GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO

Partagez
 

 HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 34
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptyMar 6 Mar - 2:26

Le mardi 6 mars vers 20h00 ~
Au départ quand j'ai vu avec qui j'allais faire équipe je me suis dis qu'on était pas couché. J'avais l’impression d'avoir écopé du boulet coincé qui allait pas me faire passer une bonne aventure. Et pour tout vous avouer j'ai pensé directement qu'il fallait qu'il saute rapidement pour que je puisse profiter de mon aventure avec quelqu'un de plus intéressant. Mais non. Artie est une perle, une exception dans ce jeu et dans ma vie. J'ai fais un effort dès le départ mais au final ces efforts fait l'ont été de bon cœur et je me suis juste laissé allé avec lui, automatiquement. Peu être que son coté raffiné et élégant m'a poussé à essayer de me comporter au mieux. Comme si me la jouer garce n'était pas une solution ni un comportement adéquate et utile avec lui. C'est la seule personne avec qui c'est passé dès les premiers mots échangés, forte heureusement durant le prime on ne s'était pas vraiment parlé, les choses auraient été différentes certainement. Parce que j'y avait été allé fort le premier prime.. très fort. Me voilà entrant dans la cuisine à l'heure de dîner espérant comme à mon habitude trouver quelque chose de tout préparé fait par un candidat plus altruiste que moi et surtout plus doué en cuisine que moi. J'entre et trouve un Artie, l'homme de mes pensées entrain de faire à manger. J'arrive derrière lui et applique une courte étreinte pour lui montrer que je suis là. Je me détache de lui un léger rire animant ma bouche. Une idée me vient à l'esprit il y a quelques petites choses dont j'aimerais discuter avec mon cher partenaire. Mais c'est mieux de noyer un peu le poisson. « Tu fais quoi à manger ? » dis-je dans un premier temps. Puis je continue dans les questions. « Tu me fais à manger ? » Je lui offre un sourire forcé et un battement de cil délicat. « Tu cuisines souvent ? Ton putain de majordome n'est pas là pour ça normalement ? » Je pense que j'ai dis assez de question inutile non ? Alors autant envoyer la chose qui me trotte le plus dans la tête. « Il se passe quoi avec Oona ? » J'avais dis mes questions si vote que je ne lui avais pas laissé le temps de répondre. La dernière était bien entendu la plus importante je le regarde d'une manière insistante lui montrant que je ne lâcherais pas le morceau. J'entends des choses dans les couloirs mais je veux l'entendre de sa bouche et puis entre ce que les commères du château raconte et la vérité y a souvent de grosses différences.
Artie

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 33
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb
POINTS : 50

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptyMar 6 Mar - 21:11




Il faisait tard à présent, Artie jugea nécessaire de rentrer du jardin pour se préparer quelque chose à manger, et quand il disait quelque chose, il faisait bien allusion à un repas bien complet, un repas consistant, et pas qu’une simple tarte qu’il recueillera simplement pour remplir son estomac, ou bien encore un produit conservé dans une boite métallique vite fait mal faite.. Non, il parlait bien d’une assiette bien remplie avec de la qualité omniprésente, du goût et du raffinement, voilà de quoi il parlait quand il évoquait la nourriture ; il ne mangeait pas n’importe quoi donc bon. Il rejoignit le nid d’amour, cherchant le chemin le plus court vers la cuisine, non, plutôt vers le cellier, car la première tâche consistait à rassembler tous les éléments dont il en avait besoin pour préparer son dîner. Il arriva donc, jetant des coups d’œil furtifs vers les rangées d’aliments, il avait déjà une recette en tête, même deux, mais il ne savait pas laquelle choisir, il prit le temps de réfléchir longuement à ce qu’il allait manger, oui il prenait très à cœur sa gastronomie, ce n’était pas une chose qu’il prenait à la légère, donc le voir réfléchir de cette manière sur les ingrédients à sélectionner n’était pas exagéré, c’était lui, avec ses manies Artiniennes et son goût méticuleux cherchant toujours la perfection. N’ayant pas tranché, il se dit qu’il allait opter pour la recette dont il trouvera le plus d’ingrédients, car même si le cellier était vaste, il n’incluait pas tout et le ravitaillement prenait un peu de temps durant les jours de semaine. Il voulait préparer un magret de canard, l’un de ses préférés, mais il repéra non loin des pavés de saumon, au nombre de quatre qui chamboula totalement ses plans : Il allait faire du saumon donc. Il transporta son panier chargé d’aliments vers la cuisine, qui était déserte oui, et prépara son plan de travail : Il rangea les ingrédients, sélectionna les ustensiles et se lava les mains pour commencer la préparation de son plat. Il se mit alors à cuisiner avec une expertise sans exemple, c’était un parfait cordon bleu pouvant rivaliser avec des chefs de restaurants une étoile, oui carrément. Il écailla son saumon, enlevant délicatement chaque arrêtes, il retira la peau et disposa ses pavés dans une plaque de cuisson sur du papier sulfurisé, faisant cuir le tout à une haute température. 15 minutes s’écoulèrent, la cuisson était terminée, Artie sentie néanmoins quelqu’un derrière son dos, il tourna lentement la tête, identifiant la personne comme étant Moore. « Tu fais quoi à manger ? » Du saumon, ça se voyait non, ou pas, ses tranches de saumons étaient carrément méconnaissables tellement il les avaient bien préparé, il poursuivit sa cuisine, écoutant la jeune femme par moment. « Tu me fais à manger ? »C’était la première fois qu’elle lui demandait de lui faire à manger, c’était nouveau ça , voilà une excuse pour garder la surprise, quoique pour lui c’était habituel. Il poursuivait sa création en bonifiant son assiette, ajoutant des virgules de crème de panais et posant délicatement les pièces de saumon à l’extrémité de l’assiette, il passa à l’assaisonnement qui était parfait lui aussi, sans oublier que le dressage était lui aussi exquis. « Tu cuisines souvent ? Ton putain de majordome n'est pas là pour ça normalement ? » Sir cusinait régulièrement, et son majordome ne faisait que ce qu'Artie aurait pu faire lui même, donc ici, c'était lui qui cuisinait, même s'il aurait bien aimé que Walter soit là. Elle allait avoir sa réponse dans pas longtemps, quand elle recevra le résultat. Il l’ignorait carrément, se consacrant à sa tâche, il voulait lui préparer quelque chose d’exceptionnel, c’était sa partenaire donc autant lui présenter de la haute gastronomie qu’elle ne devait pas manger tous les jours, oui pourquoi ne pas lui donner un avant goût de ce que le Sir ingurgitait continuellement, le gros veinard. Il termine son assiette donc et invite Moore à s’assoir, et vu qu’il n’avait qu’une seule assiette, il la lui présente fièrement, la mettant devant elle. Il prend un siège à son tour, il allait la regarder manger, ça lui suffisait. Elle voulait parler d’Oona, d’accord, il allait le faire, mais tout en la regardant manger… « Rien de bien grave, je me suis un peu trop attaché, c’est tout… Et il ne fallait pas à ce que je vois… À présent, je crois m’être bien fixé sur la chose… » Il n’avait pas vraiment envie d’en parler, mais quand il s’agissait de Moore, il pouvait faire une exception. Il sourit, regardant qu’elle s’était mit à dégusté son plat… « Tu vois pourquoi on cherche vraiment à m’épouser… » C’était pour les autres le gars parfait, l’homme à tout faire, l’artiste, le pianiste, l’intellectuel, l’éduqué, le noble, le cordon bleu, l’aimable, le cultivé, l’instruis et bien d’autre chose encore, mais ce qu’il trouvait amusant dans cette affaire, c’est que Moore préférait les gens sales, les criminelles ou bien les… Gorilles… Parlant de gorille, il avait bien des choses à lui demander sur lui, ça n’allait pas tarder à venir, qu’elle ne s’inquiète pas le belle Moore, dès qu'on termine avec la chapitre Oona, on passe à Ruben… Eh oui !



Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 34
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptyMer 7 Mar - 23:29

Je lui posais des questions à la chaîne sans vraiment attendre de réponse de sa part. Et même si ça avait été le cas je ne crois pas qu'il m'aurait répondu. Ses gestes étaient précis, fins et il avait une concentration à toute épreuve j'aurais pu tout faire, tout dire il n'aurait pas bronché. De toute manière comme je l'ai déjà dis il n'y avait qu'une seule question de réellement importante. La dernière, celle que j'avais noyé sous un tas d'autre question. J'avais entendu des choses, je savais déjà qu'il se passait quelque chose entre Oona et Artie mais... je savais qu'il s'était passé quelque chose d'autre. Quelque chose d'important. J'avais attendu qu'il m'en parle mais il ne l'avait pas fait alors j'allais lui poser des questions, autant qu'il me semblerait utilise de poser pour avoir une réponse satisfaisante. Parce que vous connaissez Artie et ses manies de parler en énigmes... Dans son silence impérieux il termine son assiette et m’invite à m’asseoir. Bien que je n'en ai pas envie je le fais parce sinon je n'aurais jamais de réponse à mes questions. Il me tend l'assiette et des couverts. C'est pour moi ? Je veux bine grappiller dans son assiette mais manger la nourriture qu'il a prit tant de temps à faire...  « Rien de bien grave, je me suis un peu trop attaché, c’est tout… Et il ne fallait pas à ce que je vois… À présent, je crois m’être bien fixé sur la chose… »  Me dit-il alors pour répondre à ma question. Raaah, va falloir que je pose des questions plus précises si je veux qu'il me réponde de façon satisfaisante. Pour l’instant son saumon me fait dangereusement de l’œil. Je me laisse tenter et en mange un bout. « Bon sang! » dis-je étonné par le goût de son plat. C'était... parfait. Je n'avais jamais mangé un plat de ce genre. « Tu vois pourquoi on cherche vraiment à m’épouser… »  Je ris légèrement avant de reposer la fourchette. C'était délicieux mais je n'étais pas là pour me goinfrer...enfin si au départ mais maintenant que j'ai Artie sous la main j'ai bien d'autre chose en tête. « Je t'épouse sur le champ rien que pour ta cuisine, enfin et d'autre chose mais surtout pour ta cuisine ! » dis-je sur le ton de la rigolade. Je voulais que le ton de la conversation soit détendu, je n'avais pas l'intention de lui faire subir un interrogatoire bien que ça me plairait. Je voulais surtout qu'il me parle tranquillement. Je suis prête à poser une autre question quand je sens dans son regard quelque chose, comme s'il attendait quelque chose le moment opportun pour me dire quelque chose peu être ? Bref... on s'en branle. « Tu l'as pas demandé en mariage quand même ? » dis-je presque sérieuse parce que dans le font ça ne m'étonnerais pas de sa part. « Racontes... » dis-je pour l'inciter à m'en dire plus de toute manière il allait le faire même si pour ça j'allais devoir le menacer de ma fourchette. En parlant de fourchette je le reprend en main pour prendre une nouvelle bouché de ce putain de saumon. « Putain que c'est bon, t'en veux pas ? » Parce que si t'en veux pas je vais tout bouffer mon grand alors c'est maintenant au jamais.
Artie

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 33
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb
POINTS : 50

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptyJeu 8 Mar - 1:25



Moore insiste sur sa question, elle veut tout savoir, elle était ainsi, Mademoiselle je veux savoir tout, entendre tout et voir tout ce qui se passe dans le nid. Si elle voulait être ainsi, qu’elle se marie avec Cupidon, elle aura surement une cabane secrète à elle ou elle pourra, de un, coucher avec l’ange, et de deux, épier chaque faits et gestes des candidats, ce qu’elle ne refuserait pour rien au monde, que ça soit l’option n°1, ou la 2. Il posa ses fesses sur une chaise, contemplant la jeune femme qui dévorait avec passion ce saumon qu’elle trouvait très bon. La preuve : « Bon sang! » Normal petite Moore, Artie est un excellent cuisinier, fallait pas passer à côté de ses cuisines, profite tant qu'il est avec toi. Bref, elle rajoute, sous le signe de l’ironie bien sûr « Je t'épouse sur le champ rien que pour ta cuisine, enfin et d'autre chose mais surtout pour ta cuisine ! » Sauf que lui, il aurait bien aimé que ça ne soit pas de l’ironie, que ça soit au contraire réel, et sincère, mais il se faisait assez d’idée le Lord ; Moore avait plus de penchant vers les détritus, à l’image de Ruben, ce qui le rassura moyennement vu qu’il ne voulait pas être vu comme cela, c’était une bonne chose non, pour une fois, de ne point être l’intérêt numéro un d’une femme, une femme qui avait des goûts assez bizarres, il fallait quand même le préciser… Devenait-il jaloux, peut être, non mais oui, carrément, il n’allait pas mentir, il l’était, car voir Ruben un peu trop proche de Moore, ça l’agaçait, mais encore une fois, il acceptait, elle ne l’appartenait pas, ce n’était pas quelque chose qu’il possédait ; il aurait bien aimé la posséder, ça c’était sûr… Mais d’un autre côté, il était content, content pour elle, enjoué à l’idée qu’elle puisse enfin trouver quelqu’un avec qui partager un ‘vrai amour’, étrange, lui qui était jaloux, et heureux en même temps . Elle se prononce une nouvelle fois avec sa voix aiguë, une voix percutante qu’il entendait très bien, à cette distance. « Tu l'as pas demandé en mariage quand même ? » Il rectifie le jet, essayant de copier littéralement la même intonation « Et avec Ruben, les fiançailles ça avance ? » Non mais qu’est ce qu’elle s’imaginait celle là, se marier, dans une émission, quoique l’idée n’était pas trop bête… « Racontes... » Là, elle était vraiment sérieuse... elle s’imaginait vraiment Artie et Oona ensemble, dans la chapelle, avec les autres candidats comme témoins et Siomhà comme strip-teaseuse au fond d'un gâteau, célébrant un mariage !!! Sir Artie pensait bien avant qu'elle avait une imagination réduite, que son côté rêveur était pauvre et qu'elle était quand même réaliste, alors que là...franchement... elle avait vraiment battu le record du rêve le plus GROS, réduisant carrément en vulgaires miettes Céleste avec ses poneys et son monde magique… Moore, tu commences à perdre crédibilité ma chère, pensa-il. « Elle est charmante Oona… Je l’aime bien ! » Il ne mentait pas, il l’appréciait vraiment cette petite. C’était peut être peu pour une réponse, presque loin de ce que Moore attendait ; elle s’attendait surement à une série mexicaine, mais les révélations du jour étaient terminées, rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles confidences… « Putain que c'est bon, t'en veux pas ? » C’était son plat, donc il pouvait s’en refaire un autre quand il veut, ou il veut, à l’infini même… « Je mange ce genre de nourritures tous les jours Moore, j’y suis habitué… » Il s’était carrément accommodé à cette haute gastronomie, et en dehors de ce niveau, il ne pouvait manger plus inférieur à ça – ce saumon était un peu la marge, la moyenne quoi- Il se redressa donc, dos bien droit pour la persécuter une nouvelle fois avec l’un de ses regards assassins, des regards qui ne laissaient présager rien de bon « Raconte moi l’épisode 2 ‘Ruben & Moore’ maintenant… » Maintenant, place à l’épisode deux, le premier était une dispute, celui-ci était plus romantique, un résumé serait bien le bienvenue, les détails serait très appréciables aussi… Ah oui, et si l’histoire de Moore et de Ruben (la belle et la bête) était un film, il aurait surement décroché l’oscar de la meilleure actrice (sans l'ombre d'un doute), du meilleur scénario (c'était beau leur relation) mais aussi celui de la meilleure blague (...), sans ajouté que les effets spéciaux de Ruben étaient vraiment nuls; il n’avait rien à proposer, à part des poils, des poils en plus que personne ne voudrait voir en 3D… et surement pas lui... Bon, il est vrai qu'il devenait un peu trop jaloux Lordie... Normal.
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 34
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptyJeu 8 Mar - 18:11

