Partagez | 
 

 SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Oona
MESSAGES : 1779
AGE : 28
LOCALISATION : GALWAY- IR
EMPLOI : DANSEUSE CLASSIQUE
JUKE BOX : THE ROLLING STONES - Satisfaction ♫ PEGGY LEE - Why don't you do right ♫ ALANIS MORISSETTE - uninvited ♫ STEVIE WONDER - free ♫

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUKAS) (MILAN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Ven 30 Mar - 0:37

FEAT ARTIE
Il était tard. Très tard. Pourtant la soirée n’avait pas l’air de toucher à sa fin, ou peut-être que si. En fait je n’en savais strictement rien. Personnellement j’avais chaud, d’ailleurs mes joues rouges me trahissaient légèrement. Cette chaleur n’était pourtant pas du à l’alcool puisque je n’avais pas bu, mais plutôt à l’ambiance, mais surtout à la joie de retrouver cet être cher. Faire revenir Artie dans le nid est la plus belle chose que j’aurai pu souhaiter pour cette fin d’aventure et j’étais loin d’exagérer. Son départ avait été trop brusque et finalement, il avait entraîné chez moi tout un flot de sentiments. De la colère au départ, puis une profonde tristesse, pour finir par passer outre cela et me battre pour finir dans les finalistes. Pourtant, je ne pouvais pas nier que j’avais un peu peur pour ces prochaines nominations… mais la présence d’Artie me faisait oublier cette crainte de partir. Je n’allais pas partir. Je posais un pied sur la terrasse, puis le deuxième, lâchant un soupire de soulagement. Ca faisait du bien de sentir un peu de fraicheur sur sa peau. Comme une sorte de libération. Oui, je me sentais pousser des ailes en ce moment même. Alors j’avais envie de me libérer totalement et d’annoncer au Sir tout ce que j’avais sur le cœur. Tout ce que je n’ai pas pu lui dire, pas su lui dire… je voulais le lui dire de vive voix. J’étais prête, enfin, je me sentais prête. Je lui avais alors donné rendez-vous sur cette immense terrasse, là on pourrait parler sans être déranger par la présence des autres candidats, ou ex-candidats. En attendant qu’Artie pointe le bout de son nez, je m’étais approchée d’une des statues de la terrasse, la même qui a assisté à la baffe que j’avais mis à Jackson. C’est qu’elle va en voir cette statue ; heureusement qu’elle est muette, parce qu’elle pourrait en raconter, des choses. À cette idée, je me mis à sourire bêtement, avant de me retourner quand j’entendis des pas s’approcher de moi. Un léger stresse s’empara de moi, me faisant jouer avec mes propres doigts. Mais il pouvait remarquer un net progrès : pour une fois je ne baissais ni la tête, ni les yeux. Je ne fis rien de tout ça, mis à part m’avancer vers lui, pour franchir cette distance qui nous séparait. Je crois l’avoir embrassé plusieurs fois durant la soirée, mais plutôt en retenu pour coller à notre rôle de ce soir. Cette fois, j’enlevais mon costume de femme parfaite, pour venir l’embrasser un peu plus passionnément. Mes lèvres restèrent un moment en contact avec les siennes, tandis que mes bras s’enroulèrent naturellement autour de son cou. Je n’avais aucune crainte de me faire repoussée par Artie. Non, aucune. Finalement, je décollais mes lèvres, pour laisser mon visage à quelques centimètres du sien. « Je… j’ai quelque chose à… te dire… »
avatar

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 31
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Ven 30 Mar - 3:38



