Partagez | 
 

 Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Mado
MESSAGES : 1772
AGE : 31
LOCALISATION : PARIS, FRANCE.
EMPLOI : MAITRE-NAGEUSE SAUVETEUSE.
JUKE BOX : BRUNO MARS — YOUNG GIRLS ~ ALICIA KEYS — GIRL ON FIRE ~ CHRIS BROWN — DON'T JUDGE ME ~ REVOLVER — PARALLEL LIVES ~ THE SCRIPT FT. WILL.I.AM — HALL OF FAME ~ CIVIL TWILIGHT — LETTERS FROM THE SKY ~ P!NK — TRY.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 76 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (BOB) (EMILIEN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Lun 8 Avr - 6:04

“ Inside my heart is breaking,
my make-up may be flaking „
— feat. emilien —

Non, ça n'était pas une heure improbable pour prendre une douche. Absolument pas. Il n'y avait pas d'heure plus correcte qu'une autre pour ça, Mado en était certaine. Chacun était après tout libre de voir à quelle heure il avait envie de se doucher, et la concernant, le milieu de la nuit lui semblait être tout indiqué. Okay, il y avait une raison à ce qu'elle choisisse de se doucher à une pareille heure : le fait que la salle de bain soit perpétuellement occupée par le troupeau d'anciens candidats qui avait débarqué dimanche soir. Que ce soit le matin, l'après-midi ou bien le soir, il y avait toujours du monde par ici, et très franchement, Mado préférait être pénarde lorsqu'elle prenait sa douche. Pas nécessairement seule, mais pas nécessairement entourée de six personnes non plus, hm. Ainsi donc, elle attendit bien patiemment d'être certaine qu'il n'y aurait plus un rat dans la salle de bain - parce que pour le coup, être seule, c'était quand même le mieux - et ne manqua pas de prendre possession des lieux, se fichant pas mal d'amputer ses heures de sommeil. De toute façon, elle était un peu trop préoccupée pour dormir convenablement, alors bon. Sur place, la jeune femme se débarrassa de sa robe, sous laquelle elle avait préalablement enfilé un maillot de bain - parce que oui, la vie lui avait appris qu'on ne pouvait avoir confiance en personne, où que ce soit - et entra dans une cabine de douche. Là, elle fit couler l'eau, et tâcha de ne plus penser à rien, si ce n'est à la douche qu'elle prenait et qui lui faisait le plus grand bien. Bon, elle avait cru comprendre qu'il s'était passé de drôles de choses ici, la semaine passée, mais il était franchement préférable qu'elle évite d'y penser, sinon elle ne pourrait plus jamais mettre un pied dans cette salle de bain. Une fois sa douche prise, Mado tendit le bras pour attraper sa serviette et ... réalisa qu'elle n'était pas là, ou plus là, en tous les cas qu'elle ne pourrait pas se sécher avec. Ah, c'était relativement embêtant. Mais heureusement, elle n'était pas la seule à squatter les lieux au beau milieu de la nuit, si bien que la porte s'ouvrit et laissa entrer Emilien. Tiens donc, il tombait bien lui. « Emilien, merci d'être insomniaque » lâcha-t-elle alors, sans trop réfléchir. Peut être ne l'était-il pas, mais toujours est-il qu'il était là, cette nuit, et qu'elle en était ravie. « Je ne sais pas quand, je ne sais pas comment et je ne sais surtout pas pourquoi, mais ma serviette s'est volatilisée. Elle m'a abandonnée ici, dans cette cabine de douche, et je pense attraper la crève dans le quart d'heure si je reste comme ça. » Oui, d'ailleurs, il s'était probablement rendu compte d'une chose : elle n'était pas nue. « Je suis sûre que tu es aussi soulagé que moi que je me douche en maillot de bain, hein. » Parce qu'il aurait vite fait d'être mal à l'aise, et que c'aurait été beaucoup trop bizarre qu'il la voit nue, étant donné qu'il était le petit ami de son frère, quand même. « Toujours est-il qu'il faut que tu me dégotes une serviette et, si possible, avant demain. » Il serait quand même fâcheux et qu'elle tombe salement malade et décède ensuite dans d'ignobles circonstances. Oui parce qu'inévitablement, elle succomberait, hein, elle imaginait les choses comme ça, sans exagération aucune, évidemment.
avatar

Emilien
MESSAGES : 508
AGE : 27

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE: (EMMELINE, MADO)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Lun 8 Avr - 21:25

Il y avait des soirs comme cela où il n’avait qu’une envie. Celle d’errer dans cette nuit innocente. Il n’avait pas quelques soucis mentaux, juste quelques problèmes de sommeil depuis quelques jours. Entre Morphée et lui, il semblerait qu’ils étaient sur le point de rompre. Mais ce n’est pas grave. Il lui restera toujours ce précieux marchand de sable, qui déposera au moment voulu quelques poussières de sommeil sur ses poussières. Mais fallait-il croire que marchand de sable n’était pas décidé à faire son apparition. Peut-être était-il un garçon timide. Comme Emilien. Oui, ça devait être cela. Il ne trouvait pas le moindre soupçon de sommeil. Après s’être tourné moult fois dans son lit, le suisse avait décidé de se lever. Certainement pour ne pas troubler le sommeil d’Ezra. Ce n’était pas parce qu’il n’arrivait pas à dormir qu’il fallait qu’il dérange son compagnon. Il s’était d’ailleurs permis de le recouvrir chaleureusement du drap, afin qu’il n’attrape pas froid. Tant d’attention. Le suisse finit alors par enfiler un débardeur dans lequel il nageait légèrement afin de se couvrir quelque peu. Puis, il n’était pas du genre à vouloir montrer son corps à ses caméras pleines de vices. Se promener en simple boxer ne faisant définitivement pas parti des valeurs du suisse. Il ne manquerait plus qu’il croiser une autre personne. Il aurait l’air fin, vêtu d’un simple boxer. Peut-être n’allait-il croiser personne. A peut-être. Après tout, les chambres semblaient toute calmes. Etonnant, vu le nombre d’inconnus qui avaient décidé de venir séjourner ici. A croire que c’était devenu la nouvelle auberge de jeunesse… ou de vieillesse… enfin ils n’étaient pas si vieux que cela ces « nouveaux ». Soit. Qu’ils fassent leur vie de leur côté et qu’ils ne viennent pas embêter Emilien. Oui. Voilà, c’était juste ce qu’il leur demandait. De ne pas l’embêter. Surtout qu’ils ne leur demandaient rien lui. Soit. Emilien fut quelque peu attiré par la source de lumière en provenance de la salle de bain. Certainement l’un de ces ‘nouveaux’ qui avaient oublié d’éteindre la lumière après son passage. Oui, ça ne pouvait être que cela. Tout du moins, le suisse avait décidé de remettre la faute sur l’un d’eux. De toute façon, personne ne le saura… à part toi, pauvre âme perdu qui est entrain de lire ces quelques lignes.
Emilien se dirigea alors en direction de la pièce. Il y découvrit alors Mado vêtue d’un maillot de bain qui venait semblerait-il de prendre une douche. Une douche ? Il fronça légèrement les sourcils à cette idée-là. Il faisait nuit. Prendre une douche la nuit ? Etrange. Enfin, Emilien trouvait cela étrange. Elle le remercia alors d’être insomniaque. Insomniaque ? Sûrement. Enfin, il n’arrivait juste pas à dormir. Peut-être était-il un peu trop soucieux. Oh. Voilà. C’était peut-être cela la raison à son problème. Il était soucieux. Un fin sourire étira les lèvres d’Emilien. Mado avait donc perdu sa serviette. C’était ce qu’il en avait déduit après l’écoute des dires de sa partenaire. Il était certain qu’il fallait qu’elle la retrouve au plus vite si elle ne voulait pas attraper un coup de froid, et ainsi tomber malade. Il se contenta alors d’un silencieux hochement de tête. C’est alors qu’elle lui fit une remarque sur sa tenue. Sur le fait qu’elle était en maillot de bain et non… nue. En effet, il était soulagé. « Oui… j’avoue… ça aurait été assez gênant autrement. » souffla-t-il alors, en se grattant la nuque. Définitivement gênant. Surtout que Mado était la sœur d’Ezra. Ce qui aurait été doublement étrange. Emilien baissa les yeux, observant sa tenue. Heureusement pour elle qu’il eut l’idée d’enfiler un débardeur. Il reporta son attention sur le visage de la française. Une serviette. Vrai. Il lui en fallait une. Autrement, elle tomberait vite malade. Le suisse hocha la tête, il lança un bref regard. Tantôt à droite, tantôt à gauche. Son attention s’arrêta sur sa serviette, encore pliée, qui était posée dans un coin de la pièce. Il l’attrapa aussitôt. Ce n’était qu’une serviette, il pouvait bien la prêter à Mado. Après tout, elle était sa partenaire. « Elle est toute propre et elle sent bon ! » déclara-t-il alors en lui présentant le linge. Il vint alors déposer la serviette sur les épaules de la jeune femme, l’enveloppant alors avec. Elle n’allait pas pouvoir l’accuser de l’avoir laissé mourir de froid. Il recula alors de quelques pas, venant s’appuyer contre le lavabo. « Tu prends souvent ta douche en pleine nuit, comme ça ? » lui demanda-t-il à tout hasard.
avatar