« Et avec Ruben, les fiançailles ça avance ? » J'avais totalement occulté cette phrase de sa part, je préférais me concentrer sur ma tâche à savoir connaître la vérité à propos d'Oona et lui. Mais bon c'est aussi parce que je n’avais aucunement envie d'en parler. Et le jour où je serais fiancer …. vraiment faudrait que sois sois exta où un truc comme ça sinon impossible. Et puis ça le regarde pas... Mauvaise foi je sais. Mais c'est pas pareille moi j'ai droit de savoir pour Oona et lui parce que c'est comme ça et puis c'est tout. Pour Ruben et moi de toute manière y a rien à dire...« Elle est charmante Oona… Je l’aime bien ! » Je soupire dans le genre réponse minable... Il pouvait m'en dire plus quand même. Je lui laisse le temps et me concentre sur ce putain de saumon délicieux à souhait. Je lui demande s'il n'en veut pas parce que c'est maintenant où jamais. « Je mange ce genre de nourritures tous les jours Moore, j’y suis habitué… » Ah oui pardon mon Lord c'est vrai que vous êtes habitué à manger des choses exquises. « Toutes mes excuses mon bon Lord. » dis-je en exagérant sur la prononciation de chaque mots comme l'aurait fait un anglais coincé aristocratique du genre d'Artie. Je ris légèrement. Je l'aime bien Artie, son coté bien éduqué, ses petites manies... Même si j'aimerais bien chamboulé le tout de temps en temps pour qu'il soit plus impulsif plus spontanée... plus dangereux, plus bad boy quoi. Comme je lui avait dis si mes souvenirs sont bon durant la soirée qui c'est déroulé à la piscine. Et d'ailleurs il avait parfaitement bien joué son rôle.  « Raconte moi l’épisode 2‘Ruben & Moore’ maintenant… » Je le regarde, un regard insistant. S'il croit que je vais me satisfaire de sa réponse minable sur Oona et lui... Je trouvais son comportement étrange et assez différents que d'habitude. Maintenant que je n'avais plus les sens brouillé par le magnifique goût de ce plat je pouvais m'en rendre compte. Je posais de nouveau cette fourchette et le regarde gravement. Sans prononcer un mot non, juste un regard perçant. « Pourquoi ça t'intéresse ? » dis-je d'une voix neutre. « Moi je suis curieuse, un vilain défaut... normalement t'aurais attendu que je t'en parle de moi même. Alors pourquoi ça t'intéresse Sherlock? » dis-je toujours sur le même ton. Une manière pour moi de reculer l'inévitable c'est à dire parler de moi et Ruben. Pour ce qu'il y a en dire... En faite si y a beaucoup de choses à dire mais bon.... Je reprend ma fourchette et recommence à manger, comme on dit on e parle pas la bouche pleine non ? Ok je n'ai aucune bonnes manières mais bon... là ça s'impose si ça peut me permettre de ne pas lui en parler tout de suite. Je sens son regard insistant sur moi. Je soupire. « Il est amoureux de moi, ce que me semble totalement inconcevable, il a dut piquer de la drogue à Sixtine. » dis-je sur un ton totalement désinvolte. Quelques mots pour le rassasier, on peut pas dire qu'il avait été très bavard sur lui et Oona donc... « Et puis maintenant tu vas me dire ce qui c'est réellement passé ? Qu'est ce que t'as fais pour tout foutre en l'air ? » Oui parce que c'est forcément le mec qui fou tout en l'air... Non en faite c'est parce que j'avais entendu des trucs.. alors je savais qu'il avait fais quelque chose mais je ne savais pas quoi. Et je voulais savoir ! Je le regarde manière très insistante, la prochaine fois je le menace de ma fourchette s'il ne répond pas à mes questions avec la sincérité que je demande.
Artie

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 33
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb
POINTS : 50