Il était tard, vraiment tard et la fatigue se ressentait sur les visages des candidats. Artie devait s’accommoder une nouvelle fois à ce style de vie qu’il perdu après son élimination. La vie ici était vraiment différente de son quotidien qu’il apprit à vivre au bout d’une semaine. Là, il devait une nouvelle fois s’adapter aux néo-sommeilles presque inexistants et aux longues heures à rester debout durant une soirée entrain de parler et discuter, celle là fut d’ailleurs plus anesthésiante et mille fois pesante en vue des événements spéciaux qui se déroulèrent durant cette festivité. Déjà que la soirée fut très éprouvante, elle était en plus de ça remplie d’émotions, Artie sentait déjà son corps qui lâchait sous le fruit de l’affaiblissement, il n’était pas très tenace le Lord, surtout après une réunion pareille. Il apprécia donc les effets d’une courte pause qui lui était bien plus bénéfique qu’il ne l’aurait espérer ; quelques verres par-ci et par-là, quelques gorgées légères et un petit ravitaillement en eau minérale pour pouvoir tenir une heure de plus. Il était enfin prêt pour s’afficher une nouvelle fois devant sa belle qui devait s’impatienter sur la terrasse. Il monta donc les marches soigneusement, décidé à la rencontrer, elle insista sur le fait qu’il vienne seul, d’accord, un moment de solitude ne leur ferait que du bien vu qu’ils furent menottés par le scénario parfaitement ficelé par Cupidon, et aussi dérangé dans leurs interventions intimes par quelque candidats, mais rien de méchant, ils allaient surement palier leur manque, bientôt… Donc rien de bien mieux qu’une petite entrevue, à l’écart du monde… Arrivé, il pénétra dans la grande surface qui constituait la terrasse pour rejoindre sa dulcinée. Parlant d’elle, dès qu’elle l'aperçut, elle se dirigea instinctivement vers lui, comme si elle avait subitement effacé quelque chose qui s’appelait « barrières » et qui empêchait Artie de se rapprocher encore plus d’elle. Elle avait vraiment changé durant ses deux semaines dis-donc ! C’était comme si elle avait mûri, outrepasser sa peur… Bref, elle lui prodigua un baiser passionnant et délicieux, cette fois-ci interminable et très exquis, ils restèrent un moment, avant qu’elle ne se décide finalement à décoller ses lèvres. À cet instant, il se laisser guider par elle, c’était elle l’auteur de tout ceci et elle pouvait être fière de son exploit, jamais elle ne paraissait si confiante. Elle enroula ses bras autour de son cou durant le baiser qui s’estompa pour son plus grand malheur ; il aurait bien aimé rester ainsi, pour l’éternité, partageant leurs flux d’énergie vitale par le seul orifice qui leurs étaient permis à ce stade… Il sentit un souffle aride le traverser, passant ses mains naturellement derrière elle, la tenant par la taille… Leurs visages parallèles marquaient une parfaite harmonie avec la noirceur du ciel lugubre, elle s’adonna aux premières paroles… « Je… j’ai quelque chose à… te dire… » Que voulait-elle lui dire, il n’allait pas tarder à le savoir. Mais est-ce que cela était il assez important ? Pouvait-elle attendre demain pour parler ? Car il faisait tard, et demain serait plus adéquat vu que le Sir était vraiment fatigué, alors que d’un côté, il demeurait réanimé par sa vision, sonder le visage de Oona suffisait amplement à lui faire tenir la cadence, à tenir debout, à rester actif en distribuant ses baisers réussies… Il se prononça à son tour avec son ton habituel qui ne le quittait presque jamais « Oui… Je t’écoute... » Calme, il ne s’empêcha de venir caresser le menton de sa belle avec ses doigts propres et blanches… Le contact avec sa peau lui garantissait une sensation qu’il ne raterait pour rien au monde. Sentant qu’elle peinait à répondre, ses mains retrouvèrent son dos, ou plutôt le bas de son dos… Il attendait… Finalement, qu’elle parle, ou qu’elle se taise, peu importe… Elle était là, et ça suffisait pour lui !
avatar

Oona
MESSAGES : 1779
AGE : 28
LOCALISATION : GALWAY- IR
EMPLOI : DANSEUSE CLASSIQUE
JUKE BOX : THE ROLLING STONES - Satisfaction ♫ PEGGY LEE - Why don't you do right ♫ ALANIS MORISSETTE - uninvited ♫ STEVIE WONDER - free ♫

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUKAS) (MILAN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Ven 30 Mar - 14:30