Mado
MESSAGES : 1772
AGE : 31
LOCALISATION : PARIS, FRANCE.
EMPLOI : MAITRE-NAGEUSE SAUVETEUSE.
JUKE BOX : BRUNO MARS — YOUNG GIRLS ~ ALICIA KEYS — GIRL ON FIRE ~ CHRIS BROWN — DON'T JUDGE ME ~ REVOLVER — PARALLEL LIVES ~ THE SCRIPT FT. WILL.I.AM — HALL OF FAME ~ CIVIL TWILIGHT — LETTERS FROM THE SKY ~ P!NK — TRY.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 76 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (BOB) (EMILIEN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Mar 9 Avr - 0:34

Alors, très franchement, il faudrait que quelqu'un se dévoue pour expliquer à Mado comment sa serviette avait bien pu disparaitre, comme ça, sans prévenir, et alors qu'elle était franchement sûre de s'être assurée qu'elle était bien là avant d'entrer dans la cabine de douche. Est-ce qu'elle avait pris la fuite, profitant d'un moment d'inattention de sa part pour se sauver ? Cette piste n'était pas à exclure. Parce qu'après tout, ça n'était peut être qu'une fugue. Mais ça pouvait tout aussi bien être un kidnapping, et ça, ce serait franchement plus problématique. Parce que cela voudrait dire que quelqu'un était entré très discrètement dans la salle de bain pendant qu'elle se douchait, dans l'unique but de la lui subtiliser, et elle ne serait pas contente du tout de savoir ça, vous voyez, ne serait-ce que parce qu'elle aimait généralement qu'on ne touche pas à ses affaires, ou tout du moins qu'on ne les lui vole pas. Que les cleptomanes aillent en embêter d'autres, c'est tout ce qu'elle demandait. Toujours est-il qu'elle était quand même assez embêtée, parce qu'elle aurait vite fait d'attraper froid et qu'elle ne se voyait pas du tout sortir de cette cabine de douche en maillot de bain. Bah non, pas vraiment, tout simplement parce qu'elle aimait penser qu'une solution allait tout naturellement tomber du ciel. Elle avait bien le droit de rêver un peu, après tout. Mais voilà que justement, la porte s'ouvrit, et qu'Emilien entra. Pour le coup, il était son sauveur. Oui, il était bien trop gentil pour la laisser dans une telle situation, elle le savait. Elle avait donc la garantie qu'il l'aiderait, et c'était franchement rassurant. Elle se sentait déjà un peu mieux, c'est clair. Après, qu'il soit véritablement insomniaque, ou qu'il ait simplement besoin de se rafraichir, très franchement, ça ne l'intéressait pas plus que ça. Disons que ça ne changerait pas sa vie d'être fixée là dessus, et donc qu'elle ne s'offensa pas du fait qu'il ne fasse pas la lumière sur ce point. Après tout, tout ce qu'elle voulait, elle, c'était ne pas passer la nuit là, en maillot de bain. Mado ne tombait pas souvent malade, mais quand elle l'était, elle ne l'était pas qu'à moitié. Alors autant éviter ça, oui, définitivement. En tout cas, il est certain qu'il valait effectivement mieux que Mado se trouve en maillot de bain. Imaginez un peu qu'elle se soit trouvée nue, et qu'Emilien l'ait trouvé dans cette "tenue". C'aurait assurément été aussi embarrassant pour lui que pour elle, et ils en auraient tous deux été traumatisés. De toute façon, Mado aspirait à n'être vue nue que par un seul homme, et jusqu'à preuve du contraire, ça n'était pas Emilien. « C'est clair, d'autant plus qu'il aurait fallu que tu te mettes nu toi aussi, histoire qu'il n'y ait pas de jaloux, mais que si Ezra était entré à ce moment là, et qu'il nous avait trouvé nus tous les deux, il aurait pu s'imaginer des choses. Et ça, c'aurait été fâcheux. » Oui, terriblement. Parce que non, elle n'aspirait pas tellement à avoir une aventure avec le petit ami de son frère. Très franchement, Emilien avait beau être joli garçon, elle préférait les bruns. Donc, rien que pour ça, y'aurait pas eu moyen que quelque chose se passe, c'est clair. Tout ça pour dire qu'il serait franchement bien qu'Emilien lui trouve une serviette, et relativement vite, histoire qu'elle ne tombe décidément pas malade. Ce serait bête, pour le peu de temps qu'il leur restait à profiter du nid. Mado préférait être en pleine forme, c'est certain. Ainsi, son partenaire attrapa une serviette - la sienne ? - qu'il lui tendit gentiment. « Comme moi, quoi » qu'elle répondit, en riant légèrement, lorsqu'il lui décrit brièvement ladite serviette. Mado était toute propre et elle sentait bon, elle aussi, oui. « Merci » qu'elle reprit, en un sourire, tandis qu'il déposa sa serviette sur ses épaules. Que d'attentions. Et puis il y eut cette question, qu'elle avait vu venir, et qui était relativement légitime. « Oui, tu te doutes bien que c'est pour moi une habitude de me doucher au beau milieu de la nuit. J'adore ça, même. Parfois, j'aime faire exprès de chanter, pour réveiller ceux qui ont le sommeil particulièrement léger. Mais globalement, il faut que tu saches que je vis la nuit, moi. Après tout, ça reste le moment idéal pour faire toutes les choses qu'on n'a pas toujours le temps de faire en journée, et ce, le plus tranquillement du monde. » Bon, vu la façon qu'elle avait d'en faire des tonnes, elle pariait cher sur le fait qu'il ne mettrait pas longtemps à comprendre qu'elle n'avait évidemment pas pour réelle habitude de se doucher à cette heure-ci. Non, ça n'avait rien de franchement routinier. Et s'il se creusait un peu la tête, peut être bien qu'il comprendrait ce qui l'incitait pourtant à le faire, cette nuit, hm.
avatar

Emilien
MESSAGES : 508
AGE : 27

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE: (EMMELINE, MADO)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Mar 9 Avr - 10:27