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptyVen 9 Mar - 22:53



« Pourquoi ça t’intéresse » Drôle de question… Il fut déçu au moment ou elle se prononça ainsi. Il nota un égoïsme de sa part… Si ses souvenirs étaient bons, il n’avait jamais dénié une demande venant d’elle cherchant à lui raconter ce qui clochait avec lui, il acceptait toujours sa présence, ces interventions quoique parfois très intenses et insistantes, elle était toujours la bienvenue Moore, il lui permettait plein de choses même si c’était largement lourd, restait indulgent la plupart du temps et ne pouvait jamais lui refuser quelque chose ; quand elle voulait danser, il le faisait, quand elle voulait un homme viril, il le devenait, il se surpassait même pour lui faire plaisir, lui remonter le moral et lui signifier qu’il était là pour elle… alors qu’elle à présent, il se rendit compte que même avec son statut de partenaire et ses efforts, il n’avait la possibilité de récolter ne serait-ce qu’un petit témoignage minable narrant les affreuses mésaventure de King kong Ruben et … Moore, même pas une idée, rien, niet !… Ok. « Ah bon ! » Surpris, déçu, mal à l’aise… Trois sensations le traversèrent d’un coup lorsque Moore avait essayé de mettre ainsi des barrières entre lui et elle, des barrières qu’il ignorait carrément l’existence et qui ne croyait jamais qu’elle en aurait recours avec lui, c’était son partenaire bon sang, il croyait qu’ils avaient amplement dépassé le stade des connaissances et avait établis un régime plus que parfait, ils étaient en parfaite symbiose non ? Ils étaient censés, car à présent, leur lien était remis en question… « Moi je suis curieuse, un vilain défaut... normalement t'aurais attendu que je t'en parle de moi même. Alors pourquoi ça t'intéresse Sherlock? » Ce n’était pas un argument, être curieuse, tout le monde pouvait se permettre d’être curieux… « C’est comme si c’était la première fois que quelque chose m’intéressait chez toi c’est ça … ? Et effectivement j’attendais que tu m’en parle de toi-même, mais j’ai vu que ça tardait à venir, je voyais même que ça n’allait jamais venir… » Il n'avait pas tort, il croyais dur comme le fer que Moore allait essayer d'étouffer cette affaire, et venir à le contredire serait un mensonge de sa part, il la connaissait bien lui. Il s’arrête, un ton sec parcours ses phrases fermes, il ne savait pas pourquoi elle voudrait lui cacher des choses.. « Je suis quand même ton partenaire non, je mérite de savoir comme toi tu mérites de savoir sur moi, c’était ça l’accord non ? » L’accord était clair, chacun était libre dans ses relations, ils pouvaient baiser avec n’importe qui, embrasser n’importe qui, nominer librement, sans contraintes, à part léguer leur lit à quelqu’un, il était sacré lui, le lit… Et en plus de ça, il devait un minimum se parler, se confesser l’un à l’autre, compter l’autre comme une entité, pourquoi pas se permettre des gâteries entre temps, des moments de folies, ils pouvaient tous se permettre, et ça avait l’air de marcher, jusqu'à maintenant… oui, jusqu'à maintenant « Si tu veux rester dans ton cocon, aucun problème, le miens est toujours ouvert par contre… » Il était clair, direct, impartial. Il lui donnait toujours la liberté, elle était libre avec lui, quelque chose qu’il ne permettra en aucun cas à une autre personne, même Oona ne pouvait accéder à ce statut, pas encore, mais ça n'allait pas tarder à venir, fin' il ésperait. Moore était classifié sur une case ou elle avait des privilèges que les autres n’avaient pas…« Il est amoureux de moi, ce que me semble totalement inconcevable, il a dut piquer de la drogue à Sixtine. » Elle se rattrape finalement, d’accord, c’était acceptable pour cette fois, mais c’est avec un goût très amer qu’il réceptionna ça, non pas qu’il était jaloux encore une fois que monkey éprouve de vrais sentiments pour elle ; il trouvait que c’était normal est très naturel de sa part d’être jaloux envers quelqu'un qui lui était très chère et qu'il vénérait plus que tout, elle devait ressentir le même sentiment en parallèle ; c’était quelque chose de innée. Donc ce n’est point le fait qu’il est eu un petit tic de jalousie régulière, mais bel et bien du fait qu’elle avait complètement oublié, pour ne pas dire négliger, de venir lui en parler direct… « Et alors ? Rien n'est inconcevable ma chère, regarde-moi, qui croyait un jour que je céderais aux sentiments, moi aussi j’ai été amoureux, dans une salle de bain, pendant presque deux minutes… C’était court, bref, mais c’était exquis ! » Mais c’est quoi encore cette idée de drogue, comme si l’Homme avait besoin d’une drogue pour pouvoir aimer… Bref, il passa. Il remarqua qu’il s’était dévoilé sans le vouloir, d’une manière très implicite… Il attendait encore plus d’elle, sinon il allait vraiment être très déçu pour cette fois. « Et puis maintenant tu vas me dire ce qui c'est réellement passé ? Qu'est ce que t'as fais pour tout foutre en l'air ? » Attendez, elle a bien dit ‘foutre en l’air ?’ non mais qu’est ce qu’elle se disait dans sa petite tête la Moore ?? Il n’avait rien foutu du tout, ce n’était pas le genre d’homme à gâcher une relation aussi rapidement, et c’est rare ou il pourrissait un lien ou l’empoisonnait à cause d’un petit différent… Des rumeurs avaient été lancé c’est ça, il ne pouvait néanmoins s'en prendre à elle, les rumeurs frappaient toujours très fort, au mauvais moment… Il se redressa cette fois, son visage s’était renfermé, un regard noir, des iris flamboyantes et une voix glaciale remplacèrent son visage accueillant, ses pupilles douces et son ton aimable de tous les jours « Tu crois vraiment que je suis le genre d’homme à gâcher une relation, juste comme ça ? Détrompes toi, il n’y’a rien eu de grave, rien. Ce qui s’est passé avec Oona devait se passer tout simplement, ça allait arriver un jour ou l’autre et j’ai jugé que le moment propice était enfin arrivé, l'autre jours, dans la salle de bain, c’était voulu, je sais ce que je fais Moore, mais ça n’a pas détruit notre lien, il est resté intacte et très très propre ne t’inquiète pas… » C'était à présent son lien avec Artie qu'elle devait revoir et s'en inquiéter, et pas celui l'unissant à Oona. Il reprit son calme habituel et se délaissa de ses regards féroces pour s’accommoder à son état de sérénité traditionnel, il se sentait plus léger cette fois... Et comme si ça suffisait qu’un petit incident –même le mot incident était un peu gros dans ce contexte- pour venir tout foutre en l’air… vraiment...
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 34
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptySam 10 Mar - 2:21