Je pense que, comme les autres, je ne m’attendais absolument pas à cette soirée. Enfin, je veux dire au retour de certains anciens. Plus particulièrement, au retour d’Artie. J’imagine bien que, s’il revenait dans le nid, ce n’était pas forcément que pour moi. Moore aussi était important pour lui, mais j’avais bien le droit d’être un peu égoïste et de penser qu’il n’était revenu pour moi et rien que pour moi. Nous allions pouvoir enfin passer cette semaine ensemble, comme il m’avait promis deux semaines plus tôt. Et un peu plus de deux semaines nous séparais de notre dernière vraie conversation. À ce moment-là, Artie préférait s’éloigner de moi que de me faire « souffrir ». Malheureusement, il avait été contraint de le faire et cela ne m’avait nullement apporté du bien. Au contraire. J’avais souffert de son absence, comme jamais je n’ai soufferts de l’absence de quelqu’un. C’est aussi à ce moment là que je pris conscience de mes vrais sentiments pour le Sir. Je le lui avais déjà dis, il était important pour moi. Son absence accentua son importance, mais pas que. Je me rendais compte qu’il l’était encore plus que ce que je ne pensais ou que ce que je voulais croire. La seule chose qui m’avait été bénéfique dans son départ, c’est qu’il me rendit un peu plus forte. Peu à peu, mes barrières s’étaient brisées, au fur et à mesure que les jours avançaient et puis, en sachant que les autres du nid avaient été confrontés aux sentiments que j’avais et que j’ai pour le Sir. Franchement, je ne sais pas si notre « relation » avait été un secret lorsque le Sir était encore en course, mais en tout cas elle ne l’est plus. J’avais réussi, avec tout de même un peu de mal, à dire adieu à ce qui me terrorisait et pour lui. Bref, nos retrouvailles arrivèrent beaucoup plus tôt que je l’avais prévu, pour mon plus grand plaisir évidemment. Ce qui, en à peine le temps de la soirée, me donna un regain de joie. Je suis heureuse comme jamais et je voulais le lui montrer à travers ce baiser. Loin du tumulte du salon, je savais que je pouvais profiter de ses lèvres, avidement parce qu’elles me manquaient ; leur goût me manquait. Et puis je voulais me libérer ce soir. J’aurai pu très bien attendre demain, ou après demain, ou un autre moment quoi, mais je savais que, si je ne me lançais pas maintenant, je n’aurais peut-être plus le courage de lui dire. Même si ça pouvait paraitre évident, il me semblait important à présent de lui avouer ce que j’ai sur le cœur, pour ne plus le garder pour moi. Je profitais alors de se baiser pour me mettre « en condition » et me mettre les idées au clair. Un peu difficile, quand les bras du Sir m’entouraient et me collaient un peu plus à lui. « Oui… Je t’écoute... » L’espace de quelques instants, je fermais les yeux, sentant mon cœur battre à tout rompre. C’était le bon moment. Je ne pouvais pas me défiler, je ne pouvais pas m’échapper et de toute manière, je n’en avais pas envie. Ce que je voulais, c’était rester avec lui et trouver la force de prononcer ces deux mots. Ses doigts voguèrent sur la peau de mon menton, m’apaisant un peu et me donnant justement un peu plus de courage et la force de me lancer. Le visage d’Artie était tellement proche du mien, que ce qui aurait pu me paraitre irréel n’avait aucune chance de l’être. Non, il était bien là. Je pris une réelle et bonne inspiration, resserrant un peu mes bras autour de son cou qui était bien là. « Je t’aime » Ni plus ni moins, je venais de le lui dire - pour la première fois de toute ma vie - dans un souffle. Je ne me rendais pas bien compte de ce que je venais de lui avouer, enfin si, mais plutôt de l’impact que ça pouvait avoir, ou la réaction qu’il allait avoir. Enfin, je me sentais soulagée, comme un poids en moins qui restait depuis trop longtemps sur mon cœur. Je restais immobile, toujours dans cette même position, un sourire étendait mes lèvres. Ouai, j’étais vraiment heureuse…
avatar

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 31
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Sam 31 Mar - 4:44