Dans cette salle de bain, il aurait bien y trouver n’importe qui. L’un de ses camarades, comme l’un de ces nouveaux intrus. Heureusement pour lui, ce n’était que Mado. Mado, toute seule. Il était certain qu’il aurait trouvé cela extrêmement… étrange de la voir en compagnie de quelqu’un d’autre sous une douche. Apparemment, les douches ne servaient pas seulement à se doucher... enfin, il avait entendu quelques trucs à ce sujet. Enfin, cela ne le regardait pas vraiment, et il s’en fichait un peu. D’ailleurs, il était soulagé de ne pas trouver Mado dépourvue de tout habit. Heureusement qu’elle portait un maillot de bain. Emilien aurait trouvé cela gênant. Plus que gênant même. Sachant que Mado était la sœur de son petit-ami. Il sourcilla petit à petit aux dires de la jeune femme. « Tu as une imagination beaucoup trop débordante… » souffla-t-il alors. Débordante et désolante. Elle s’imaginait nue, en compagnie du suisse, qui après quelques minutes, se feraient surprendre par Ezra. En effet, ça aurait été fâcheux, comme elle l’avait dit. Mais cela ne se produira pas. Ca ne se produirait jamais. Jamais, Emilien ne se promenait nu. Encore moins au beau milieu de la nuit, et qui plus est devant les caméras. Alors cela ne pourra jamais se produire. JAMAIS. Il partit alors à la recherche d’une serviette pour Mado. Il n’était parti très loin pour la chercher. Il savait que l’une de ses serviettes, propre et qui sentait bon, se trouvait ici. A moins que quelqu’un d’autre s’était amusé à la chiper et pire encore à l’utiliser. Il ne manquerait plus que cela. Qu’un quidam utilise ses biens. Il ne ferait que rejeter la faute sur ses nouveaux. Encore une fois. La française se compara alors à la serviette qu’Emilien venait de lui présenter. Elle était… « comme [elle] ». Elle devait certainement mentionner le fait qu’elle était, elle aussi, propre et devait sentir bon. Après tout, elle venait de prendre une douche. Il était donc légitime qu’elle soit propre et qu’elle sente bon. Le suisse émit un petit rire silencieux, alors tout en se contentant d’un hochement de tête pour approuver les quelques dires de sa partenaire. Il l’enveloppa de sa serviette puis se recula, allant s’appuyer contre le lavabo qui se trouvait non loin. Avec son poids, le lavabo n’allait pas s’écrouler. Enfin, il l’espérait. Il ne put s’empêcher de lui demander si elle prenait souvent des douches, au beau milieu de la nuit. Peut-être était-ce une habitude chez-elle, ou tout simplement était-ce parce qu’elle n’arrivait pas à dormir. Il ne savait pas vraiment. Mado lui expliqua alors que c’était une habitude. Ah ? Elle aurait très bien pu se contenter de cette brève explication. Mais non. Le suisse fronça un peu plus les sourcils. « Vraiment ? » souffla-t-il. Alors comme cela, elle vivait la nuit ? C’était une possibilité comme une autre. Non, mais si ça se trouve, elle n’arrivait tout simplement pas à dormir. « Tu n’arrivais pas à dormir, toi aussi ? » lui demanda-t-il finalement. Si ce n’était que cela, elle pouvait lui avouer plutôt que d’inventer des fabulations pareilles.
avatar

Mado
MESSAGES : 1772
AGE : 31
LOCALISATION : PARIS, FRANCE.
EMPLOI : MAITRE-NAGEUSE SAUVETEUSE.
JUKE BOX : BRUNO MARS — YOUNG GIRLS ~ ALICIA KEYS — GIRL ON FIRE ~ CHRIS BROWN — DON'T JUDGE ME ~ REVOLVER — PARALLEL LIVES ~ THE SCRIPT FT. WILL.I.AM — HALL OF FAME ~ CIVIL TWILIGHT — LETTERS FROM THE SKY ~ P!NK — TRY.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 76 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (BOB) (EMILIEN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Mar 9 Avr - 19:16

Oui, décidément, c'était plutôt une bonne chose que Mado ne se douche pas nue. Parce que bon, si Emilien était tombé sur elle alors qu'elle ne portait absolument rien, disons qu'il y aurait eu comme un problème. Tous deux auraient été affreusement gênés, c'est certain, et il aurait été peu probable qu'ils réussissent à en rire, hm. Surtout que bon, Mado avait aussi tendance à penser que cela évitait surtout à Emilien d'avoir à se déshabiller intégralement. Oui, parce qu'elle partait du principe que s'il l'avait vu nue, il aurait fallu qu'elle le voit nu également, par soucis d'égalité, histoire qu'elle ne soit pas la seule à se cailler les miches, tout d'abord, mais surtout qu'elle ne soit pas la seule à vivre ce grand moment de solitude. Ainsi donc, l'on pouvait véritablement dire que le maillot de bain de Mado était plus que bienvenu, qu'il leur sauvait même la mise, dans la mesure où s'ils s'étaient retrouvés nus tous les deux et qu'Ezra était entré, ils auraient eu de gros problèmes. Oui, Mado n'avait pu qu'aller plus loin encore dans sa réflexion, étant donc allée jusqu'à imaginer son frère la découvrir intégralement nue en compagnie d'Emilien, nu lui aussi. Non pas qu'elle soit tarée au point d'imaginer ce genre de situations tout à fait absurdes, mais elle aimait bien se dire qu'ils étaient tout de même passés à coté d'une redoutable catastrophe. Toujours est-il qu'il n'en fallut pas davantage pour qu'Emilien laisse entendre que l'imagination de Mado était débordante. Effectivement, elle l'était. Mais ça n'était pas nécessairement une mauvaise chose, si ? A moins que son "beaucoup trop" ait eu pour optique de signifier qu'être débordante à ce point, ça n'était jamais bon pour une imagination. Ouais, bon, ce jeune homme était de toute évidence un petit rabat-joie, hein. « Oh, tu ne devrais pas dire ça. Parce que là, vois-tu, je me suis retenue d'inclure beaucoup d'autres protagonistes, de faire intervenir des forces surnaturelles, des héros de films aussi, donc bon, si je t'avais fait part de cette autre version de mon histoire, je me demande ce que tu aurais dit de mon imagination, hm ... » Et elle ne préférait même pas le savoir, en fait. Nul doute qu'il aurait trouvé ça too much au possible. En fait, ce que l'imagination de Mado produisait lui semblait toujours très censé quand ça restait dans son esprit, mais bien souvent, dès qu'elle exprimait les choses à voix haute, c'était déjà bien plus bizarre, limite loufoque. Soit, elle avait bien fait de s'en tenir à Ezra et de ne pas aller plus loin dans son délire, hein. Oui, très probablement. En tout cas, Emilien était bien gentil de la dépanner d'une serviette, histoire qu'elle ne meurt pas de froid, ce qui serait ballot. Tout comme il était bien gentil de dire que Mado était toute propre et qu'elle sentait bon ... Quoi ? Ce n'était d'elle dont il parlait ? Oui, bon, il est vrai qu'il parlait en fait de la serviette, mais Mado n'avait pas manqué de ramener les choses à elle, parce que bon, c'était quand même elle qui, dans cette pièce, était la plus propre et sentait le plus bon. Voilà, voilà. Son partenaire lui demanda alors s'il était habituel pour elle de prendre des douches à une heure comme celle-ci, et naturellement, elle profita de l'occasion pour le faire marcher, pour prétendre que c'était le cas, alors que ça n'était évidemment pas vrai. Non, habituellement, elle tâchait quand même d'agir normalement, mais cette nuit, il fut indispensable de se doucher, voilà tout. A noter qu'il sembla la croire, ce qu'elle ne pense pas, honnêtement. A force, il n'arrivait toujours pas à voir quand elle plaisantait ? Le coup du "je vis la nuit" sembla également passer crème. Curieux. « Oui, et pendant que tout le monde dort, je passe dans les chambres pour mordre quelques cous et me nourrir d'un peu de sang », reprit-elle, en riant légèrement. Oui, bien sûr qu'elle faisait ça, et toutes les nuits même. Tout ça pour dire qu'elle n'était pas sérieuse et qu'elle espérait qu'il en serait certain, cette fois. « Techniquement, je n'arrive jamais tellement à dormir » souffla-t-elle, pour répondre à sa question. Elle était insomniaque, pas qu'un peu, et pas qu'une nuit sur douze. Non, quasiment tout le temps, et c'était franchement pénible de trouver le sommeil quand on était Mado. « Mais la raison pour laquelle je suis ici cette nuit, c'est surtout qu'il est très difficile d'accéder à la salle de bain quand les envahisseurs sont debout, et donc qu'il m'a semblé logique d'attendre qu'ils dorment. » Oui, voilà, c'était encore la façon la plus simple de lui expliquer les choses, et sans plus délirer. C'est probablement ce qu'elle aurait du lui dire dès le départ, oui, soit. « Alors comme ça, tu peines à trouver le sommeil ? Quelque chose te tracasse ? » finit-elle par demander, curieuse et concernée. Si quelque chose n'allait pas et qu'il voulait en parler, elle était là pour ça.
avatar