« C’est comme si c’était la première fois que quelque chose m’intéressait chez toi c’est ça … ? Et effectivement j’attendais que tu m’en parle de toi-même, mais j’ai vu que ça tardait à venir, je voyais même que ça n’allait jamais venir… »  C'est quoi ce bordel ? Je fais aucun commentaire il doit être mal luné. Ou alors j'ai dis ou fais quelque chose qui ne lui plaît pas. Il sait très bien comment je fonctionne y a certaine chose que je ne dis pas même à lui. Il le sait très bien alors qu'est-ce qu'il me fait là ? « Je suis quand même ton partenaire non, je mérite de savoir comme toi tu mérites de savoir sur moi, c’était ça l’accord non ? » l'accord ? Parce que sous prétexte qu'on a passé un accord je dois lui parler directement de tout ce qui se passe dans ma vie même mes choses les plus dures à dire. Il veut pas me laisser du temps c’est ça ? J'aurais du accourir comme une conne vers lui juste après que les choses se soit passé ? Je l'ai déjà fais un bon nombre de fois là j'avais juste besoin de silence. Je trouve que c'est égoïste la façon dont il se comporte. Je soupire sur le point de dire quelque chose mais Lord n'a pas terminé.« Si tu veux rester dans ton cocon, aucun problème, le miens est toujours ouvert par contre… » Il veut me mettre hors de moi c'est ça ? Je ne l'ai jamais été pour lui alors pourquoi commencer maintenant ? « Fais pas chier Artie je vais te dire ce qu'il se passe. » Pourquoi il en fait une affaire d’état sérieusement ? Ca me plaît pas et je suis bine moins encline à lui parler de moi et Ruben. Je lâche donc une phrase sur le faite qu'il soit amoureux de moi et que je trouve ça étrange. Il n'aura pas plus, pas pour le moment. Il m'a fait chier tant pis pour lui.  « Et alors ? Rien n'est inconcevable ma chère, regarde-moi, qui croyait un jour que je céderais aux sentiments, moi aussi j’ai été amoureux, dans une salle de bain, pendant presque deux minutes… C’était court, bref, mais c’était exquis ! » Me répondit-il alors. Il parle d'Oona et lui là ? Je tique et me lance dans un commentaire incluant certaine rumeur que j'avais pu entendre. Certes la formulation de ma phrase était certainement maladroite mais je ne méritais pas un comportement aussi glaciale de la part d'Artie. « Tu crois vraiment que je suis le genre d’homme à gâcher une relation, juste comme ça ? Détrompes toi, il n’y’a rien eu de grave, rien. Ce qui s’est passé avec Oona devait se passer tout simplement, ça allait arriver un jour ou l’autre et j’ai jugé que le moment propice était enfin arrivé, l'autre jours, dans la salle de bain, c’était voulu, je sais ce que je fais Moore, mais ça n’a pas détruit notre lien, il est resté intacte et très très propre ne t’inquiète pas… » Je reste silencieuse le regard noir et en colère. Pourquoi il me parle comme ça ? J'ai toujours fais attention à me comporter d'une manière plus... acceptable en sa compagnie et monsieur me sert un regard glaciale des paroles sèches et des commentaires exécrable. Je pose la fourchette sur al table en bois et repose d'une main mon assiette j'ai plus vraiment faim après ça. Il m'a dégoûté sérieusement c'est quoi ce comportement. « Tu fais chier putain. » comme si j'avais envie de me prendre la tête avec lui. Si ça avait été quelqu'un d'autre y aurait bien longtemps que je lui aurais envoyer son saumon dans la gueule mais c'est Artie. « Tu t'attends à ce que je sois un putain de livre ouvert tandis que toi tu me parle avec tes salopes d’énigmes de merde ! Tu m'en demande trop ! Je pensais que tu me connaissais assez pour savoir que je suis pas la plus grand fan des moments de confidences. Je te fais confiance plus qu'à n'importe qui dans ce merdier mais on se refais pas en quelque semaines j'ai toujours ces putain d'habitude qui stipule de me la fermer lorsqu'il s'agit de parler de moi. Alors me fait pas la morale! » J'avais parlé d'un ton assez fort sans pour autant qu'il soit violent. « Tu te rends pas compte de tout les efforts que j'ai fournis pour pas que tu considère comme une conne depuis le début de l'aventure et t'en veux toujours plus. Tu fais chier. » Encore un énième gros mots, dire qu'en sa présence je faisais en sorte d'en dire le moins possible là je ne pouvais pas. Il m'avait mise en colère. « Je sais très bien quelle genre d'homme tu es et jusqu'ici je n'avais pas été déçut. » Mes mots était peu être un peu fort mais c'était la stricte vérité. Sérieusement il me la joue quoi là ? Genre je pourrais presque croire que c'est le sujet Ruben qui le met dans cette état de glaciation précoce. Non c'est pas possible quoi que... « Y a quelque chose qui te dérange ? T'as quelque chose à me dire à propos de Ruben peu être ? Parce que je comprends pas pourquoi tu me fais tout un foin pour si peu. » dis-je plus calme dorénavant.
Artie

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 33
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb
POINTS : 50