Il attendait avec impatience ce qu’elle avait à dire. Son horloge interne clignotait et son cerveau était fatigué, mais prêt à recevoir une dernière révélation quoique un peu grosse et très importante. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il voulut attendre demain, laissant son encéphale réactif se reposer pour éliminer cet état de saturation émotionnelle qui le parcourait ce soir. Quel genre de découverte allait-il faire en cet instant bien précis ? Allait-il regretter sa venue ici ? Non… bien sûr que non ! Juste le fait de la voir constituait une immense joie et un argument au poids démesurable pour oser refouler les terres déjà explorées du nid. Pour lui, il savait déjà en quoi porterait son message, mais il s’efforçait farouchement de penser qu’il n’était au courant de rien, et de se dire qu’il n’allait pas tarder à le savoir, même si ce qu’elle comptait lui narrer était carrément prévisible. Ses émotions du soir l’avait trahie, lâchement trahie et la déception serait qu’elle abandonne, dans sa lancée, car ce qu’Artie pensait être et ce qu’elle allait prononcer ce soir était très lourd pour une langue moyennement habitué pour ce genre de chose, et plutôt délicat à dévoiler. Du coup, il s’attarda sur ses yeux, ses bijoux écarlates qu’il essuyait du regard, essayant de la solliciter implicitement pour qu’elle crache une fois pour toute cet effroyable fardeau qui lui faisait à priori mal de l’intérieur. « Je t’aime » Un miracle ? Non, pas du tout. Oona avait dépassé à présent le stade de malade sentimental et pouvait être classifiée comme étant une personne normale, sentimentalement parlant. Néanmoins, il fut étonné par la simplicité, la sobriété de son groupe de mot. Une construction grammaticale qui faisait d’ailleurs allusion à la sienne –celle de la salle de bain- L’avait elle faite exprès ? Voulait-elle le copier ? Faire en sorte à équilibrer la donne, lui rendre la monnaie ? Imprimer la touche créditée et éphémère d’Artie dans ses propres sentiments ? De loin, c’est ce qui se comprenait, elle voulait lui ressembler, même dans ses relations, dans sa façon de faire, chose qu’il comprit vu que cette dernière explorait ce domaine pour la toute première fois, et qu’Artie soit son premier mentor aussi, donc bon, l’élève essaye généralement de copier le maître, de suivre son chemin et ses techniques,appliquer sa méthodologie de travail tout en essayant de le surpasser. Donc bon. Sans vous dire qu’il fut ravi à l’entente de cette révélation qui réactiva ses sens, comme si c’était le début d’une nouvelle ère. Il caressa ses joues, sentant qu’elle était plus légère, plus décontractée qu’avant, plus disposée à parler, sereinement et sans problème. Cette révélation eut un effet positive en elle, et sur lui aussi, qu’il ne s’empêcha point de souligner. Il dévia son regard pour se focaliser sur l’ensemble de son visage, l’englober complètement et déceler dans les moindres recoins de sa trombine une quelconque hésitation. Il ne décela rien, pour son plus grand bonheur. « Tu es sûr et certaine ? Je veux dire… Tu connais mon secret, et tu me connais mieux que personne ici… Tu as bien réfléchie à tout ceci ?» Tout ce qu’il cherchait, c’était une confirmation, même si c’était carrément inutile. C’était même déplacé, mais dans son cas, c’était acceptable, en vue de son ambigüité, de son statut, des ses implications… Bref, plein de chose qui pouvait nuire en ce lien saint et propre. Il savait qu’elle était sérieuse, sincère, mais il ne savait pas si elle avait murement réfléchi ou bien l’avait elle dit, précipitamment juste pour égayer sa fin de soirée. Pourtant, il avait été loin d’elle, grossièrement loin pour prétendre à sa protection, comme il le faisait naturellement, chaque jours, il y’a bien longtemps… et elle s’obstinait, malgré cela, à le lui dire. C'était magique. « Tu sais, tu es ce qui m’est arrivé de plus merveilleux ici ! » Voilà, il savait qu’à présent, Oona était une partie de lui-même, une partie ancrée et liée à lui qui n’allait plus le quitter, et pour bien longtemps en plus...