Emilien
MESSAGES : 508
AGE : 27

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE: (EMMELINE, MADO)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Mer 10 Avr - 12:22

Il était certain que c’était une possibilité comme une autre. Mado prenant sa douche nue, et Emilien entrant dans la pièce, lui aussi dépourvu de tout habit –cette hypothèse dessinée laisserait alors sous-entendre que le suisse dormait nu. Cette situation aurait était gênante, encore plus que dans le cas où Mado serait, la seule, nue. Situation gênante, très gênante. Trop gênante. Afin de rendre la situation plus sordide, il y aurait eu l’entrée d’Ezra. Ce ne serait plus gênant, mais… quoique si. Tout cela ne leur causerait que des problèmes, des gros problèmes. Mais cette éventualité n’eut pas lieu. Encore heureux. Alors, il n’y avait pas à imaginer les deux partenaires nus, et le petit-ami du suisse entrer dans la salle d’eau. La situation présente était certainement la plus sage. Tant mieux. Ceci dit, Emilien ne put constater l’imagination débordante. Un peu trop, à son goût. Beaucoup trop. Mais, selon elle, selon Mado, il ne devrait pas dire cela. Et pourquoi donc ? Parce qu’elle n’avait, apparemment, montré qu’une infime partie de son imagination beaucoup trop débordante. Elle évoqua alors des forces surnaturelles, des héros de film… Ah. Il préférait quand même la version qu’elle lui avait contée plutôt que celle incluant des personnages fictifs, et surnaturel. Il se contenta alors de secouer doucement la tête. Il l’aurait certainement un peu prise pour une… folle. Mais vu l’heure tardive qu’il était, Emilien aurait mis cela sur le compte de la fatigue. Après quoi, Emilien lui prêta une serviette. La sienne, qui plus est. Mais cela, il préféra ne pas lui faire remarquer. Ce n’était pas si important de savoir que la serviette lui appartenait. Elle était propre et sentait bon. Ce détail lui était important. Ainsi, il la passa à la jeune femme, ou plutôt lui déposa sur ses épaules. Il aurait très bien pu se contenter de lui lancer en pleine figure. Mais ce n’était pas le genre d’Emilien. Peut-être l’aurait-il fait s’il avait eu en face de lui une autre personne. Il n’aurait peut-être même pas pris la même de lui prêter sa serviette, et même d’en chercher une. Mais là, c’était Mado. Sa partenaire. Alors, c’était différent. D’ailleurs que faisait-elle là ? Elle prenait une douche, certes. Mais au beau milieu de la nuit, Emilien trouvait cela… un peu étrange quand même. Elle lui expliqua alors qu’elle vivait la nuit. Il eut un peu de mal à croire à ses quelques paroles, il est vrai. Alors, il se contenta de lui demander une brève confirmation. Elle lui raconta alors qu’elle mordait les gens et s’abreuvait de leur sang… Emilien soupira, levant les yeux en l’air. Evidemment, elle devait se moquer d’elle. Il ne devrait même plus en être étonné. Il lui demanda ainsi si elle n’arrivait pas à dormir, elle aussi. Oui, parce qu’Emilien n’arrivait pas à dormir. Alors peut-être que sa partenaire était dans le même cas que lui. Ainsi, elle n’arrivait jamais à dormir ? Sûrement avait-elle des problèmes du sommeil, ou quelque chose comme cela. Il ne savait pas vraiment. Finalement, Mado lui expliqua les vrais raisons de sa venue dans la salle d’eau. Sûrement aurait-elle dû commencer par cela, au lieu de laisser place à quelques délires nocturnes. Elle parlait d’envahisseurs, et surtout qu’il était difficile d’accéder la salle de bain lorsqu’ils étaient debout. Sûrement peut-être évoquait-elle la présence de tous ces intrus au sein du nid. Ca faisait beaucoup de monde d’un coup. Beaucoup trop de monde. Emilien exagérait peut-être sur la notion de « beaucoup trop », mais pour le suisse, ils n’avaient pas leur place ici. Enfin. Tant qu’ils ne l’embêtaient pas. Il s’en moquait un peu qu’ils soient là ou non. « C’est vrai qu’ils sont beaucoup… » souffla-t-il dans un petit murmure. Combien étaient-ils ? Dix, vingt, trente ? Cent ? Il ne savait pas vraiment, mais ils étaient beaucoup trop nombreux aux yeux du suisse. Et il était presque certain qu’il risquerait de tomber sur l’un d’eux lorsqu’il voudra prendre sa douche. Mado lui demanda alors s’il avait du mal à trouver le sommeil. Emilien hocha la tête de haut en bas, accompagnant cet gestuel d’un bref « oui ». Il espérait qu’il trouverait le sommeil d’ici les jours à venir, c’était quand même assez embêtant. Est-ce que quelque chose le tracassait ? C’était ce que Mado lui avait demandé ensuite. « Oui… reprit-il alors, avant de s’interrompre. Je ne sais pas trop en fait… ». Il fronça les sourcils, comme pour tenter de trouver quelques pensées qui expliqueraient son trouble de sommeil, mais sa quête fut certainement vaine. Il baissa la tête, réfléchissant un peu. Il secoua doucement la tête, et reposa son regard sur Mado. « Tu devrais peut-être te sécher, tu vas attraper froid sinon. » reprit-il alors.
avatar

Mado
MESSAGES : 1772
AGE : 31
LOCALISATION : PARIS, FRANCE.
EMPLOI : MAITRE-NAGEUSE SAUVETEUSE.
JUKE BOX : BRUNO MARS — YOUNG GIRLS ~ ALICIA KEYS — GIRL ON FIRE ~ CHRIS BROWN — DON'T JUDGE ME ~ REVOLVER — PARALLEL LIVES ~ THE SCRIPT FT. WILL.I.AM — HALL OF FAME ~ CIVIL TWILIGHT — LETTERS FROM THE SKY ~ P!NK — TRY.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 76 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (BOB) (EMILIEN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Mer 10 Avr - 19:14