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptySam 10 Mar - 18:21



Il avait eu droit en cet instant à ce que les autres candidats recevaient continuellement de Moore, à dire la Moore conne et bestiale qui se déchainait sur n’importe qui avec la force d’un bison. C’est à ce moment là qu’il comprit pourquoi on avait tendance à le détester pas dessus tout quand elle se mettait dans cet état, un état qu’il n’avait jamais eu l’occasion de recevoir vu que c’est la première fois que Moore révèle ce dernier, en sa présence. Il avait noté tous ses efforts visant à ne pas ternir son image et il était conscient qu’il n’était pas le seul qui fournissait des efforts… Peut être s’est il mal emporté ? Oui certainement, il ne devait surement pas entreprendre ce ton là, pour si peu, non pas pour si peu…« Fais pas chier Artie je vais te dire ce qu'il se passe. » Elle annonçait déjà la couleur. Il nota aussi qu’elle avait complètement dévalorisé sa manière de parler en faisant introduire un mot intrus qu’elle ne devait surement pas utiliser… Chier… Ce n’était pas le meilleur choix d’entreprendre de la violence verbal dans ses phrases, mais bon… Ce qui arrivait était encore pire, ce n’était que le prologue, non, la page de couverture d’un livre dont le titre serait surement ‘Celui qui fait chié les gens…’ faisant office a la nouvelle caractéristique d’un Lord complètement crédule et qui, jusqu'à maintenant, ne faisait preuve que de bonne foi… Sans vous dire que ce livre serait écrit par Moore, donc chers lecteur, ne vous méprenez pas si vous trouviez des résidus de merdier là-dedans… « Tu fais chier putain. » Deuxième, là ça montait vraiment dans le cerveau d’Artie, les synapses allait péter à un moment donné mais quelque chose le retenait, c’était soit la personne Moore qui l’empêchait de réagir bêtement, ou bien c’est soit son honneur et son calme ambiant installé comme un antivirus derrière sa cage thoracique faisant office de serveur principal…« Tu t'attends à ce que je sois un putain de livre ouvert tandis que toi tu me parle avec tes salopes d’énigmes de merde ! Tu m'en demande trop ! Je pensais que tu me connaissais assez pour savoir que je suis pas la plus grand fan des moments de confidences. Je te fais confiance plus qu'à n'importe qui dans ce merdier mais on se refais pas en quelque semaines j'ai toujours ces putain d'habitude qui stipule de me la fermer lorsqu'il s'agit de parler de moi. Alors me fait pas la morale! » Il la laisse parler, c’est son moment de gloire. Il ne lui coupera certainement pas la parole, souci d’éducation bien sûr. « Tu te rends pas compte de tout les efforts que j'ai fournis pour pas que tu considère comme une conne depuis le début de l'aventure et t'en veux toujours plus. Tu fais chier. » Des efforts, oui elle avait surement raison, il n’était pas le seul à changer avec elle, elle aussi le faisait, la preuve, cette Moore là est vraiment différente de celle qu’il connaissait, complètement différente, sous tous les angles… Et c’est cella là qui semblait être l'original, et non pas celle qui résidait toutes les nuits dans son lit, c’est celle là… Il s’apprête donc à l’ouvrir une nouvelle fois, mais il sent quelque chose d’autre venir… Il reste aphone donc, encaissant le tout, son disque dur recevait à présent une attaque, mais l’antivirus faisait son travail en même temps, il ne laissait rien paraître sur son visage. Thérapie Artinienne mise en marche, son visage est plus décontracté alors qu’il devait sombrer une nouvelle fois dans la débauche, ses yeux foncent sur ceux de la jeune brune, cherchant à implanter sa graine bleu dans la sienne, de force… « Je n’attendais vraiment pas à ce que tu réagisses de la sorte, mais on va faire avec.. » Si elle avait dû changer son comportement et foirer tous ses efforts pour rien, lui il allait rester fidèle à lui-même, le Artie calme et constant du début jusqu'à la fin… « Donc je comprends, tu crois que j’en demande trop c’est ça… Si c'est ça alors, je m'excuse d'être un peu trop gourmand avec toi...» C'est vrai que là, à vue d'oeil, il s'excusait pour quelque chose qui ne méritait même des excuses, mais c'est sa gentillesse et son côté noble qui intervenait là, si ce n'était pas Moore, il allait surement entreprendre les choses à sa manière, avec un tout autre scénario. Il marque une nouvelle fois une pause qui détend carrément l’atmosphère, annonçant une longue tirade « Je ne demandais pas à ce que tu sois un livre ouvert, simplement une personne avec qui je pourrais partager et recevoir… Durant mon enfance, je n’ai jamais eu quelqu’un avec qui communiqué, ni même mon père, ni même ma mère. Ils étaient continuellement absents pour ne pas dire totalement inexistants. Lui, il avait tout un organisme à gérer et quant à elle, elle se déplaçait d’un bal à l’autre comme une abeille cherchant le miel et le miel ici c’est sa renommé personnelle… Quant à mes soi-disant amis, ils me redoutaient et me fuyait sous le prétexte bidon que je suis bien supérieur à eux, un prétexte carrément peu crédible vu que je n’ai jamais dénié la tentative de quelqu’un à m’approcher… Donc autant te dire que ces moments de pures confessions, je ne les ai jamais connu, je n’ai jamais pu partager ce que j’avais au fond de mon cœur avec quelqu’un… » Il marqua une pause, sentant qu’il se justifiait vraiment pour rien, mais il ne pouvait plus arrêter, il s’était lancé, alors autant poursuivre sur le même rythme « Tu n’imaginais pas à quel point ça me faisais énormément plaisir quand tu me racontais des choses, quand tu prenais le temps de me raconter tes propres sentiments, quand tu partageais avec moi tes moments forts…j'était comment dire… Au septième ciel ! Pour moi, venir me raconter quelque chose c’est un bonheur, et te raconter les miennes me fait oublier ces années de solitudes ou mon seul ami était un livre et ou mon seul compagnon était un piano en bois qui ne pouvait sortir que des mélodies banales, des mélodies qui ne faisaient que me calmer alors que je voulais être alimenté de 'partage' moi… J’avais enfin cru avoir trouvé cette personne en toi, une personne qui n’a pas peur de me parler ni de discuter avec moi ...» Il marque une nouvelle fois une pause, il a assez parlé, mais il lui reste une dernière chose à dire, elle pourra prendre son discours digne d’un président pour de la merde mais soi, il n’allait pas la juger, il allait tout simplement faire comme si il n’avait rien dit… Il passait vraiment pour un faible mais bon… il était conscient lui de sa faiblesse et c’est ce qui le rendait fort… « Tu dis que je parle avec des énigmes… je te répondrais que c’est une première pour moi, je n’ai jamais eu la chance de partager quelque chose de sentimental avec quelqu’un donc je ne savais pas comment m’y prendre, fallait-il tout dire d’un coup ? ou bien dire petit à petit pour marquer le suspens et tenir l’autre en haleine ? ça je ne le savais pas, je me fiais tout simplement à mon seul instinct… » Vous savez, dans l’école, il y’avait toujours le bonhomme du même âge avec qui vous partagiez tout, vous lui avouez votre amour ou bien que Claudette là-bas qui joue à croche-pied avait une robe de merde, ce même gamin qui avait le statut tant privilégié de ‘’meilleur ami’’ et qui passait avec vous la totalité de son temps… et bah ce bonhomme là Sir Artie ne l’avait jamais connu… Cherchez pas à savoir… « C’est vrai que j’ai eu des relations avec plusieurs femmes, mais aucune ne ressemblait à la notre… *Il s’arrête, avant de reprendre* Maintenant, tu peux quitter la pièce si tu le veux, tu peux même me gifler comme tu le fais si bien je resterais à ma place sans bouger… Et je ne veux plus rien savoir sur toi, que ça soit dans cette aventure ou autre, je ne veux plus rien entendre à propos de tes relations, je chercherais quelqu’un d’autre qui m’aidera à combler mon manque de partage, même si je sais d'avance que je ne le trouverais pas, et à ce moment là, j'arrêterais de chercher... Merci quand même d'avoir su supporter mon égocentrisme permanent, je n’ai plus rien à dire, voilà ! » Cette décision était peut être hâtive mais il se voyait mal partager encore avec quelqu'un l'ayant traité de merdier, elle lui avait complètement manqué de respect et contre quelqu'un d'autre il aurait surement eu à appliquer sa peine de mort direct... Il fallait aussi dire que c'était la première fois qu'on l'insultait ouvertement, et de la sorte, c'était horrible, encore plus venant de Moore... Il n'allait pas s'en remettre, du moins, ça allait prendre du temps...
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 34
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptySam 10 Mar - 19:43