Spoiler:
 
avatar

Oona
MESSAGES : 1779
AGE : 28
LOCALISATION : GALWAY- IR
EMPLOI : DANSEUSE CLASSIQUE
JUKE BOX : THE ROLLING STONES - Satisfaction ♫ PEGGY LEE - Why don't you do right ♫ ALANIS MORISSETTE - uninvited ♫ STEVIE WONDER - free ♫

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUKAS) (MILAN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Sam 31 Mar - 16:32

Avec Artie, j’avais l’habitude de parler, de m’embrouiller, de me contredire. Cette nuit, je ne voulais pas reprendre ces mauvaises habitudes. Non, ce soir je voulais lui prouver que j’avais changé ; que la Oona bourrée de craintes s’en était allée se faire voir. Je m’arrête, parce que je ne peux pas mentir : j’ai encore quelques peurs quant à la nouveauté de mes sentiments ; la nouveauté de cette situation que je n’avais jamais connu auparavant. Pourtant, contrairement à la réaction normale que j’aurai eue avant son départ, je ne me défilais pas. D’où l’importance de le lui dire, ici, maintenant, fatigués ou non. Peut-être que, si je ne lui avais pas dit tout de suite, j’aurai longuement regretté, ou je n’aurai plus trouvé cette force intérieur pour le lui avouer. Enfin, lui confirmer. Ca se voyait gros comme une maison, que depuis qu’il était revenu quelques heures plus tôt, j’avais envie de lui avouer mes sentiments. Il devait être le premier à s’en être aperçu évidemment. Pas non plus qu’à la soirée ; le baiser que je venais de lui offrir en disait tellement long. D’un deuxième ‘tu m’as manqué’ à un ‘tu vois, tu es important’, en passant par un ‘je te permets de m’aimer comme je t’aime’. Que des choses que je ne pourrais pas lui dire avec des mots à cause de mes soudaines palpitations au cœur, d’où la simplicité de ce « Je t’aime » qui s’échappait de mes lèvres. Mais à quoi bon embellir la vérité, quand on peut le dire aussi simplement que cela. Je n’avais jamais dis ces mots à quelqu’un et, la seule fois que je les avais véritablement entendu, ils sortaient de la bouche d’Artie, justement. Je pouvais paraitre un peu maladroite dans la façon de me prononcer, mais l’important était de lui communiquer ce que j’avais sur le cœur, ce qui était chose faite à présent. Ce fut comme une magnifique libération. Mon cœur battait plus rapidement que la normale et une petite chaleur pointa en moi, colorant légèrement mes joues, mais j’étais heureuse. Le sourire qui élargissait mes lèvres en était la preuve formelle et à présent, je n’attendais que la réaction du Sir. Quand ce fut à lui de m’avouer son amour, je m’étais braquée et enfuit, à l’idée de pouvoir attirer l’amour de quelqu’un. Artie n’est ni ce genre de personne à penser faire ça, ni ce genre de personne à le faire. Mon regard se posait alors de le sien et mes mains se resserraient autour de ses épaules, tandis que l’un de ses mains à lui caressait mon visage tendrement. Je ne savais pas vraiment