Mado avait hypothétiquement quelques problèmes dits mentaux, ou tout du moins une fascinante capacité à s'imaginer d'improbables scénarios donnant lieu à de gênantes situations desquelles elle faisait toujours partie et qui lui valaient bien souvent de faire front à quelques ennuis. A cet instant précis, par exemple, et tandis qu'elle s'imaginait dans l'inconfortable situation qui l’amènerait à se retrouver nue en compagnie d'Emilien, qui serait alors intégralement dénudé lui aussi, elle se posait une seule et unique question : qui Ezra choisirait-il de tuer en premier s'il entrait dans la salle de bain et les trouvait nus tous les deux ? Oui, qui choisirait-il d'assassiner dans un premier temps ? Sa grand sœur, ou son petit ami ? Parce que bon, il aurait vite fait de s'imaginer qu'il y avait plus qu'un partenariat et une amitié naissante entre ces deux jeunes gens, et nul doute que ce problématique quiproquo ferait couler un peu de sang sur les murs. Non pas que Mado veuille absolument s'imaginer entrain de succomber aux coups de couteau de son propre frère, mais elle n'y pouvait pas non plus grand chose si son imagination était à ce point dérangée, ou disons, si elle était elle-même à ce point dérangée. Non, vraiment, ça n'était pas de sa faute si elle était le genre de nana à imaginer des trucs aussi farfelus et à le vivre aussi sereinement. A quoi bon s'inquiéter de son état ? Elle allait bien, elle avait simplement un trop plein d'imagination, comme Emilien le lui avait lui-même très justement fait remarquer quelques instants plus tôt. Vraiment, c'était une chose qu'elle tâchait de vivre au mieux, estimant que puisque ce genre de faits n'avaient aucun risque de se produire pour de vrai, elle pouvait bien s'amuser à les imaginer. Attention, elle n'allait pas non plus jusqu'à imaginer ce à quoi pouvait bien ressembler Emilien lorsqu'il était nu, hein. Non, quand même pas. Dans ses visions mentales, le corps du jeune homme était recouvert d'un joli flou optimisé, quelque chose de tout à fait charmant et qui évitait ainsi à son imagination de tomber dans le pornographique. Elle voulait bien avoir quelques soucis, mais pas non plus à ce point, hein. Tout ça pour dire que, non, Mado n'avait pas un grain, pas à proprement parlé du moins. Mais que oui, elle s'était retenue d'inclure toutes sortes de protagonistes farfelus à son histoire déjà limite. Oui, bon, elle avait simplement pensé à faire intervenir un ou deux zombie(s) et éventuellement Mister T, alias Barracuda, mais c'est tout, hein, rien qu'eux. Mais bon, elle allait arrêter, sinon Emilien allait vraiment penser qu'elle était dérangée du bulbe, et ce serait dommage. La jeune femme fut alors franchement reconnaissante à son partenaire de lui prêter une serviette, qu'il prit même la peine de déposer sur ses épaules. Quel amour, cet Emilien. Quant au fait d'être ici, en pleine nuit, il est vrai que ça pouvait interpeller. Mais que tout le monde se rassure, ça n'était définitivement pas une habitude pour elle de se doucher à cette heure-ci. Pour autant, c'est ce qu'elle lui fit croire, pensant qu'il ne goberait rien, mais étant pour le moins surprise qu'il ne semble pas tellement réagir. Ah. Ainsi, elle insista sur le fait qu'elle puisse possiblement vivre la nuit - ce qui était faux - en allant jusqu'à prétendre qu'elle aimait se nourrir du sang de ses camarades lorsqu'ils dormaient à poing fermé. Parce que oui, c'était tout elle, ça, hein. Tellement son genre de s'improviser vampire, effectivement. Et à en juger par la réaction faciale de son partenaire, celui-ci comprit un peu mieux le délire. Bien. Il lui demanda alors si elle n'arrivait tout simplement pas à dormir, ce à quoi elle répondit par le fait qu'elle n'arrivait jamais tellement à trouver le sommeil. C'était un fait, elle dormait relativement mal depuis des années. Pour autant, cela s'était récemment arrangé, lorsqu'elle avait commencé à dormir avec Fitz. Sauf qu'en ce début de semaine, ils faisaient lit à part, donc forcément, ça ne l'aidait pas à dormir. Mais bon, c'était nécessaire, presque symbolique, pour qu'il comprenne qu'elle était décidément contre les récents évènements. Elle exprimait sa contrariété comme elle pouvait, hein. Finalement, elle avoua à son partenaire qu'elle n'avait surtout pas la moindre envie de tomber sur dix gugusses au matin, lorsqu'elle entrerait ici. Alors sa douche, autant qu'elle la prenne à cette heure-ci, hein, ça n'était pas plus mal. « Pourquoi est-ce qu'ils sont revenus, tous ces zozos, déjà ? » qu'elle souffla, l'air de rien, histoire d'être sûre. Parce que non, elle ne se souvenait plus de la raison. Elle ne parlait pas là de leurs anciens camarades, mais des anciens candidats des précédentes saisons. Non pas qu'ils ne soient pas les bienvenus, mais il est vrai qu'elle n'avait pas exactement compris l'utilité de leur retour, à ceux-là. Ce n'était pas qu'elle était contre, c'était qu'elle n'était pas pour. Nuance. Toujours est-il qu'Emilien avait manifestement quelques difficultés à trouver le sommeil, lui aussi. Tout s'expliquait. Mais l'important ici était de savoir s'il était tracassé. Et manifestement, il n'en savait lui-même pas grand chose. D'abord ce fut "oui", puis il lui fit savoir qu'il ne savait pas trop. Ah. Quel garçon compliqué. « Tu angoisses peut être simplement en prévision de la demi-finale de dimanche, ou plus généralement de la fin imminente de l'aventure. Peut être que c'est ce qui travaille ton inconscient et t'empêche de trouver le sommeil avec facilité » souffla-t-elle, un peu perplexe. Elle disait ça comme ça, hein, sans savoir. Après tout, il n'était pas forcé d'angoisser. Elle, par exemple, elle n'angoissait pas particulièrement. Ou si tel était le cas, ça n'était assurément pas ce qui l'empêcherait de dormir, elle le savait. « Ou alors, c'est autre chose, mais autant je peux essayer de me la jouer psychanalyste, autant j'aurais plus de mal à me prétendre devineresse » reprit-elle, en riant légèrement. Non, dans un cas comme dans l'autre, disons qu'elle n'était pas franchement crédible, hm. Finalement, le jeune homme lui conseilla de se sécher, histoire de ne pas tomber malade, ce qui l'amusa également. « Effectivement » souffla-t-elle alors, tandis qu'elle utilisa la serviette pour frotter sa peau et sécher progressivement celle-ci, relevant bientôt la tête pour le dévisager. « Je suppose que tu ne comptes pas m'aider ? » qu'elle reprit, naturellement peu sérieuse. Boh, allez, elle le taquinait juste un peu.
avatar

Emilien
MESSAGES : 508
AGE : 27

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE: (EMMELINE, MADO)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Mer 10 Avr - 23:24