Putain. Le seul mot qui me venait à l'esprit face à cette situation. J'étais hors de moi. Je ne pensais pas qu'un jour je viendrais à me prendre la tête avec Artie. J'ai peu être sur réagi face à ce qu'il m'a dit. Peu être que j'aurais du garder mon calme mais j'ai été tellement déconcerté par la façon froide et pensante dont il m'a parler me reprochant tout simplement de ne pas être à la 'hauteur' de ses attentes... Non c'était trop pour moi alors j'ai très mal parlé j'ai juré. Mais je crois qu'il ne se rend pas compte comment ses reproches me font mal. On en ai arrivé à un point que je redoutais, le jour ou Sir Artie serait déçut par ma personne. Il est enfin arrivé et le résultat ne sera certainement pas très beau. « Je n’attendais vraiment pas à ce que tu réagisses de la sorte, mais on va faire avec.. »  Parce que s'il croit que je m'attendait à tant de froideur de sa part... A des reproches que je ne pensais pas mériter... non. « Donc je comprends, tu crois que j’en demande trop c’est ça… Si c'est ça alors, je m'excuse d'être un peu trop gourmand avec toi...»  Oui tu m'en demandes trop Artie. Ou alors tu m'as mise sur un piédestal je ne sais pas... mais je ne suis pas capable de me comporter telle l'image parfaite et sans faille que tu t'es faite de ma personne. Je ne peux pas rivaliser avec ça. « Je ne demandais pas à ce que tu sois un livre ouvert, simplement une personne avec qui je pourrais partager et recevoir… Durant mon enfance, je n’ai jamais eu quelqu’un avec qui communiqué, ni même mon père, ni même ma mère. Ils étaient continuellement absents pour ne pas dire totalement inexistants. Lui, il avait tout un organisme à gérer et quant à elle, elle se déplaçait d’un bal à l’autre comme une abeille cherchant le miel et le miel ici c’est sa renommé personnelle… Quant à mes soi-disant amis, ils me redoutaient et me fuyait sous le prétexte bidon que je suis bien supérieur à eux, un prétexte carrément peu crédible vu que je n’ai jamais dénié la tentative de quelqu’un à m’approcher… Donc autant te dire que ces moments de pures confessions, je ne les ai jamais connu, je n’ai jamais pu partager ce que j’avais au fond de mon cœur avec quelqu’un… » Je l'écoutes attentivement. Parce qu'il croit que de ce faite je me dois de faire plus d'effort que lui. Il connaît mon histoire je n'avais pas d'amis pendant une longue période de ma vie et je ne suis même pas certaine d'en avoir vraiment. Artie est certainement la personne que je chérie le plus dans cette maison comme en dehors si on exclu mon beau père. Il continue sur le même modèle me prouvant par a plus b comment il voyait notre relation. Il parle au passé. Maintenant que je l'ai remarqué je ne peux que me focalisé là dessus. L'angoisse s'empare de ma personne. Est-ce que je viens juste de perdre Artie ? « Tu dis que je parle avec des énigmes… je te répondrais que c’est une première pour moi, je n’ai jamais eu la chance de partager quelque chose de sentimental avec quelqu’un donc je ne savais pas comment m’y prendre, fallait-il tout dire d’un coup ? ou bien dire petit à petit pour marquer le suspens et tenir l’autre en haleine ? ça je ne le savais pas, je me fiais tout simplement à mon seul instinct… »  Certes, il est novice dans les relations humaines... Je le sais peu être que j'ai pris pour acquise cette relation que j'apprécie particulièrement sans fournir les efforts nécessaire pour qu'elle reste dans cette état. Mais je ne pense pas avoir tout les tords, et j'ai souvent tout les tords. La suite ne s'annonçait guerre plus belle. Je n'avais pas encore pris la parole pour plusieurs raisons.. De un j'avais peur que les mots qui sortent de ma bouche l’éloigne encore plus de ma personne, de deux ma gorge était tellement serré que je ne suis pas certaine de sortir quelque chose d'audible et de compréhensible.« C’est vrai que j’ai eu des relations avec plusieurs femmes, mais aucune ne ressemblait à la notre… Maintenant, tu peux quitter la pièce si tu le veux, tu peux même me gifler comme tu le fais si bien je resterais à ma place sans bouger… Et je ne veux plus rien savoir sur toi, que ça soit dans cette aventure ou autre, je ne veux plus rien entendre à propos de tes relations, je chercherais quelqu’un d’autre qui m’aidera à combler mon manque de partage, même si je sais d'avance que je ne le trouverais pas, et à ce moment là, j'arrêterais de chercher... Merci quand même d'avoir su supporter mon égocentrisme permanent, je n’ai plus rien à dire, voilà ! »  Je ne m'attendais pas à ça. Je me mord la lèvre inférieur pour ne pas fondre en larme. Je le regarde, un regard des plus noirs. Si c'est ce qu'il veut. Si c'est ce qu'il veut.. Je sens que je me referme un peu plus, voir même complètement à double tour et je ne suis même pas certaine de pouvoir m'ouvrir de nouveau dans ce jeu à qui que ce soit. Cet échec me bouleverse et maintenant je suis certaine que s'attacher n'est pas une bonne chose. Je déglutis et me lève d'un mouvement brusque. Je m’empare de l'assiette et dans un geste de colère me dirige devant l'évier pour la jeter avec force et la briser en mile morceau. Je tremble, je m'appuie sur le meuble de l'évier de mes deux bras et baisse la tête. Fermant les yeux, me concentrant pour ne pas perdre mon calme pour ne pas pleurer. Je reste silencieuse un bon moment. Si bien que je ne suis pas certaine qu'Artie est toujours là quand je vais me retourner. Il est toujours là, je parle d'une voix calme et presque imperceptible ma confiance vient de voler en éclat mon monde vient de se détruire sous mes pieds. « Pendant que tu peinais à te faire des amis parce que tout le monde te voyais comme le gosse de riche de service moi j'étais en pleine dépression clouer à un fauteuil roulant, j'ai passé le plus clair de mon enfance à ne pas parler à rester muette pour tout le monde. Alors si tu penses que parler de moi semble plus facile que pour toi tu te trompe. Ça a toujours été une éternelle souffrance, sauf avec toi. » Je n'ai parlé de cette période de ma vie à personne. Personne n'est au courant de ces années que j'ai passé murer dans un silence macabre le regard vide et sans expression, dans l'état d'un légume parce que j'étais rongé par la dépression. Personne ne sait que si j'avais pu je me serais tué. « Ma première impression à ton sujet avait été que tu est qu'un pauvre con de riche avec qui je n'allais pas rire longtemps. Vite fais tu m'a démontrer le contraire et je me suis donc évertué à ne pas te décevoir... Semble-t-il que mes efforts on été vain. Et sache que maintenant je pense que tu est bien ce petit con de riche que veut que les gens qui l’entoure se conforme à l'image exacte que tu as d'eux. - ma voix s'échappe, mes yeux sont humides je ne peux plus me retenir de pleurer – Désolé de ne pas avoir été à la hauteur. » dis-je essuyant les larmes qui coulent sur mes joues. J'ajoute tant que j'en suis encore capable. « Ce sera donc notre dernière conversation en dehors de « passes moi le sel. » » dis-je lourdement peiné avant de me décider à quitter la pièce sans un mot de plus.
Artie

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 33
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb
POINTS : 50