quoi penser. Je le laissais faire, remarquant quelques changements d’expressions sur son visage, mais j’avais ce sentiment observation qu’il avait envers moi. Je fronçais alors légèrement les sourcils, juste avant qu’il s’apprêtait à parler. « Tu es sûr et certaine ? Je veux dire… Tu connais mon secret, et tu me connais mieux que personne ici… Tu as bien réfléchie à tout ceci ?» Je laissais échapper un petit bruit entre mes lèvres closes, ressemblant à un léger rire que je souhaitais réprimé, dont mon sourire s’était un peu estompé. Je ne riais pas. Au contraire. J’étais juste un poil contrariée qu’il ait besoin d’une confirmation… mais je ne me lasserais pas de lui confirmer s’il le souhaitait, parce que maintenant tout allait changer, entre nous et pour moi aussi. « J’en suis absolument sûre ! » Je secouais la tête de haut en bas, délicatement, pour lui montrer que je ne lui avais pas dis ça sur un coup de tête. J’avais eu tout le temps de réfléchir, lorsque j’étais seule… et la seule chose qui ressortait toujours était ce manque que son absence révélait et mon cœur qui s’était brisé en le voyant s’en aller si brutalement. Je ne sais pas vraiment ce que l’avenir peut nous réserver, avec son milieu et le mien (plus différent tu meurs), mais je ne voulais pas sacrifier ce nouveau sentiment que je commençais à apprécier, au prix d’un avenir incertain. Bref, il pouvait en être sur, j’étais follement amoureuse de lui et personne ne pourrait m’en empêcher de l’être. « Tu sais, tu es ce qui m’est arrivé de plus merveilleux ici ! » Je fermais les yeux deux secondes, les rouvrant avec un large sourire. Mon cœur fit un nouveau bond dans ma poitrine, avant de me blottir contre lui, posant mon menton sur son épaule. Je n’ajoutais rien, parce que je ne pensais pas que ça en valait la peine de répéter toi aussi et pourtant, il l’est de loin. Il est tout ce que je ne pensais jamais avoir. Je n’ajoutais rien, parce que rester dans ses bras me suffisait amplement. N’étais-je pas plus à l’aise avec des gestes, qu’avec la parole ? Alors je me resserrais un peu plus contre lui, le serrant peut-être jusqu’à l’étouffement, mais nous avions deux semaines à rattraper et je voulais le faire dès maintenant. Quelques secondes plus tard, qui s’étaient transformés en une minute, je desserrais mon étreinte, passant mon nez contre le sien, pour venir lui déposer un baiser appliqué sur ses lèvres. On peut dire que je ne pouvais plus m’en passer et qu’à présent, je n’allais plus me gêner. « T’as l’air vraiment fatigué » Lâchais-je dans un murmure, alors que nous n’étions qu’à deux sur la terrasse finalement. L’une de mes mains caressait l’arrière de sa nuque « J’ai envie de dormir avec toi… » Finissais-je par avouer, me sentant un peu ridicule de lui dire ça comme ça, mais ce n’était la stricte vérité. Exit Milan, je ne voulais qu’Artie auprès de moi.

