moment tant redouté où je suis censé te poser des questions visant à en apprendre un peu plus sur toi, hm. Bon, je me lance. » la belle secoua la tête et haussa les épaules, une moue adorable sur le visage. « T'es pas obligé tu sais, on peut aussi passer la case questions banales et embrayé sur quelque chose de plus intéressant directement. » Mais puisqu'il insistait.. « Ton p'tit nom c'est Carmen si je me souviens bien. Et d'après ton accent tu es Italienne. Puis-je connaitre les raisons de ta participation à cette émission ? Tu es là pour t'enrichir, te faire connaitre ? » l'italienne hocha la tête docilement. Ces questions l'ennuyaient mais puisqu'il le fallait, elle tenterait d'être la plus docile possible. A l'image d'un chaton se laissant caresser à tout va. L'image n'était peut-être pas la plus appropriée mais l'idée était là, en tout cas. « Tu es détective ou tu as un sens de la logique super aiguisé ? Je suis là pour l'argent. Tout simplement. Histoire d'égayer un peu ma vie monotone de gosse de pauvre. » Cette expression n'était bizarrement jamais employée. Gosses de riche, oui. Les gosses de pauvres étant plutôt maqués, enfouis afin de ne pas être dévoilés. Comment pouvaient-ils se montrer de toute façon ? Complètement enfoncés par la richesse des autres. « Toi, tu t'appelles Mickey. Ton accent anglais est parfait donc je suppose que tu viens de par là bas. Est-ce que c'est un surnom ou tes parents t'ont réellement appelé comme ça ? » demanda-t-elle le plus sérieusement du monde, les bras croisées, les épaules tremblantes de froid. « Ces questions me font chier, quand même. » Non pas que Mickey ne soit pas intéressant. Carmen n'aimait simplement pas parler d'elle de cette façon aussi futile.
avatar

Mickey
MESSAGES : 1909
AGE : 34
LOCALISATION : DUDLEY, UK
EMPLOI : ROMANCIER À SUCCÈS
CITATION : IL N'Y A PAS DE PÉCHÉ SINON LA STUPIDITÉ - O. WILDE
JUKE BOX : TOWN CALLED MALICE - THE JAM / THIS IS YOUR LIFE - SWITCHFOOT / LULLABY - THE CURE / THE WANDERER - JIL IS LUCKY / FADE TO GREY - VISAGE / WILD WORLD - CAT STEVENS

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: -
RELATIONS:
PARTENAIRE: -
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   Sam 9 Fév - 4:22

Tenir compagnie à la jeune Carmen, vu comme ça, ce n'était pas une épreuve insurmontable devant laquelle Mickey avait de quoi prendre peur. Seulement, le fait de devoir du coup faire dans les formalités sans intérêt ne l'enchantait guère. C'est surtout que Mickey n'avait aucunement le sens du dialogue, et était aussi sociable qu'un gardien de pénitencier. Autrement dit, avec lui, la discussion n'était jamais initiée de façon automatique et fluide. Il se faisait toujours violence pour faire naitre le contact, et là encore il sentait qu'il n'allait pas y échapper. « T'es pas obligé tu sais, on peut aussi passer la case questions banales et embrayé sur quelque chose de plus intéressant directement. » Comme quoi ?... Allons, cette jeune n'était pas tellement parvenue à intéresser Mickey jusqu'ici, alors pourquoi est-ce que cela changerait maintenant... Il se lança donc, sans trop de conviction, en lui demandant tout d'abord ce qui justifiait sa présence dans une telle émission. Était-elle là pour se faire connaitre et profiter ensuite d'une certaine notoriété plus que passagère une fois à l'extérieur ? Ou bien recherchait-elle juste l'argent, à la clé, en faisant dans ce cas preuve d'un grand optimisme... Parce que pour toucher le gros lot à Fake Lover, ne fallait-il pas arriver à un stade de la compétition relativement avancé, comme... la finale ? Hm, sans vouloir trop s'avancer, Mickey ne la voyait pas perdurer jusque là. Quelques instants après, et une fois qu'il eut bien saisi combien sa question ennuyait la jeune femme, il obtint enfin une réponse à celle-ci. « Tu es détective ou tu as un sens de la logique super aiguisé ? Je suis là pour l'argent. Tout simplement. Histoire d'égayer un peu ma vie monotone de gosse de pauvre. » Bien sûr que l'écrivain était doté d'un "sens de la logique super aiguisé", cela n'était pas nouveau. Par contre non, il n'était pas détective, juste très perspicace et observateur. Quant au fait qu'elle était véritablement là pour l'argent, il n'en était guère étonné. Sans pour autant passer pour une jeune femme vénale, ce qu'elle était peut-être néanmoins, Mickey avait décelé chez elle un côté plutôt cupide. « Toi, tu t'appelles Mickey. Ton accent anglais est parfait donc je suppose que tu viens de par là bas. Est-ce que c'est un surnom ou tes parents t'ont réellement appelé comme ça ? » Oh, depuis le temps, Mickey savait reconnaitre les critiques faites au sujet de son prénom, même lorsque celles-ci étaient masquées. La fameuse technique du surnom... ou comment subtilement lui signifier que son prénom ne valait pas mieux qu'un roman de Marc Levy. L'insulte suprême, en somme. Mais ce n'était pas comme si, après tant d'années, il n'avait pas l'habitude de ce genre de remarques. Dans le nid en tout cas, ce n'était pas la première fois qu'on lui demandait s'il s’agissait d’un surnom. « Oui, je suis Anglais et non, ce n'est pas un surnom. 'Mickey' est tout ce qu'il y a de plus authentique, et je ne vois pas pourquoi ça étonne tant de monde. » Un prénom un petit peu original et hop, ça virait presque à l'affaire d'état. « Ces questions me font chier, quand même. » reprit la candidate, tandis que Mickey de son côté lui fit dos un petit instant pour reporter le regard sur l'escalier, juste derrière lui. Hm. « Le seigneur a dû t'entendre. Je crois que les marches sont sèches. Attends... » Il fit un pas en avant, posa sa main sur la marche la plus à sa hauteur et se retourna à nouveau vers elle, confirmant ses propres dires. « Eh oui, c'est sec. Tu vois que ça n'a pas été bien long. Je suppose que tu décrètes ne plus rien avoir à faire ici et que tu vas maintenant prendre la fuite... » C'était le but de leur conversation, non, faire passer le temps en attendant de pouvoir emprunter l'escalier pour aller se mettre au chaud à l'étage du dessus. Il savait que cette compagnie ne serait que provisoire, et c'était d'ailleurs le point positif de leur échange. « Donc je t'en prie, hein, loin de moi l'envie de te retarder. Enfin, plus encore, je veux dire. » Puisqu'elle semblait tant se 'faire chier', Mickey n'allait peut-être pas en rajouter en l'obligeant à rester près de lui quand, désormais, l'escalier était de nouveau accessible. Ce n'était pas un homme cruel tout de même, et elle avait assurément mieux à faire. Lui aussi pour tout avouer, y'avait bien des toilettes à récurer et mis à part lui, personne n'effectuerait cette tâché plus qu'ingrate..

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43   

 

Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43
» Test de Haunting Ground ! Par Jane Aden
» AIRBORNE-COMMAND 1943
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Deck Legacy Madrid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE TROIS :: SAISON 9 :: Intérieur-