Ce n’était pas tant l’imagination débordante et la créativité sans limite de Mado qui l’intriguait tant que cela. Non. C’était sûrement plus la raison de sa venue dans la salle de bain. Après tout, elle n’avait pas décidé de venir comme ça, à tout à hasard. Peut-être que si finalement. C’était une possibilité comme une autre. Une nouvelle fois, Mado faisait preuve d’imagination. Alors comme ça, elle vivait la nuit, se baladait à travers les chambres, mordait au cou certains des candidats et se nourrissait de leur sang. Un vampire, non ? Ce ne sont pas les vampires qui font cela en général ? Enfin, comme si les vampires existaient vraiment. A croire que la française prenait vraiment son partenaire pour un bleuet. Emilien n’était pas si idiot que cela, il n’avait d’ailleurs pas un qi en dessous de la moyenne, bien au contraire… mais c’était un détail dont il se passait bien d’évoquer. Ce fut après un petit moment de suspense qu’elle lui avait expliqué les raisons de sa douche nocturne. Elle voulait éviter l’attroupement général au cœur de la salle d’eau, au petit matin. Surtout qu’ils n’étaient pas huit pauvres candidats à errer comme des âmes perdus à travers le chalet, mais bien… beaucoup plus. Ils étaient beaucoup. Beaucoup trop, et cela, il ne manqua pas à le faire remarquer à sa partenaire. Emilien ne voyait pas de mal à ce que les anciens candidats reviennent, ceux qu’il avait connu. Comme Alecia ou Peyton, par exemple. Mais que les candidats des versions précédentes viennent, là, Emilien n’aimait pas cela. Pourquoi étaient-ils revenus ? C’était bien la question qu’Emilien se posait depuis ce prime qui sonnait comme le retour de ces dits anciens. Anciens. Emilien les jugeait plus comme des nouveaux, venant troubler son petit quotidien, sa routine. Il n’aimait pas cela. « Pour venir semer la zizanie, je pense… enfin, peu importe leurs raisons, ça ne m’inspire pas confiance ça. » soupira-t-il. Il n’était pas enthousiaste par ces nouvelles venues. A vrai dire, la seule chose que le suisse leur demandait était qu’ils ne viennent pas l’embêter. A venir lui poser des problèmes. Ils n’étaient sûrement pas venus ici pour ramasser des coquelicots dans le jardin, faire la cuisine ou s’occuper du ménage. Il fallait se rendre à l’évidence. C’était une idée de la Production. Sûrement pas la meilleure. Enfin, Emilien voyait les choses ainsi. Ils n’étaient peut-être pas si terribles que cela ces malotrus. Mais ce n’était pas eux qui allaient aider le jeune garçon à trouver le sommeil. Car, depuis quelques nuits, à vrai dire depuis une nuit, il ressentait des troubles dans son sommeil, éprouvant des difficultés à dormir. Il devait certainement il y avoir des raisons à cela. La réponse était évidemment oui. Il n’arrivait juste pas à mettre des noms, des étiquettes à toutes ces pensées qui se baladaient telles des jeunes frivoles dans son esprit. Mado évoqua alors les demi-finales, il angoisserait. Il fronça les sourcils, quelque peu perplexe à l’écoute de cette raison possible. Non. Il ne voyait pas vraiment pourquoi il angoisserait pour cela. Puis, elle mentionna la sortie, la fin de l’aventure, du jeu. La fin de la fin. Il hocha très brièvement la tête de haut en bas. Il passa sa main sur son menton, faisant alors mine de réfléchir. Autre chose ? Il ne savait pas vraiment. Il y avait tellement de choses dans son petit esprit. « Je… j’crois que c’est ça. Dans une poignée de jours, tout ça sera terminé pour moi et… ça me fait peur. Pas tant l’idée que mon aventure s’arrête, que ce jeu prenne fin, mais plutôt celle de devoir retrouver l’extérieur, de retrouver le regard des autres. Leurs regards, qu’ils avaient pu avoir sur moi avant ce jeu, ont forcément changé… et ça, je ne sais pas si c’est une bonne chose ou non. Après tout, ils ont sûrement du me découvrir en même temps que moi-même… puis il y a Ezra. Je ne sais comment se passera notre sortie, comment ce sera à l’extérieur avec lui… enfin. ». Emilien ponctua sa phrase d’un soupir las. Et afin de passer à autre chose, et de changer ses idées, il conseilla à Mado de sécher. Elle avait certes une serviette, mais c’était en restant ainsi qu’elle risquait de tomber malade. Elle approuva d’ailleurs les dires du suisse. La française se mit donc à l’ouvrage tant dit qu’Emilien, lui, restait là, les bras croisés, assis sur ce lavabo. L’aider ? Parce qu’elle espérait qu’il l’aide ? Elle n’était pas embêtante déjà. Il lui avait prêté sa serviette, ça ne semblait pas lui suffire. Il se releva alors, sautant de son petit perchoir. Il ouvrit les quelques placards à la recherche d’un sèche-cheveux. Dans son quotidien, ce n’était vraiment pas la chose dont il se servait le plus… Il ne s’en servait jamais d’ailleurs. Après quelques minutes de quête, il le trouva enfin. « Si tu veux en attendant, je peux aller te chercher un pyjama. Et quand tu auras fini, je te sécherai les cheveux. » souffla-t-il, prenant un air malin. « J’ai dû utiliser ce machin qu’une seule fois dans ma vie… c’était pour sécher notre chien après lui avoir fait sa douche. » lui confia-t-il. Cette anecdote ne devait sûrement pas rassurée Mado. Enfin… sécher les poils d’un chien ou les cheveux d’une fille, les deux n’étaient pas sorciers.
avatar

Mado
MESSAGES : 1772
AGE : 31
LOCALISATION : PARIS, FRANCE.
EMPLOI : MAITRE-NAGEUSE SAUVETEUSE.
JUKE BOX : BRUNO MARS — YOUNG GIRLS ~ ALICIA KEYS — GIRL ON FIRE ~ CHRIS BROWN — DON'T JUDGE ME ~ REVOLVER — PARALLEL LIVES ~ THE SCRIPT FT. WILL.I.AM — HALL OF FAME ~ CIVIL TWILIGHT — LETTERS FROM THE SKY ~ P!NK — TRY.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 76 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (BOB) (EMILIEN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Jeu 11 Avr - 2:54