HJ: Tu peux parler, j'ai fais un immense post pour écrire du caca... et en pleine journée !
avatar

Artie
MESSAGES : 1000
AGE : 31
LOCALISATION : Londres ; Mayfair (Westminster)
EMPLOI : Etudiant
CITATION : Dernièrement, les batteries des ordinateurs portables tiennent bien plus que certains couples !
JUKE BOX : SKRILLEX ♪ International Love ♪ Simple Plan ''Astronaut'' ♪ Rock the boat ♪ Dark Paradise ♪ J'aime les moches ♪ Video Games ♪ Numb

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Moore
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Dim 1 Avr - 6:25



« J’en suis absolument sûre ! » Confirmation donc. Elle était sûre et certaine de ce qu’elle avançait. Ce n’était pas du vent, elle le pensait vraiment et ses paroles provenaient du fond de son cœur. Plusieurs scénarios défilèrent au fond de sa carcasse qui lui servait de tête ; divers scénarios reliés à des projets d’avenir différents occupaient à présent sa mémoire saturée qui forçait à rester éveiller dans cette nuit pâle et envoutante. L’un des scénarios était de lui demander sa main, de l’épouser directement et de disparaître de Fake Lover. Il prendra l’un de ses jet privés et déboursera tout son argent à l’achat d’une île africaine ou il désertera sa fonctions et enterrera sa vie de Lord pour vivre une vie sauvage… Mais c’était absurde, ou peut être pas, non enfaîte il ne savait plus ce qui était absurde, et ce qu’il ne l’était pas. C’était presque la première fois ou il était confronté à ce genre de situation, impliqué dans une relation sérieuse ou il ressentait de vrais sentiments, et non pas de la purée. C’était réel, tout ça, ce n’était pas une blague, ni une illusion, il était amoureux, et il en était conscient depuis de nombreuses semaines déjà... hors là, Oona l’était aussi, ce qui renforça ce sentiment d’amour et le tonifia… Comment cela allait-il aboutir ? Il ne le savait pas, il niait complètement ce qui allait se passer entre les deux, car à présent, le stade des révélations était franchie et Oona avait réussi à vaincre le big boss, qui était en fin de compte la peur. Dans toute sa vie il n’avait été mit dans une position pareille et aucune femme -des nombreuses qu'il côtoya- ne lui avait procuré ce que cette fille de la petite société lui offrait… Il ne savait pas quoi dire, il ne savait pas ce que les gens allaient dire, sa famille, ses proches, ses amis… Là, il était réellement amoureux, il ne pouvait pas s’obstiner à le nier, c’était une vérité, une vérité qu’il ne pouvait à présent qu’accepter, y assister, impuissant… Elle relâcha subitement son emprise sur lui et déposa pour une nouvelle fois ses lèvres dans une propriété qui lui appartenait à présent, elle avait la totale possession de cette partie qu’elle visitait presque régulièrement maintenant. Et sans vous dire que ces nombreuses visites lui redonnaient de la force et animaient ses pulsions, elles le transportaient instinctivement vers un second état de transe profonde ou il renforçait son ordre parfait et son équanimité rayonnante intérieur. Oona était la compagne parfaite et il ne s’imaginait pas la trouver ici, dans cet endroit ignoble qu’est la télé-réalité. Non, il ne s'imaginer nullement rencontrer un modèle semblable à celui de Oona dans une émission pareille. « T’as l’air vraiment fatigué » Il sentit ses cheveux soigneux légèrement attaqués par une sensation nouvelle et étrange ; les mains de l’irlandaise jouaient avec ses cheveux et il put remarquer tout ses changements qui s’opérèrent en elle. Waw ! Deux semaines et Oona avait radicalement effacé toute trace de peur et elle pouvait se permettre des choses qu’elle n’aurait jamais eu le courage de faire auparavant, ce qui était franchement triste pour elle avant, mais plus maintenant, ou plus pour longtemps. La Oona qui était devant lui, à cet instant différait complètement de celle avec qui il était habitué de vivre, elle était vraiment différente, comme si elle n’avait plus peur d’échouer, de se tromper lamentablement, ce qu’Artie trouva admirable. Oui, admirable… Il était vraiment fatigué et il ne voulait qu’une chose, dormir ! Car toutes ses révélations et ces découvertes de sentiments sifflèrent toutes ses batteries. Le temps d’ajouter un oui distinctif, elle se prononça, confiante, sûre d’elle. Elle voulait montrer qu’elle maitrisait les choses, d’accord, pas de problème, Artie ne fera que suivre, que la suivre, si c’est ce qu’elle voulait : mener la danse. « J’ai envie de dormir avec toi… » Nouvelle à chute ! Qui aurait cru qu’un jour Oona aurait eu le courage de sortir ça… Non sérieux, elle qui avait peur de prononcer le Je t’aime qu’Artie l’entrainait à dire semaine après semaine, elle l’invitait à rejoindre son lit, et d’une manière spontané, comme si elle n’avait pas peur de sa réaction, ou de son approbation, ou de sa réfutation… elle n’allait jamais finir par l’étonner cette gamine… Elle avait vraiment gagner en grade… Il afficha donc un sourire, non pas qu’il était amusé mais fier de voir ce que l’amour pouvait faire d’une handicapé des sentiments… Incroyable mais vrai. « Je te laisse me guider vers notre futur lit alors ? » Alors là, il ne savait pas dans quel lit il allait atterir vu qu'il n'allait faire que suivre ses pas, ou sa direction. Qu'on le mette dans un canapé ou dans un lit, avec elle, ça n'avait pas d'importance. C’était vraiment la cerise sur le gâteau : De un, il allait enfin dormir afin de récupérer pour la dur journée de demain, et de deux, il y’aura Oona, chose qui allait franchement décorer son sommeil au plus haut point… Il se détacha d’elle, l’enveloppant dans son bras droit, lui signifiant, d’un geste à peine distinctif de la tête qu’elle pouvait à présent jouer à Madame le Guide et lui montrer si elle le voulait bien ce fabuleux monument qu’il ne voudrait rater pour rien au monde : Le fameux lit !