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie EmptySam 10 Mar - 21:15



Il avait prit la résolution de ne plus lui parler… C’était complètement irrationnel de sa part, il avait un peu poussé le bouchon loin Lordie, il réfléchissait trop-là il ne savait plus quoi penser même s’il se consolait avec l’idée qu’elle avait carrément pété un câble et à sortir des phrases carrément très déplacées ; cela serait passé inaperçu avec un gars de la rue mais avec lui ces insultes c’était au premier degré, ça n’avait rien d’ironique, ni d’avenant de sa part, si elle les avait bien sorti c’était bel et bien par ce qu’elle le pensait, et qu’on vienne à penser qu’il était un tas de merde, qu’il faisait chier son monde… ça il aurait pu laisser passer mais venant d’elle c’était carrément multiplié par dix, non mille, non DIX MILLE et il ne savait pas comment il devait rappliquer, ni réagir… C’était son honneur qui venait d’être touché à ce moment là, mais il restait impuissant cette fois, impuissant de la contredire, comme si elle avait complètement raison, il n’avait pas d’argument pour effacer ces propos dirigés contre lui, et dès qu’il termina la parole, il la vit se lever… Ouf, elle allait donc quitter la pièce, ça allait le soulager, il allait enfin méditer tout seul, remettre ses idées en ordre et sortir avec un bilan clair et net car à cet instant, c’était carrément brouillon dans sa tête, il ne savait plus ou il était, niveau sentiment… Alors elle se lève, l’assiette dans la main… Qu’elle le rassure elle n’allait pas lui jeter son saumon dans la figure non ? Elle le dépasse donc, il lui faisait dos donc il n’avait pas vu ce qui se passa quelques secondes après, derrière lui. Un bruit éclata, un bruit strident qui empoisonna son ouïe fine… Il ne voulait pas voir ce qui se tramait derrière, se retourner serai bête, il s’adonna donc à des réflexions simples ; il essaya de deviner ce qui se passait, dans le levier… S’était-elle suicider ? Il aurait bien aimé lui, qu’elle mette fin à sa vie, ça lui facilitera la tâche d’oublier tous ces problèmes, que sa tête explose, que sa grosse trombine de brune éclate en mille-morceau, que ses molécules se pulvérise, qu’elle disparaisse complètement, il ne voulait plus la voir, ni l’entendre, il voulait carrément qu’elle se change en saumon et qu’elle disparaisse avec l’assiette dans une poubelle… Mais non, ça aurait été très facile… Sa vision fut remise en cause lorsque cette dernière fit une nouvelle apparition dans son champ de vision, elle était encore vivante, il se mordit les lèvres inférieurs, mais il se soulagea, étrange, il ressentait encore des choses, des choses qu’il n’allait jamais oublier… L’assiette avait disparu de ses mains… Alors c’était ça, la cause du bruit… Ce qu’il retenait dans tous ça, c’est qu’elle avait.. JETTER LE SAUMON d’ARTIE… deuxième affront, on ne jette jamais quelque chose que l’autre avait prit tous les soins du monde à préparer, c’était comme cracher sur son travail et cracher sur son honneur, un honneur à présent souillé à un niveau qu’il ne pouvait plus permettre… Une colère effroyable s’empara de lui, mais à l’extérieur, on sentait presque rien, tout ceci se tramait à l’intérieur de lui, il bouillonnait à un niveau presque inimaginable, elle n’avait pas à se comporter de la sorte, c’était inadmissible, c’était le geste en trop, la goûte de plus dans un verre déjà plein, elle pouvait tout simplement se lever, le gifler comme il lui avait prescrit de faire et de le laisser tout seul, mais non, mademoiselle aime amplifier la chose, gonfler les problème car sinon elle ne serait pas contente.. En plus de ça, madame jette un regard noir…Non mais c’est quoi ce gros merdier bon sang ! Une vrai mascarade, une chute digne d’un film mexicain ou le con plaque la conne et ou tout part en fumée à cause de… rien du tout. Là, c’était vraiment la fin du monde, ils avaient complètement perdu crédibilité et c’est dans un goût très amer qu’il reçut son témoignage à elle qui était, faudrait l’avouer, bien plus pire que le sien qui se résumait qu’à un seul chapitre : la solitude. Alors qu’elle, y’avait l’histoire du fauteuil roulant et des jambes pétées « Pendant que tu peinais à te faire des amis parce que tout le monde te voyais comme le gosse de riche de service moi j'étais en pleine dépression clouer à un fauteuil roulant, j'ai passé le plus clair de mon enfance à ne pas parler à rester muette pour tout le monde. Alors si tu penses que parler de moi semble plus facile que pour toi tu te trompe. Ça a toujours été une éternelle souffrance, sauf avec toi. » là il ne croyait pas vraiment que Moore allait lui ressortir ce chapitre, mais c’était un moyen pour elle de se justifier, elle était à un niveau prêt dans le même bain que lui, il avait complètement omit cette idée qu’elle aussi avait dû vivre l’enfer, un enfer à sa manière… « Ma première impression à ton sujet avait été que tu est qu'un pauvre con de riche avec qui je n'allais pas rire longtemps. Vite fais tu m'a démontrer le contraire et je me suis donc évertué à ne pas te décevoir... Semble-t-il que mes efforts on été vain. Et sache que maintenant je pense que tu est bien ce petit con de riche que veut que les gens qui l’entoure se conforme à l'image exacte que tu as d'eux. – des larmes apparaissent – Désolé de ne pas avoir été à la hauteur. » Là, KO. Elle rajoute, comme à son habitude, elle aurait put se contenter de son témoignage, que Sir Artie allait comprendre et essayer de trouver un accord car il est vrai que lui, il n’est pas du genre à chercher la petite bête, et que s’il voit que la chose en vaut des excuses et la peine d’être corrigé, et bien c’est sûr qu’il aurait tout simplement fait un effort de mettre les choses en ordre… Mais là, elle l’insulte une nouvelle fois de gros con. Troisième affront consécutif, et la liste serait longue si elle poursuivait sur la même cadence. Il nota une différence entre lui et elle, il ne lui avait jamais terni son image, jamais eu recours à des mots d’une telle envergure pour la rabaisser, chose qu’il aurait bien évidement fait très facilement, mais non, il respectait son personnage et ne viendrait en aucun cas toucher son image, pour lui elle était Moore et pas cette conne que son cerveau voulait absolument penser… C’était Moore, tout simplement… Il s'adressa donc avec un ton calme qui lui était bien propre à lui, un ton qu'on ne pouvait jamais imiter, son ton signé Artie en copyright « Je vois que la déception est présente dans les deux côtés, c'est bien dommage… » Oui car leur relation ne méritait point cela. Il n’avait plus rien à dire, il s’était largement expliqué, défendue, essayant même à un moment donné de se racheter avant qu’elle n’intervienne, et d’essayer de corriger le tout, même si ce n’était pas lui le seul fautif dans l’historie, il voulait très bien réparer tout ceci, mais non, à présent, il avait fumé son quota… Il se leva donc, pas pour sortir non, il se dirigea tout simplement vers le levier ou l’assiette gisait au fond, il se permit de lui lancer un regard fuyant, un regard qui signifiait carrément tout, qu’il était désolé d'être le con riche, et carrément déçu, de la colère aussi mais elle était de faible intensité face aux deux autres. Il était vraiment déçu. Il se mit à ranger les débris de l’assiette pulvérisée, prenant le soin de tout remettre sur le comptoir même, près du lavabo, il récupéra le bout de saumon qui restait et que la brune n’avait pas eu le temps de finir. Dans une colère interne, il l’écrasa avec une poignée, forçant sur ses doigts, le jetant ainsi avec les morceaux en porcelaine vulgairement ratatinés… C’était ce qu’il devait faire à Moore, l’écraser, puis la jeter comme ce vulgaire saumon, mais non, son cas était bien différent, il ne pouvait point se le permettre... non pas du fait que c’était contre ses principes... mais bien par ce que c’était Moore

THE END pour Artie.

Contenu sponsorisé

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty
MessageSujet: Re: HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie   HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie Empty

 

HELLO ALONE IT'S YOU AND ME AGAIN~ ft. artie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE DEUX :: SAISON 6 :: Intérieur-