Mado était donc un vampire. Ouais, bah écoutez, pourquoi pas hein. C'était un concept vendeur, et ça avait même déjà été exploité dans le monde de la télé-réalité. Alors, très franchement, elle pouvait tout à fait partir dans ce genre de délire et s'inventer une existence de mort-vivant. A moins, bien sûr, qu'elle ait simplement cherché à tester la crédulité de son partenaire, en laissant bêtement entendre qu'elle avait pour habitude d'attendre que l'ensemble des candidats soient endormis pour se faufiler en douce dans chacune des chambres et mordre quelques cous histoire de se nourrir du sang dont elle avait besoin pour garder la patate. Parce que bon, ça n'était quand même pas tellement ce qu'elle faisait pendant la nuit, hein. Autant elle galérait bel et bien pour trouver le sommeil et s'occupait de diverses façons, autant elle ne partait jamais dans ce genre de trip. Non, franchement pas. Alors considérons qu'elle n'avait rien d'une timbrée prête à se croire dans Twilight pour impressionner la galerie et faire son intéressante, hein. Merci bien. Quant à la raison de sa venue dans la salle de bain, il s'agissait tout simplement du fait qu'elle ne veuille pas avoir à faire à un troupeau d'anciens candidats au petit matin, quand elle aurait l'intention de se doucher. Surtout que ce serait pareil vers midi, puis dans l'après-midi, jusque dans la soirée. Alors oui, tant qu'elle était debout, elle pouvait bien en profiter pour prendre une douche, hein, ce serait fait. Parce que bon, ils étaient quand même pas mal à avoir envahi le nid à l'issue du prime de dimanche soir, et il n'était pas rare que certaines pièces soient prises d'assaut par ceux que Mado trouvait alors plutôt logique d'appeler "envahisseurs". Parce qu'ils en étaient. Oui, parce qu'elle ne comprenait pas encore très bien l'utilité de ces arrivées. Que leurs anciens camarades, ceux de cette saison, reviennent, elle pouvait naturellement comprendre, puisqu'ils étaient chez eux et naturellement les bienvenus. Mais que des candidats d'autres saisons se tapent l'incruste, non, elle ne voyait pas franchement l'idée. Non pas qu'elle soit égoïste au point de ne pas vouloir partager ce nid avec ceux qui n'étaient plus dans leur saison, mais un peu quand même, c'est vrai. Parce qu'à ses yeux, s'ils étaient là pour se faire un peu de pub ou renouer avec l'éphémère notoriété que ce genre de programme doit apporter, c'était tout bonnement grotesque d'en être réduit à ça pour se sentir exister. Après, elle n'excluait naturellement pas l'idée selon laquelle certains pouvaient être là plus par bon sens, par envie d'épauler les actuels candidats, de leur faire part de leur vécu. Mais, autant le dire, elle n'y croyait quand même pas des masses, hein. Sans doute parce qu'elle voyait le mal partout, ou disons, qu'elle partait du principe que la plupart de ceux qui étaient revenus se fichaient pas mal des candidats de cette saison-ci. Il faudrait se lever très tôt pour la convaincre du contraire, en tout cas. Tout ça pour dire : pourquoi ? Oui, pourquoi tant de haine de la part de la Production ? Quand le nid devenait calme, on leur foutait tous ces gugusses dans les pattes. Pas franchement sympa, hein. Mais c'était surtout l'utilité de cette histoire qui échappait à Mado. Du point de vue de la Production, ça avait un quelconque intérêt ? C'était pour l'audience, peut être ? Oh attendez, elle était bien bête de se poser la question, vu que c'était quasiment tout le temps pour l’audience, hm. Et Emilien, lui, qu'en pensait-il ? Oui, franchement, elle était curieuse d'avoir un autre point de vue que le sien sur la question, histoire de savoir si elle avait raison de ne pas voir tout ça d'un bon œil, ou si elle n'était simplement jamais contente. Et bien, la réponse de son partenaire la rassura, et nettement. Il semblait penser comme elle, pour le coup. « C'est franchement louche, tout ça. Si ça se trouve, on est censés comprendre que les audiences de l'émission sont catastrophiques et que la Production, alors désespérée, n'a eu d'autre choix que de rappeler ceux qui en ont hypothétiquement fait les beaux jours par le passé. Quoi que non, attends, ça voudrait dire qu'ils sont plus intéressants que nous ... et ça, c'est pas possible, t'es bien d'accord ! » Bah ouais, elle ne pouvait tout simplement pas admettre qu'on puisse vouloir les "sauver" de l'oubli en appelant tous ces branquignols à la rescousse, hein. En fait, elle avait envie de partir sur une autre idée, parce que celle-ci avait quand même un peu tendance à les desservir, hein. Bon. Et puis, pour le moment, Mado s'inquiétait pour Emilien. Oui, parfaitement, elle s'inquiétait pour lui. Parce qu'il avait visiblement des troubles du sommeil mais que ça n'était probablement pas aussi habituel chez lui que ça l'était chez elle. Ainsi, il devait y avoir une raison à cela, sauf qu'il ne semblait même pas être certain de la connaitre. Il était visiblement tracassé, mais restait à savoir par quoi. Ainsi, Mado supposa que la demi-finale de dimanche pouvait le préoccuper. Pourquoi pas, après tout. Mais à le voir froncer les sourcils, ça n'était peut être pas de ça dont il s'agissait. La fin de l'aventure, plus généralement ? Peut être davantage. Après tout, il restait deux petites semaines, puis tout ceci serait terminé, derrière eux, et appartiendrait au passé. Une page se tournerait, et peut être que c'était ce qui tracassait le jeune homme. Et justement, cela semblait être le cas. Son partenaire se confia alors, et elle comprit. Sur ce point là, elle avait vu plutôt juste. « C'est normal d'appréhender le retour à l'extérieur, tu sais. Après tant de semaines de jeu, à être coupés du monde, il est naturel de craindre ce qu'il se passera après, une fois qu'on nous aura lâchés dans la nature, qu'on sera de nouveau confrontés à la réalité, à ce qui a pu changer en notre absence. Le regard des autres, je l'appréhende aussi. J'ai le sentiment que l'on sera tous très vulnérables en sortant d'ici, et je n'ai pas envie qu'on en profite pour nous tomber dessus. Je pense savoir à quoi tu fais allusion, ce qui peux te pousser à craindre qu'on puisse te voir d'une certaine manière en dehors d'ici. Mais tu n'as absolument rien fait de mal, alors j'espère que personne ne réagira d'une façon malvenue au sujet de tout ça. Ce serait absurde, et inadmissible. » Parce qu'elle sentait qu'il craignait d'être jugé pour son histoire avec Ezra, ce qu'il s'était créé entre eux au sein du jeu. Dans un sens, elle pouvait comprendre qu'il ait peur de l'opinion d'autrui, mais Mado ne pouvait pas croire qu'on en soit encore à juger ce genre de choses. Pas en deux-mille treize, hm. Si elle n'avait pas toujours été très ouverte d'esprit à ce sujet, elle avait évolué, appris de ses erreurs, et pourrait faire du tort au premier crétin qui trouverait le moyen de les critiquer pour ce qu'ils vivaient, pour le fait de s'aimer. « En ce qui concerne ton histoire avec Ezra, le mieux c'est d'en parler avec lui, de voir comment vous voulez faire une fois dehors. Vous ne serez pas le premier couple à devoir gérer cette situation, et je crois que les précédents s'en sont plutôt bien sortis, de ce qu'on lit dans les journaux et sur internet. » Cette émission avait après tout formé pas mal de couples, et Mado elle-même aurait très probablement besoin de gérer quelques petites choses à ce sujet, en sortant d'ici. Mais beaucoup de relations s'en étaient sorties après l'émission, alors pourquoi pas eux. Mado avait tendance à prédire un bel avenir à Ezra et Emilien, en tout cas. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait consenti à ce qu'il rencontre Aaron. Emilien proposa alors à la jeune femme de se sécher, ce qu'elle commença à faire, laissant entendre qu'il serait alors peu probable qu'il veuille l'aider. Ouais, bon, ce fut pour rire. Naturellement, elle n'attendait pas de lui qu'il aide. Non, quand même pas. Mais voilà qu'elle le vit s'agiter et chercher quelque chose. Mais quoi donc ? Oh, un sèche-cheveux. Très vite, elle comprit. « Oh non, ça n'est pas la peine, je ne voudrais surtout pas abuser, tu as déjà été bien gentil de me dépanner d'une serviette, donc bon ... » Elle soupira tout doucement, puis haussa les épaules. « Enfin, si tu insistais, je pense que je ne dirais pas non bien longtemps, hein. » Elle disait juste ça comme ça, pas nécessairement pour qu'il insiste. Oh bah non, loin d'elle cette idée. « Hm, attends voir, est-ce que tu essaies de me dire que mes cheveux seraient les premiers que tu sécherais ? » Oui parce qu'excusez-la, mais des poils de chien, c'était quand même un peu autre chose. Enfin, elle supposait. Les chiens, très peu pour elle, honnêtement.
avatar

Emilien
MESSAGES : 508
AGE : 27

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE: (EMMELINE, MADO)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   Jeu 11 Avr - 22:03