Spoiler:
 
avatar

Oona
MESSAGES : 1779
AGE : 28
LOCALISATION : GALWAY- IR
EMPLOI : DANSEUSE CLASSIQUE
JUKE BOX : THE ROLLING STONES - Satisfaction ♫ PEGGY LEE - Why don't you do right ♫ ALANIS MORISSETTE - uninvited ♫ STEVIE WONDER - free ♫

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUKAS) (MILAN)
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   Dim 1 Avr - 16:51

J’étais peut être atteinte d’un excès de confiance ; ou est-ce mon cœur qui parlait à ma place. Que ce soit la première option, ou la deuxième, le résultat restait le même : je n’avais plus peur de dire n’importe quoi avec Artie. À présent, mes sentiments étaient clairs envers lui, ce qui me facilitait la tâche. Finalement, ces deux semaines d’absence était le temps que je voulais qu’il m’accorde pour réfléchir, ou pour ne pas se précipiter la tête en avant. C’était un peu ce que je faisais tout de même, parce que l’on ne se connait que depuis quelques mois, mais dit-on pas que les coups de foudre arrivent toujours subitement ? Sans qu’on soit prévenu ? Je n’étais pas habituée faire ressortir mes sentiments comme cela et pourtant, ça faisait un bien fou. Je me sentais libre de m’ouvrir à Artie, comme je ne pourrais pas le faire avec quelqu’un d’autre ici ou de l’extérieur. À côté de ça, dire que je n’ai plus mes craintes serait mentir. Elles me rongeront toujours bien malgré moi ces peurs, mais rien que pour le Sir, je voulais ne plus y penser et passer outre. Je voulais me montrer forte et ma manière d’agir ce soir m’étonnait même plus moi que lui. Oui, je m’étonnais. J’osais carrément lui demander de dormir avec moi… cette question était vraiment insensée, sortie de ma bouche et pourtant, c’est bien moi qui venait de lui demander. Jamais je n’aurai osé le faire auparavant, mais cette nuit était bien différente des autres après tout, pour lui et moi. Nous venions de passer un cap, un stade dans notre relation. Maintenant, je pouvais passer du « je ne sais pas où j’en suis » à « c’est peut-être lui que j’attendais depuis toutes ces années ». Je m’étais toujours dis que le nid n’était pas un cadre propice pour une quelconque rencontre et que je ne me presserais pas de chercher l’amour la dedans ; pourtant Artie était là, je l’embrassais et l’enlaçais sans aucune gêne, en me disait que cet homme m’aimait. Je scrutais son visage, attendant avec une pointe d’appréhension sa réponse, qui ne tardait finalement pas à venir et à me faire sourire. « Je te laisse me guider vers notre futur lit alors ? » J’avais simplement dans l’idée d’aller mon propre lit, ou un de libre parce que beaucoup s’étaient vidés de leurs occupants. Tout ce que je voulais, c’était simplement être blottie dans ses bras ; me sentir entourée et protégée par quelqu’un, qui plus est quelqu’un que j’aime. Mon Dieu, je ne vais plus qu’avoir ce mot à la bouche maintenant… Je laissais Artie m’entourer de son bras, tandis que je le regardais toujours, avec ce petit sourire heureux que je ne pouvais pas décrocher de mes lèvres. Quelques secondes plus tard, j’avançais avec lui vers l’intérieur du château, en quête d’un petit cocon pour nous deux. Sauf qu’une petite chose que j’avais oubliée quelques minutes plus tôt me revint en tête. Je me stoppais à quelques pas de la porte, l’obligeant à s’arrêter lui aussi. « Attend. Promets-moi une chose… » Je le regardais dans les yeux, avalant un peu ma salive. « Que tu ne méprisera pas mon secret… » On se moquait tellement souvent de moi, qu’à nouveau, ma nature méfiante reprenait le dessus. Au fond de moi, je savais bien qu’il ne le ferait pas, mais je préférais l’entendre de vive voix, comme il avait voulu une confirmation de ma part. Je ne sais donc pas vraiment si j’attendais sa réponse pour me remettre à marcher, ouvrir la porte et traverser le salon, pour rejoindre l’étage…
TERMINE POUR OONA

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58   

 

SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Ruby Caldwell ··· I feel my heart start beating to my favorite song
» (n°2) Feel Your Heart [Garry *0*]
» can you feel my heart ? nirvana
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE DEUX :: SAISON 6 :: Extérieur-