Pourquoi n’avait-elle pas commencé par cela, au lieu de lui évoquer toutes ces raisons folkloriques. Il se demandait bien pourquoi. Ainsi, c’était donc à cause de ces nouveaux venus qu’elle prenait sa douche, en pleine nuit. Ce n’était pas une si mauvaise idée que cela. Peut-être qu’il devait faire pareil. Histoire d’éviter tout cet attroupement général. Non. Il ne viendra, évidemment, pas en même temps que Mado. Mais il est certain qu’il ferait tout pour éviter, pour les éviter. Emilien n’avait rien contre eux. Pour le moment, ils n’en avaient parlé à… aucun. C’était peut-être mieux ainsi. Il ne savait pas si ces personnes étaient bien attentionnées, ou non. De ce qu’il avait pu avoir vu très brièvement d’eux, ils ne lui inspiraient pas confiance. Pas du tout. Il était certain que le suisse était du genre à se méfier de tout, et de n’importe quoi, et surtout de n’importe qui. Il n’était pas antipathique, ni asocial. La preuve : il était arrivé, au sein de ce jeu, à se lier d’amitié avec des individus, certes rares. Il n’était pas ami avec tout le monde. Tout le monde ne l’appréciait pas forcément, mais ce détail lui faisait bien de belles jambes. Être aimé de tout le monde, plaire à n’importe qui, ce n’était pas ces choses là que le suisse recherchait. Il n’aimait d’ailleurs pas attirer l’attention sur lui. C’était peut-être sa discrétion au sein de ce chalet qui lui faisait le plus grand défaut. Etait-ce un défaut en soi d’être discret et de ne pas cherché à avoir tous les regards sur soi ? Clairement, non. Alors, si ces nouveaux venus pouvaient, juste le temps de ces quelques minimes jours qu’il lui restait au sein de ce nid, l’oublier. Il ignorait toujours les raisons de ce « retour » surpris de ces anciens candidats qui avaient dû prendre quelques rides. Il ignorait chaque prénom de ces nouveaux venus, ils s’étaient pourtant plus ou moins présentés à eux lors de leur entrée… mais le suisse n’en avait retenu… aucun. Aucun prénom. Peut-être était-ce de la mauvaise conscience involontaire. Il ne savait pas. Peut-être bien. Enfin. Cela ne lui disait toujours pas le pourquoi de ces arrivants, de ces squatteurs. Des squatteurs, voilà ce qu’ils étaient. Mado trouvait ça louche. Lui aussi, à vrai dire. La Production avait sûrement jugé bon de faire revenir des ‘anciens’, comme ils le disent si bien, pour semer la zizanie au sein de ce chalet, histoire de créer quelques tensions. Emilien n’aimait définitivement pas cela, et Mado non plus apparemment. Il se ne sentait plus seul. Ainsi, selon la jeune femme, la courbe d’audience de l’émission –et certainement des quotidiennes– serait en baisse. Qui aimerait regarder des jeunes gens vivre une vie des plus banales, enfermés ? Qui ? Vraiment ? Ca intéressait des gens cela ? Ah oui. Les histoires de coucheries, de cœurs, ça intéressait. Mais les cours de piano, ou les cuisines foireuses de Pierre, Paul, Jacques étaient beaucoup moins palpitants et croustillants que les faits précédemment évoqués. Ils seraient alors… plus intéressants qu’eux. A cette idée, le suisse fronça les sourcils. Vraiment ? « Je les trouve surtout désolants, personnellement. » souffla-t-il, en levant les yeux en l’air en tentant de se remémorer le visage de ces malotrus. Ezra les trouvait d’ailleurs amusants. Il ne devait pas avoir la même notion de « être amusant » que celle du suisse. Ezra et Emilien ne se ressemblaient d’ailleurs pas. Ils étaient tout simplement opposés. Des personnalités opposées, des physiques opposés. Tout les opposait. « J’espère qu’ils ne viendront pas chercher des embrouilles avec nous… ». Il ne manquerait plus que cela. Qu’ils soient venus pour créer des embrouilles, des tentations… pour semer la zizanie. Peut-être que la Production leur avait donné cela comme ligne de conduite : foutez-la merde dans ce joli petit coin de tranquillité. Il ne l’espérait pas. Vraiment pas. Enfin tant que personne ne venait le chercher. Enfin. Il n’avait pas envie de parler de cela pendant des heures et des heures. Ca l’ennuyait déjà assez. Mado semblait d’ailleurs se faire quelques soucis pour lui, pour Emilien… pas pour ces zouaves venus de je-ne-sais-où. Elle semblait s’inquiétait un petit peu. Il était certain que ce n’était pas dans les habitudes du suisse de ne pas trouver le sommeil, d’éprouver des difficultés à dormir, et à se balader en pleine nuit. Bien que depuis son entrée dans ce jeu, il avait quelques petits troubles du sommeil. Sûrement était-ce lié au stresse et aux tensions nerveuses qu’il s’infligeait à lui-même. Certainement. Mais là. C’était différemment. Il y avait cette chose qui depuis quelques jours, maintenant. La fin de ce jeu, de cette aventure. Toutes les choses avaient une fin, il était certain. La vie était ainsi conçue : il y avait un début et une fin à tout. La fin d’une histoire, la fin d’une époque, la fin d’une vie humaine… la fin d’un monde. Cette notion de finitude faisait peur au suisse. Il était si bien là. Loin de tout. Loin de tous. Une page se tournera, et il retournera à celle qu’il avait laissée avec des points de suspension. Au chapitre de sa vie. De sa vie d’avant. Cela lui faisait peur aussi. De s’imaginer replonger dans son quotidien d’antan. Non pas qu’il ne l’aimait pas. Mais il y avait tellement de choses qui avaient changé dans sa vie, chez-lui. Puis, il y avait le regard des autres. De ces autres qui avant ne s’intéressaient pas à lui et qui soudainement, montreront un certain intérêt pour lui. Un intérêt sain, ou malsain. Sûrement subira-t-il quelques railleries, quelques moqueries, quelques jugements dû à des préjugés, quelques critiques. Des critiques bonnes, des critiques mauvaises. Tout cela lui faisait peur. Très peur. Trop peur. Mado trouvait alors ses craintes naturelles. Chacun d’entre eux devait appréhendait ce retour à la réalité. Ce retour certainement brutal. Trop brutal. Retrouver leur vie d’avant… cette vie d’avant qui avait évolué, en même temps qu’eux. Son regard se posa sur la jeune femme. Alors, il n’avait rien fait de mal ? Il était certain qu’il n’avait rien fait de mal. Il s’était, d’ailleurs, plutôt très bien conduit au sein de ce jeu. Discret, simple, et n’ayant crée aucun conflit. Mais il était certain qu’il subirait quelques regards. Des regards droits, des regards de travers surtout. Il était certain que son histoire avec Ezra avait dû faire coulé quelques critiques sous la plume d’internautes, de journalistes, ou dans les paroles de quelques uns. Des bonnes critiques. Des critiques mauvaises. « Je l’espère aussi… » souffla-t-il alors. Oui. Lui aussi l’espérait. Il espérait ne pas subir de tels jugements, de tels regards. Mado trouvait cela absurde et inadmissible… Il devait il y avoir des personnes attachées à leurs bonnes vieilles valeurs d’antan. Il était certain que les sociétés évoluaient perpétuellement, mais que certains esprits restaient malgré tout très étroits. Mais si seulement, il n’y avait que cela qui le tracassait. Evidement, son histoire avec Ezra le souciait un peu. Non pas qu’ils soient en crise. Oh non. Leur histoire semblait être bercée par les douces mélodies d’Amour. Mais, comment se déroulera leur sortie ? Bien, ou mal ? Ils ne seront plus enfermés vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans ce petit monde artificiel. Ils retrouveront ce monde qu’ils avaient laissé derrière eux. Tant de questions. D’interrogations. « Oui… c’était ce que je comptais faire. ». Il comptait en parler à Ezra. De tout cela. De leur sortie, de leur futur en commun, de la suite de leur histoire. Emilien voulait les choses belles, quasi-idylliques, un peu comme ici. Il était certain qu’il ne voulait pas être séparé d’Ezra. L’un habitait la France, l’autre la Suisse. Géographiquement, il y avait un soucie qui pourrait se régler. L’un ira coloniser l’habitat de l’autre. C’était aussi simple que cela. Et si Emilien partait vivre en France ? Ou ailleurs, dans les îles Marshall par exemple, ou au Groenland. Et si seulement, il n’y avait que cela. Comment son père avait-il vécu l’aventure de son petit Emilien chéri ? Et ses frères ? Qu’en pensaient-ils de tout cela ? Et… serait-il toujours étudiant dans quelques semaines ? Ou choisira-t-il d’abandonner ses études pour une autre vocation. Il n’allait pas abandonner la musique. Au contraire. Et s’il décidait de finalement se consacrer à cette passion ? A sa passion ? Mais est-ce que ses proches le laisseraient faire cela ? Tant de questions. Trop de questions d’un coup. Le suisse secoua doucement la tête, comme pour chasser toutes ces idées de sa tête. Le seul sujet qui pouvait lui faire oublier tout cela était Mado. Il ne voulait pas qu’elle attrape froid, ce serait dommage. Il ne savait pas vraiment si elle voulait vraiment qu’il lui vienne en aide ou non. Au pire, il pouvait bien l’aide, ça ne le tuerait pas. Il pouvait même lui sécher les cheveux si elle le voulait. Il avait d’ailleurs entrepris la quête d’un sèche-cheveux pour cela. N’était-il pas adorable, ce garçon quand même ? Je pourrais bien vous répondre, mais ma subjectivité risquerait de me jouer des mauvais tours. Rapidement, elle déclina son aide. Il n’allait pas lui en vouloir pour si peu. Au pire, il lui brancha le sèche-cheveux dans la prise électrique et elle se débrouillera. Il avait sorti l’appareil, autant qu’elle l’utilise. D’ailleurs. Il avait utilisé « ce machin » qu’une seule fois dans sa vie. Pour sécher le chien de la famille. Il ne comparait pas Mado à un animal. N’allez pas imaginer ce que le suisse n’avait pas dit. D’ailleurs la remarque d’Emilien ne semblait pas être tombée dans l’oreille d’une sourde puisqu’il put écouter la réflexion de la française à ce sujet. « Bah tu sais, je n’ai pas pour vocation de devenir coiffeur, moi. ». Lui, il voulait être musicien. Pianiste. Ou tout du moins, vivre en compagnie de cette chose qui lui était bénéfique : sa musique. Emilien émit un petit rire, allant alors brancher l’appareil. Il y déroula le fil qui semblait assez court pour rejoindre la jeune femme. « Approche-toi ! » souffla-t-il alors. Il avait un cobaye sous les mains, alors autant qu’il en profite. « J’ai envie d’essayer… ça ne doit pas être si compliqué que cela et comme ça, je vais mourir moins stupide. Je saurais sécher les cheveux… puis imagine si plus tard, parce que là maintenant c’est techniquement impossible avec Ezra, j’ai une petite fille et que je ne sais même pas faire, j’aurais l’air fin. ».

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45   

 

Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» Narry Potter [Spoiler Inside]
» The way of the heart.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE TROIS :: SAISON 9 :: Intérieur-